Faire collaborer les étudiants à distance

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Enseigner en ligne
Module: Enseigner à distance dans l'urgence
à améliorer intermédiaire
2020/04/29 ⚒⚒ 2020/03/16
Objectifs
  • Différencier les types d'interactions
  • Choisir les bons outils selon les interactions envisagées
  • Amener les étudiant-e-s à réviser ensemble en petits groupes Scénariser la collaboration des apprenants à distance
Voir aussi
Catégorie: Enseigner à distance dans l'urgence

Objectifs

  • Différencier les types d'interactions
  • Choisir les bons outils selon les interactions envisagées
  • Amener les étudiant-e-s à réviser ensemble en petits groupes Scénariser la collaboration des apprenants à distance

Voir aussi/suites

  • Qualité: à améliorer
  • Difficulté: intermédiaire

1 Faire collaborer les étudiants

Cet article donne quelques conseils simples pour vous aider à engager des étudiants à distance dans des activités collaboratives.

Une crainte souvent associée à la formation à distance est celle de l’isolement des apprenants. La distance physique qui les sépare est considérée comme une limite qui empêcherait la collaboration entre les étudiants.

Cette limite peut finalement être surmontée, mais des ajustements doivent être implémentés dans vos activités pour les rendre plus efficaces et structurées, pour une collaboration à distance. L'organisation d'activités collaboratives nécessite un minimum de tutorat .

2 Modalité de l’interaction

Pour commencer, pour mettre en place une activité collaborative à distance, il faut prendre en compte les modalités que cette dernière peut/doit avoir. En effet, on peut proposer aux étudiants des activités collaboratives synchrones, qui nécessiteront que les x étudiants soient en ligne en même temps et, ensemble, discutent oralement et/ou travaillent à l’écrit sur un document commun. Alternativement, il est possible d’organiser des activités collaboratives asynchrones. Dans ce cas aussi, il est possible d’organiser des échanges style discussion sur un forum par exemple, ou alors la rédaction d’un texte collaboratif. Les outils dont on dispose nous permettent différentes options :

(1) Interactions orales

Pour engager les étudiants dans ce type d'activité collaborative, les étudiants peuvent utiliser des outils tels que zoom, qui leur permet de collaborer en temps réel, en se voyant, en discutant et en partageant leurs écrans.

Les étudiants peuvent créer leur meeting/séance en utilisant un outil de visioconférence comme Zoom ou Jitsi . L'enseignant pourrait également utiliser Zoom pour diviser une séance plénière en sous-groupes, en utilisant la fonction diviser en groupe.

(2) Interactions écrites :

En termes d’interaction écrite, différents types d’outils peuvent être proposés :

  • Pour que les étudiants discutent à l’écrit
    • Pour des discussions écrites et synchrones, Moodle permet, par exemple, de créer des chats qui permettent de discuter de manière synchrone à l’écrit. Lisez pour en savoir plus sur ce sujet.
    • Pour des discussions écrites et asynchrones, l’outil le plus largement utilisé est celui des forums de discussion. Moodle permet également de paramétrer ces forums, pour que ceux-ci soient accessibles seulement en groupe, et d’autres options pour personnaliser leur fonctionnement. Lisez l'article qui aborde les types de forums, y compris ceux de Moodle.
  • Si les étudiants doivent collaborer à la rédaction d’un texte commun, il est possible de créer un environnement dans lequel ils peuvent rédiger un texte de manière collaborative, en temps réel ou pas. Pour ce faire, différents outils peuvent être utilisés, tels que Google docs ou des wikis, qui peuvent également être créés à l’intérieur d’un cours Moodle, par exemple. Une rédaction commune, mais asynchrone, peut également être assurée par l’utilisation de switch drive. S'il s'agit de concevoir un texte court, on conseille aussi les

3 Faire collaborer les étudiants pour assimiler un contenu

Lorsqu'on observe les activités dans les couloirs de nos universités on remarque que les étudiant-e-s révisent ensemble: ils comparent leur notes, ils discutent de concept difficiles et annotent ou refont leur notes de cours. Il faut les aider à reproduire cette activité de "digestion" à distance.

  • Il faut leur conseiller de continuer à prendre des notes et de continuer à travailler dans des petits groupes. Le fait que l'on sait retrouver une information ne veut pas dire qu'on l'a assimilée. Pour faciliter ce processus, vous devez, en principe créer un forum Questions/Réponses.
  • On peut les encourager à partager à plus large échelle certains artefacts, comme des cartes heuristiques ou des cartes conceptuelles.
  • Vous devez également adopter une politique par rapport aux transcriptions qui vont circuler...

4 Scénarisation de la collaboration

Il est tout-à-fait possible d'ajouter un élément interactif à un cours ex cathedra. Si vous donnez un séminaire ou similaire on vous conseille aussi de lire organiser un séminaire en ligne . Ici on donne des conseils que l'on peut mettre en œuvre dans n'importe quel contexte, y compris un MOOC.

Les activités collaboratives à distance peuvent prendre différentes formes. Parmi les plus répandues, il y a deux options, la co-création ou le tutorat par les pairs :

  1. Les étudiant-e-s peuvent être amené-e-s à collaborer à la création du contenu de manière collaborative et partagée (co-rédiger un texte, préparer à plusieurs une présentation, etc.)
  2. Après une phase de travail et création individuelle, ils-elles peuvent lire la production de leurs collègues et proposer un commentaire ou une évaluation de ce travail.

Dans les deux cas, la recherche en Apprentissage Collaboratif Médiatisé par Ordinateur (CSCL - Computer-Supported Collaborative Learning) a démontré que la collaboration se met rarement en place de manière spontanée et autonome. Les étudiant-e-s nécessitent en effet d’éléments de guidage et de structuration de l’activité pour les différentes phases de la collaboration.

(1) Les éléments de guidage :

Ces éléments de guidage doivent rendre compte de l’enchaînement de l’activité, à la fois dans ces aspects collaboratifs, ainsi que du travail individuel, si présent. Une série de caractéristiques spécifiques des éléments de guidage peuvent favoriser l’activité collaborative :

  • En premier lieu, le guidage doit inclure à la fois des éléments épistémiques, ainsi que des indications sociales du déroulement de la collaboration.
    • Les aspects épistémiques se focalisent sur le déroulement de l’activité en termes de présentation du contenu et de l'acquisition de connaissances/compétences,
    • Les indications sociales énoncent aux étudiants les éléments pour organiser le déroulement de l’activité en termes de leur collaboration et de l’articulation de leur travail, de manière à collaborer efficacement.
  • Idéalement, le guidage des activités collaboratives devrait être adaptable et flexible. Il devrait donc permettre aux étudiants d’obtenir plus de structuration, si demandé, mais au besoin le guidage devrait également s’adapter à une autre organisation proposée par les étudiant-e-s.
  • Il faut garder à l’esprit, quand on met en place un curriculum s’appuyant sur plusieurs activités collaboratives, que le guidage est tout particulièrement nécessaire au début de la collaboration, pour créer un accord entre les étudiant-e-s et une manière de procéder efficacement dans cette collaboration. Le guidage peut ensuite diminuer avec le temps, pour laisser aux étudiants la possibilité de mettre en place leurs best practices obtenues avec l’expérience.

(2) Guidage spécifique pour commentaires ou évaluation par les pairs :

Les activités de commentaires ou d'évaluation par les paires peuvent être source de réticence chez des étudiant-e-s, car ils-elles peuvent questionner l’autorité des autres dans la matière et donc leurs commentaires et évaluations. Pour cette raison, il est d’autant plus crucial de guider cette activité correctement.

  • Il est essentiel d’expliquer dès le départ qu’une phase d’évaluation ou de commentaire par les pairs sera prévue.
  • L’activité individuelle qui sera ensuite évaluée doit également être structurée pour faire en sorte qu’il y ait une uniformité dans la production des étudiants.
  • Les critères utilisés pour l’évaluation ou les éléments de guidage des commentaires doivent être accessibles dès le départ, pour que les étudiants puissent s’y référer.
  • L’évaluation ou les commentaires des pairs doivent s’appuyer sur la formulation de :
    • Critiques toujours constructives
    • Explications/descriptions claires des soucis identifiés, avec, si possible, des éléments de support dans la théorie, et des pistes de solutions concrètes.
    • Solutions concrètes qui se basent également sur l’expérience personnelle et concrète des pairs.
    • En début d’activité, il peut être utile de demander aux étudiants de se poser des questions les uns aux autres pour se familiariser avec le processus.

Cet article appartient au module enseigner à distance dans l'urgence et fait partie du portail Enseigner en ligne.

… davantage au sujet de « Faire collaborer les étudiants à distance »
intermédiaire +
Différencier les types d'interactions +, Choisir les bons outils selon les interactions envisagées +  et Amener les étudiant-e-s à réviser ensemble en petits groupes Scénariser la collaboration des apprenants à distance +
à améliorer +