Co-modalité

De EduTech Wiki
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page est réalisée dans le cadre du cours Sem@actu 2020-2021 (Semestre: Automne 2020)

· Responsables du cours: Nicolas Szilas et Julien Venni

· Auteurs du projet: Jennifer et Simon

1 Définition

Le principe de "co-modalité" implique un apprentissage comodal. Cette formation comodale, parfois aussi appelée formation hybride flexible (ou Hyflex en anglais), propose à chaque étudiant.e de choisir, pour chaque cours ou séance, si il/elle assistera à distance ou en présentiel ainsi que si il/elle suivra ce cours d'une façon synchrone ou asynchrone. Dans ce type d'apprentissage, c'est donc aux étudiant.e.s de décider quel mode leur conviendra le mieux. (Définitions originales proposées par le site de l'Université de Laval et par Rhéaume (2020) . Définition adaptée pour ce wiki - 2021).

Deux versions de l'apprentissage comodal:

  • En classe et diffusion en direct
  • Version à distance synchrone et asynchrone
Schéma d'un parcours type
Schéma d'un parcours type - tiré du site Internet de l'Université de Laval

2 Ingénierie pédagogique

2.1 Piliers

Beatty (2019) a établi quatre piliers fondamentaux qui constituent une base solide et cohérente pour les cours et programmes axés sur la formation comodale.

2.1.1 Choix de l’étudiant-e

Les étudiant.e.s peuvent choisir le mode de diffusion qu’ils préfèrent « en fonction de ses besoins et préférences sans avoir à l’annoncer à l’avance ou à justifier son choix » (Université de Laval, 2020). Selon Beatty (2019), s’il n’y a pas de choix significatif, il n'y a pas de flexibilité, ce qui caractérise la formation hybride flexible HyFlex.

2.1.2 Équivalence des activités

Les différents modes de la formation comodale devraient conduire à un apprentissage équivalent. Cela veut dire que, quel que soit le mode, les activités de formation doivent être conçues afin que les étudiant.e.s puissent atteindre les objectifs pédagogiques du cours (Université de Laval, 2020). Toutefois, selon Beatty (2019), le fait de fournir des expériences d'apprentissage équivalentes dans différents modes peut être l'un des plus grands défis de cette formation.

2.1.3 Réutilisation du matériel

Tout matériel d’apprentissage développé pour le cours et par les étudiant.e.s est accessible à tous les étudiant.e.s. (Beatty, 2019). Ceci avec le but que ce matériel devienne une ressource d'apprentissage pour tous les étudiant.e.s, inclus celles et ceux des futurs cours.

2.1.4 Accessibilité

Il faut doter les étudiant.e.s de compétences numériques dans le but de leurs offrir des choix légitimes sur leur mode d’apprentissage (Beatty, 2019).

Tous les supports de cours et les activités doivent être accessibles et utilisables par tous les étudiant.e.s dans tous les modes.

2.2 La préparation d'un cours comodal

Un cours comodal peut être compliqué à concevoir et à mettre en place. En effet, plus les objectifs pédagogiques sont à un niveau élevé et les différentes activités souhaitées sont interactives, plus la structure pédagogique du cours devrait être travaillée. Pour les enseignant.e.s, ce type de cours demande alors une gestion en simultané de deux classes, une en présentiel et l'autre virtuelle. Ce type de défi pédagogique oblige l'enseignant.e à penser à ne faire qu'un groupe interactif de ces deux classes séparées dans l'espace. Ne devant pas négliger les divers.e.s étudiant.e.s en-ligne mais en asynchrone, une attention toute particulière doit être apportée aux activités et ressources s'adressant à ces types d'apprenant.e.s (Université de Laval, 2020). Ainsi, un certain temps doit être consacré au développement de la partie asynchrone du cours (à peu près le même que le temps habituellement consacré aux cours standards en asynchrone selon une étude de cette même Université de Laval).

Avant même de rentrer en classe, il est donc important pour l'enseignant.e d'établir des plans réfléchis afin de se préparer à enseigner dans un environnement en co-modalité. De nouvelles technologies et techniques pouvant être impliquées, les activités devront être adaptées et les interactions devront être soigneusement étudiées avant de donner le cours.

En se basant sur les recommandations de l'Université de Laval, parmi les étapes nécessaires à prendre en compte, nous trouvons par exemple :

  1. La détermination des dispositifs technopédagogiques à utiliser
  2. La disponibilité des salles de cours et de l'équipement dédié
  3. Une planification de l'ensemble du cours
  4. Un développement du matériel pédagogique
  5. Un entraînement pratique des outils avant le cours en présentiel et/ou à distance afin d'éviter les mauvaises surprises.

2.3 La diffusion d'un cours comodal

Afin de diffuser un cours comodal, une mise en place technologique est nécessaire dans la salle de classe et pour les apprenant.e.s à distance. Ainsi, une caméra, un microphone et éventuellement un haut-parleur, sont à envisager. De plus, lors de la séance, il est important de penser à un.e assistant.e qui fera office de modérateur-trice afin de pouvoir rassembler les questions des étudiant.e.s à distance par exemple.

Il est également conseillé, avant de commencer une séance, de s'assurer d'être familier avec les outils de diffusion et de visioconférence. En effet, il est préférable d'être à l'aise avec les diverses options (voire même les "boutons" affichés à l'écran) des applications de visioconférence telles que Zoom par exemple. Selon une liste de l'University of Florida (2021), "ses fonctionnalités vont vous permettre de mettre en évidence vos vidéos, vos partages d'écrans, d'activer les réactions non verbales des participants connectés, de couper le son, etc.". Une bonne connaissance et gestion de l'outil permet d'offrir un cours maîtrisé aux apprenant.e.s.

Cours comodal basé sur l’exposé en grand groupe - Bureau de soutien à l'enseignement de l'Université de Laval
Cours comodal basé sur l’exposé en grand groupe - Bureau de soutien à l'enseignement de l'Université de Laval

2.4 Recommandations pour l'enseignement d'un cours comodal

L'objectif d'un cours en co-modalité est d'offrir des possibilités d'apprentissage réussies à tous les étudiant.e.s, où qu'ils se trouvent et quel que soit le mode d'apprentissage (face à face, asynchrone, synchrone) qu'ils ont choisi.

Participation

Les étudiant.e.s peuvent ne pas être en mesure de participer de manière significative à un ou plusieurs des modes d'apprentissage proposés. Par exemple, il se peut qu'ils ne soient pas physiquement en mesure d'assister aux cours. Les étudiant.e.s doivent recevoir des ressources et des conseils pour choisir le meilleur mode d'apprentissage pour eux. Cela permettra de garantir que la participation flexible est une véritable option pour tous les étudiant.e.s (University of Florida - Information Technology 2021). Si possible, faites également participer les étudiant.e.s à la conception des cours. Cela peut les aider à se sentir plus concernés par leur apprentissage.

Supports de cours et activités

En se basant sur les recommandations de l'University of Florida, "tous les supports de cours, les communications et les activités doivent être accessibles et utilisables par tous les étudiant.e.s." Par exemple, "les enregistrements audio ou vidéo devraient inclure des transcriptions ou être sous-titrés, les pages internet et les systèmes de gestion de l'apprentissage devraient être compatibles avec les lecteurs d'écran et les outils d'apprentissage en ligne devraient être navigables avec un simple clavier" (University of Florida, 2021). Dans ce type de disposition, il faut penser aux obstacles techniques et prévoir des plans, dans l'éventualité où les étudiant.e.s seraient confronté.e.s à des difficultés (aussi des difficultés technologiques) lorsqu'ils/elles participent à des activités (Center for Engaged Pedagogy, Barnard College, Columbia University, 2021). Si nécessaire, il faudrait ainsi modifier ces dernières. De plus, il est "essentiel que les enseignant.e.s dont le cours comporte une composante en ligne se familiarisent avec les pratiques de base en matière d'accessibilité numérique" (University of Florida - Information Technology 2021).

Établir une communauté

Étant donné que les étudiant.e.s de cours comodales ne partagent pas toujours les mêmes espaces de classe (physiques ou virtuels), il est important de s'assurer qu’ils puissent se connecter les uns aux autres. Par exemple, ils peuvent se présenter dans un environnement virtuel avant ou pendant la première semaine de cours (Maltese, 2020).

Être disponible en dehors des heures du cours

Vous pouvez proposer des heures de bureau virtuelles ou présentielles et/ou des options de communication asynchrone accessibles comme le courrier électronique ou un forum de discussion pour aider les étudiant.e.s en dehors des heures de cours.

Déléguer des tâches aux étudiant.e.s

Etant donné la complexité de la gestion d’un cours comodale (enseigner un cours tout en essayant de suivre les questions ou commentaires des apprenants ou en dépannant les problèmes technologiques), il est conseillé de confier aux étudiant.e.s les rôles de modérateur de chat ou de « réparateur » de problèmes technologiques, entre autres, selon les besoins de la classe. Cela encourage les apprenants à s'approprier l'environnement d'apprentissage (Center for Engaged Pedagogy, Barnard College, Columbia University).

Interactions favorisées

Il est conseillé de favoriser les interactions entre les étudiant.e.s en présentiel et les étudiant.e.s à distance en leur demandant de travailler ensemble sur différentes tâches. Des exemples sont présentés dans la suite de cette page.

Sondages

Faire des sondages avec l’objectif de recevoir les commentaires des étudiant.e.s en temps réel, permet de stimuler l’interaction et d'encourager l'engagement (Center for Instructional Techonology and Training, University of Florida).

2.5 Checklist d'un cours comodal

Le Center for Instructional Techonology and Training de l’University of Florida suggère des points spécifiques à prendre à compte lors de l’enseignement d'un cours comodal :  

Avant le cours

  • Partager les supports du cours via Moodle, Google Classroom ou la plateforme d’apprentissage en ligne de votre préférence afin que les étudiant.e.s puissent y avoir accès.
  • Arriver tôt dans la salle de classe pour vous assurer que vous avez suffisamment de temps pour vous connecter, préparer votre matériel et tester l'équipement avant le début de la classe. Il est recommandé d'effectuer un essai avant le début du semestre / de l’année académique pour vous assurer que vous vous sentez à l'aise avec les logiciels et l'équipement de la salle de classe.
  • Démarrer la session de votre logiciel de vidéoconférence préféré (ex. Gather, Zoom, Microsoft Teams, etc.) au moins 5 minutes avant le début du cours. Après que les premier.è.s étudiant.e.s se connectent, assurez-vous qu'ils peuvent vous voir et vous entendre.
  • Affecter un.e assistant.e qui surveillera la session par visioconférence pour les mains levées, les questions ou contributions envoyées par chat.

Au début du cours

  • Accueillir les étudiant.e.s en présentiel et à distance, en passant en revue les ressources ou les liens auxquels ils devraient accéder pendant le cours.
  • Rappeler à tous les étudiant.e.s que vous allez enregistrer le cours.

Pendant le cours

  • Contrôler fréquemment si les étudiant.e.s veulent poser des questions.
  • Solliciter des commentaires en alternant entre les étudiant.e.s en présentiel et les étudiant.e.s à distance.
  • Vérifier s’il y a des étudiant.e.s qui souhaitent rester après le cours pour poser des questions.

3 Outils utilisés

Parmi les outils qui peuvent être utilisés, il existe plusieurs solutions, selon les domaines souhaités.

À titre d'exemple, à l'Université de Genève, la plateforme Moodle est utilisée afin de mettre à disposition, dans des espaces de cours en-ligne, des supports de cours ou autres ressources indispensables. La diffusion des cours en-ligne et leur enregistrement est réalisé avec le service Mediaserver. Si, pour le cours à diffuser, la salle n'est pas équipée, le service de visio-conférence Zoom peut être utilisé afin de diffuser en streaming le cours et l'enregistrer pour une utilisation ultérieure.

Afin de favoriser l'interactivité du cours et le contact entre les enseignant.e.s et les étudiant.e.s, des outils spécifiques peuvent être envisagés. Ainsi, un système de vote interactif peut être appliqué afin de développer certaines compétences comme l'engagement, la prise d'initiative et la spontanéité par exemple. Cela permet aussi aux étudiant.e.s de donner leur opinion, de vérifier leur compréhension et de réagir aux contenus du cours. Ce type de feedback est utile autant pour les étudiant.e.s que pour les enseignant.e.s. Des plateformes comme Wooclap, Mentimeter ou Votamatic peuvent être citées comme exemples (Université de Genève, 2020).

Concernant la collaboration entre tou.te.s, il peut être intéressant de proposer des activités via différents outils comme par exemple, Padlet ou Beekee Live. Ce type d'outils permet de créer des conditions favorables aux échanges et faire travailler les étudiant.e.s de manière efficace et avec un objectif commun.

Si l'on s'intéresse au matériel physique pouvant être utile dans un cours en co-modalité, il est utile de penser aussi aux différents moyens d'interagir avec les étudiant.e.s et comment ces dernier.è.s pourront interagir entre-eux. L'interaction impliquant autant les étudiant.e.s en présence que ceux en-ligne, il est par exemple recommandé d'utiliser un micro-cravate pour obtenir une qualité audio optimale, surtout si vous donnez votre cours avec un masque (University of Florida, 2021).

Si vous avez besoin d'utiliser un tableau blanc, veillez à vérifier fréquemment les retransmissions vidéos pour voir si vous devez ajuster la vue de la caméra pour les apprenant.e.s distant.e.s et insistez auprès de votre classe en posant des questions fréquentes sur la configuration afin d'être sûr.e que le cours ne soit pas pénalisé par la technique.

Votre classe en co-modalité peut aussi être équipée d'autres outils comme une caméra dédiée à la captation des notes manuscrites. Dans ce cas-là, assurez vous que cette caméra soit bien paramètrée et connectée à la fonctionnalité de partage d'écran de Zoom par exemple.

Dans les environnements de classe modernes, vous avez peut-être l'opportunité d'utiliser un tableau blanc interactif (aussi appelé tableau blanc numérique ou virtuel). Avec cette technologie, vous pouvez envisager d'utiliser les outils d'annotation de Zoom ou une plateforme de tableau blanc virtuel comme Microsoft Whiteboard ou Google Jamboard pour écrire et projeter votre cours aux apprenants présents et distants simultanément. Les étudiant.e.s en personne verront la projection de votre écran et la fonction de partage d'écran de Zoom sera utilisée pour partager le tableau blanc avec les apprenant.e.s distant.e.s.

3.1 Liste d'outils numériques

Voici une liste d'outils numériques au service des apprentissages recommandée par la Délégation académique au numérique éducatif de l'Académie d'Aix-Marseille (2019) :

  • Mentimeter : Outil en ligne qui permet de créer différents types de questions telles que : QCM, questions ouvertes, entre autres.
  • Kahoot : Plateforme gratuite d'apprentissage pour créer des quiz à multiple choix.
  • Learning Apps : Application qui propose des modules interactifs qui peuvent être utilisés tels qu’ils sont ou modifiés. Les utilisateurs peuvent aussi créer de nouveaux modules.
  • Socrative : Application qui permet le suivi et l’évaluation de l'apprentissage avec de questionnaires en ligne.
  • Wooclap : Plateforme qui permet de créer des activités interactives. Les étudiant.e.s peuvent participer à ces activités avec un smartphone, une tablette ou un ordinateur.
  • Padlet : Mur collaboratif permettant le partage de textes, d’images, des vidéos, etc. Il est payant au-delà de cinq murs.
  • Genial.ly : Outil de création de contenus interactifs et collaboratifs qui peuvent être diffusés en ligne ou téléchargés.

Concernant les outils numériques, il est aussi important de penser au partage de fichiers. En envisageant de saisir des notes et des sujets de discussion dans un document partagé pendant le cours et de les combiner ensuite à vos présentations PowerPoint pour les rendre disponibles par la suite à l'ensemble de la classe sur votre plateforme de cours (Moodle, Google Classroom, etc.) peut être apprécié par l'ensemble de vos apprenant.e.s.

4 Activités co-modales

Faire en sorte que les étudiant.e.s à distance se sentent inclus.e.s et engagé.e.s aux côtés des étudiant.e.s en personne serait un sacré défi si cela ne demandait aucune préparation ou planification. Les exemples d'activités suivants sont des recommandations de l'University of Florida afin que les étudiant.e.s éloignés se sentent aussi concerné.e.s que les étudiant.e.s présent.e.s, et inversement.

4.1 Faire participer le public en personne et en ligne

Afin de s'assurer que les étudiant.e.s en classe et en ligne soient bien pris en charge, il faut penser à l'expérience que vivent les deux groupes d'étudiant.e.s. En effet, les étudiant.e.s à distance peuvent ne pas être en mesure d'entendre les conversations qui ont lieu dans la salle ou les questions posées, et les étudiant.e.s en présentiel peuvent ne pas surveiller le chat Zoom par exemple. "La répétition des questions et des commentaires des étudiant.e.s distant.e.s et des étudiant.e.s présent.e.s permet de combler la distance entre les deux groupes", selon l'University of Florida. Selon cette même université, cela "peut également permettre aux étudiant.e.s distant.e.s de mieux évaluer l'activité de la classe".

4.2 Utiliser des sondages

Comme vu précédemment sur cette page, l'utilisation de sondages interactifs peut être un moyen utile afin de recevoir les commentaires des étudiant.e.s en temps réel et d'encourager l'engagement (University of Florida, 2021). Ils peuvent être créés en amont ou même pendant la réunion. Les sondages Zoom peuvent être utilisés par exemple pour créer des questions à choix unique ou multiple. Les commentaires alors recueillis par les sondages seront téléchargeables sous forme de rapport à la fin de la réunion. D'autres outils de réponse en classe, tels que Socrative, Poll Everywhere or Kahoot, peuvent également être utilisés pour stimuler l'interaction.

4.3 Travail de groupe et discussions

  • Discussions en petits groupes :

Les discussions de groupe entre les étudiant.e.s sont "essentielles à l'engagement en classe et à l'intégration réussie des matières enseignées" (University of Florida, 2021). L'utilisation de cette pratique importante dans un environnement en co-modalité peut sembler difficile, mais peut être réalisée de manière efficace et ceci grâce à la technologie. Une approche des discussions en petits groupes consiste à jumeler un.e étudiant.e en personne avec un groupe d'étudiant.e.s distant.e.s à l'aide de la fonctionnalité Division en groupes sous Zoom (Zoom Breakout Rooms). Selon l'expertise de l'University of Florida (2021), "cela permet de maintenir la distance sociale dans la salle de classe tout en laissant aux élèves le temps de tenir des conversations intéressantes avec leurs camarades". Pour rendre ce processus aussi efficace que possible, il est recommandé aux enseignant.e.s de demander aux étudiant.e.s d'utiliser des écouteurs afin de ne pas déranger les groupes à proximité.

  • Discussions en cercle :

Toujours selon l'University of Florida, une autre technique qui peut facilement être adaptée aux environnements en co-modalité est la discussion en cercle. Cette approche de l'interaction en classe "implique une discussion au sein d'un groupe désigné d'étudiant.e.s, appelé le cercle intérieur, observé par le reste de la classe (= le cercle extérieur)" (University of Florida, 2021). Dans cette configuration, les élèves de la classe peuvent ainsi maintenir une distance sociale tout en écoutant une discussion tenue sur Zoom par les élèves éloignés. Afin de s'assurer que tous les étudiant.e.s participent, il peut être utile de répéter régulièrement l'activité avec un autre cercle intérieur ou d'organiser un temps de réponse dans le cercle extérieur, à la fin de l'activité.

  • Présentations par les élèves :

Selon l'University of Florida, déjà citée précédemment, le modèle de cours en co-modalité "offre aux étudiant.e.s une manière relativement flexible d'aborder les présentations en classe". En effet, les étudiant.e.s participant à distance peuvent utiliser Zoom pour effectuer leurs présentations et les afficher sur le beamer en classe. À noter que si un.e étudiant.e fait une présentation en classe, il faut s'assurer de lui fournir un microphone et un espace de présentation adapté.

Les Breakout Rooms de Zoom citées plus haut, peuvent être utilisées pour faciliter les discussions en binôme ou petits groupes et peuvent aussi être utilisées pour l'enseignement par les pairs (lors d'une activité de classe inversée par exemple). Cette approche de discussions de groupe implique un certain temps de préparation pour que les étudiant.e.s réfléchissent à un sujet, en discutent et procèdent à un partage final de leur discussion avec la classe.

  • Activités d'évaluation :

Les évaluations utilisées dans les cours en présentiel doivent être adaptées afin de correspondre à un environnement en co-modalité.

Si l'on prend l'exemple d'évaluations fréquentes mais sans enjeux sommatifs, "leur intégration dans un cours peut permettre de mieux suivre la compréhension des étudiant.e.s que des examens à plus fort enjeu" (University of Florida, 2021). De plus et selon cette même université, les étudiant.e.s éloigné.e.s peuvent avoir l'impression de ne pas avoir autant d'occasions de poser des questions, ou l'absence de langage corporel peut également rendre plus compliqué l'évaluation intuitive de leur compréhension du sujet. Ainsi, des contrôles fréquents de la compréhension sont importants et particulièrement recommandés dans une classe comodale.

5 Avantages et inconvénients

5.1 Avantages

  1. « Le contact humain avec et entre les étudiant.e.s est maintenu périodiquement » (Rhéaume, 2020). Cela permet que les apprenant.e.s se sentent moins isolé.e.s.  
  2. Cette modalité offre une grande flexibilité (dans le temps et l’espace) aux étudiant.e.s.
  3. L’utilisation de ressources pédagogiques est optimisée.
  4. « La présence des étudiant.e.s dans les locaux favorise leur persévérance » (IDIP, 2020).
  5. Il y une certaine souplesse si les étudiant.e.s peuvent choisir entre venir en classe ou suivre les cours à distance.
  6. Il y a une meilleure accessibilité aux études car les différents choix possibles permettent de répondre aux différents profils d’étudiant.e.s (Université Bretagne Sud, 2020).
  7. Plus d’autonomie de la part des étudiant.e.s (Mansour, 2020).
  8. Les étudiant.e.s ont plus de contrôle sur leur apprentissage.  

5.2 Inconvénients

  1. Des problèmes technologiques peuvent survenir (ex. une connexion lente ou interrompu) (Rhéaume, 2018).
  2. Il faut avoir des salles aménagées pour l’enregistrement.
  3. « Le travail d’équipe est limité » (Université Bretagne Sud, 2020).
  4. Les enseignant.e.s doivent revoir leur façon d’enseigner et cela peut prendre beaucoup de temps.
  5. Il est nécessaire d’adapter le matériel pédagogique et les activités d’apprentissage, pour que tout soit accessible dans tous les modes.
  6. « La préparation et l’animation des séances sont très lourdes (double préparation, animation concomitante de groupes présentiels et distants, matériel de captation pour filmer et diffuser les cours et autre) » (IDIP, 2020).
  7. Il exige une gestion importante du temps personnel.

6 Références