Observation et examen d'activités humaines

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Manuel de recherche en technologie éducative
Module: Recueil de données qualitatives
◀▬▬▶
brouillon intermédiaire
2016/04/20 ⚒⚒ 2015/08/27

1 Introduction

Divers méthodes de recueil de données qualitatives sont présentées ici dont principalement: l'observation, l'analyse de traces numériques et l'analyse de documents.

2 Observation sur le long terme des comportements dans des contextes naturels

L'observation est une méthode de recueil de données qui a été utilisée en ethnographie et a, de ce fait, un passé d'une centaine d'années. C'est une méthode qui permet de comprendre comment les individus construisent leur réalité. C'est un processus qui requiert un "acte d'attention" et un "acte intelligent" car il s'agit de sélectionner des informations pertinentes. "Observer quelqu'un, c'est jeter un regard sur lui, c'est le prendre comme objet". Les caractéristiques de l'observation sont les suivantes:

  • elle a pour objet principal des comportements observables (e.g. causes, fonctions, mise en place);
  • elle peut se faire sur un comportement spontané et/ou provoqué;
  • elle peut être participante - le chercheur s'intègre dans le groupe observé et réalise les mêmes activités pendant une période donnée - ou non participante (non interventionniste) - le chercheur essaie de ne pas intervenir dans la situation observée pour ne pas modifier l'organisation habituelle de la situation;
  • c'est un acte à sens unique sauf dans l'observation participante dans laquelle l'observateur est aussi acteur;
  • elle se situe essentiellement dans le présent.

Sources: De Ketele & Rogiers, 2015, pp.15-16; Norimatsu & Pigem, 2008, pp. 5-15.

L'observation en contexte naturel est un instrument essentiel des études approfondies des cultures et/ou des organisations. Les rôles du chercheur dans l'organisation, dans le groupe et dans la culture doivent être clarifiés. Cette méthode prend du temps et requiert quelques compétences en prise de notes sur le terrain, i.e. des conventions sur comment noter ses observations. A titre d'exemple, une technique de prise de notes est présentée ci-dessous: elle permet au chercheur de distinguer différents types d'information lors de l'analyse des données.

Exemple de technique de prise de notes sur le terrain
Signes Utilisation
?...? citations verbatim
? ... ? paraphrases
( ... ) données contextuelles (ou interprétations du chercheur)
< ... > catégories analytiques dérivées des cadres conceptuels du sujet
/ ... catégories analytiques dérivées des cadres conceptuels du chercheur
____ Temps écoulé

3 Observation d'activités courtes

Par exemple: une leçon

Pour observer des épisodes clés plus brefs, e.g. des séquences éducatives spécifiques dans une salle de classe, on fait en règle générale des enregistrements vidéo, mais une méthode plus légère comme celle citée ci-dessus peut aussi s'avérer utile.

Pour analyser des vidéo, il existe des logiciels spécialisés qui permettent de les annoter (ex: EUDICO Linguistic Annotator > ELAN).

4 Transcriptions médiatisées par ordinateur

Nous avons défini les transcriptions médiatisées par ordinateur comme des données qui sont collectées au travers d'outils que les participants utilisent. Cette technique est très répandue en technologie éducative. Il existe différentes sortes d'outils, e.g. des artéfacts expérimentaux spécialement conçus, différentes sortes de portails (e.g. système de gestion de l'apprentissage), des environnements d'apprentissage ou de travail de type CSCL, etc. De nombreux outils utilisés en e-éducation incluent déjà un module pour enregistrer les actions détaillées des utilisateurs à des fins de recherche.

Deux types d'activités sont habituellement observés:

  • Interactions utilisateur-machine
  • Interactions utilisateur-utilisateur médiatisées

En outre, les activités de l'écran peuvent être filmées ou enregistrées électroniquement. Il est également possible d'utiliser l'oculométrie de façon à découvrir précisément quels éléments de l'interface les utilisateurs sont en train de regarder. De tels enregistrements fournissent des informations supplémentaires, e.g. la communication utilisateur-utilisateur non médiatisée par ordinateur.

Les analyses des transcriptions prennent énormément de temps car une fois transcrites, elles doivent être codées, vérifiées, puis analysées!

  • Soit vous devez passer des jours/semaines à effectuer le codage en utilisant un logiciel de type CAQDAS (computer assisted qualitative data analysis software)
  • Soit vous avez besoin de compétences informatiques avancées pour écrire des scripts et ainsi réduire et "masser" les données.

Réfléchissez très sérieusement aux concepts que vous avez besoin de mesurer en fonction de votre question de recherche et référez-vous aux différents manuels d'analyse des données qualitatives disponibles. Par exemple celui de Miles, Huberman et Saldaña (2014): Qualitative Data Analysis. A Methods Sourcebook ou celui de Savin-Badin & Howell Major (2013). Qualitative research. The essential guide to theory and practice.

5 Elicitation de processus cognitifs

La méthode de pensée à haute voix combinée à l'analyse de protocole (Ericsson & Simon, 1983) est une méthode répandue en science cognitive et en design de système expert. Elle est utilisée pour recueillir des données relativement "objectives" sur les processus de pensée et la résolution de problème en particulier.

Il peut y avoir d'importants effets d'expérimentation:

  • rationalisation ex-post du comportement,
  • pensée analytique au lieu de case-based/pattern matching
  • influence de l'expérimentateur
  • le sujet peut devenir silencieux et désorienté...

Principe de base: on confie aux utilisateurs des tâches et on leur demande de penser à voix haute à ce qu'ils font.

La procédure d'Ericsson & Simon pour l'elicitation of cognitive processes peut se résumer ainsi:

  • L'expérimentateur reste complètement silencieux...
  • ...sauf quand le sujet reste ± 15sec. silencieux
  • Laissez l'utilisateur continuer de parler!

Lorsque cette procédure est utilisée dans le cadre d'un test d'utilisabilité, la procédure est différente:

  • L'expérimentateur peut pousser les sujets dans certaines directions, e.g. leur demander d'accomplir des tâches,
  • Les sujets peuvent demander de l'aide
  • Les testeurs posent des questions (e.g. clarifications, opinions, ...)

6 Transcriptions d'activités d'utilisateurs en situations semi-formelles

Habituellement, on utilise des enregistrements vidéo ou audio pour capturer les activités des utilisateurs. Les vidéos prennent beaucoup de temps à être analysées, mais des logiciels spécialisés peuvent vous aider dans ce processus.

Vous devez également demander au préalable la permission d'utiliser un magnétophone ou une caméra si vous faîtes cela dans un contexte professionnel. Vous devriez également être conscient que les enregistrements pourraient fortement modifier les comportements des utilisateurs dans de tels contextes.

7 Documents (qui contiennent des traces d'activités)

L'analyse de documents (autres que ceux mentionnés ci-dessus) concerne les artéfacts qui peuvent être de nature très différente. Pour les différencier, De Ketele & Roegiers (2015, p. 27) proposent les critères suivants:

  • documents écrits ou non, ensemble des documents scripto-audio-visuels (e.g. y logiciels)
  • documents publiés ou à usage spécifique (e.g. revues scientifiques, organigramme, guide technique, etc.)
  • documents officiels (e.g. textes de lois, programme d'enseignement, etc.)
  • documents fermés ou ouverts. Les documents ouverts se réfèrent à ceux qui servent au recueil de données (e.g. formulaire, questionnaire, grille d'évaluation, etc.)
  • documents scientifiques (e.g. comptes-rendus de recherche), didactiques (e.g. syllabus, manuels, etc.), de vulgarisation, culturels, etc.
  • documents d'utilisation limitée dans le temps (e.g. bulletin de vote) ou plutôt permanent (e.g. ouvrage scientifique de référence)
  • documents de source individuelle (e.g. lettre) ou collective (e.g. PV de réunion)
  • etc.

La quantité de documents à analyser aura un impact sur le type d'analyse (exhaustive, par échantillonnage, sélection). Voir l'ouvrage de Lejeune, C. (2014). Manuel d’analyse qualitative. Analyser sans compter ni classer. Enfin, l'objet et le but de l'investigation détermineront le type d'analyse:

  • "la recherche documentaire, dont l'objet est la littérature scientifique relative à l'objet d'étude, et dont le but est l'exploration de la littérature en vue d'élaborer une problématique théorique (cadre théorique et hypothèse);
  • le dépouillement d'archives, dont l'objet est tout document sélectionné selon une stratégie bien précise et traité comme une donnée de la recherche". (De Ketele & Roegiers, 2015)

Ne posez pas trop de questions lorsque vous commencez votre recherche sur le terrain! Les gens n'aiment pas toujours donner des traces de leurs activités, par conséquent vous devez établir en premier lieu une relation de confiance.

8 Résumé

Pour résumer, l'observation, qui peut prendre différentes formes a pour objet d'étude des comportements observables et le fait dans le but de comprendre une culture.

Pour pratiquer:



Pour pratiquer, téléchargez et lisez l'article de Strebelle, A. et Depover, C. (2013). Analyse d’activités collaboratives à distance dans le cadre d’un dispositif d’apprentissage de la modélisation scientifique et répondez aux questions suivantes:

  1. Quelles méthodes de recueil de données sont utilisés?
  2. De quel type d'observation s'agit-il et comment est-elle mise en place?
  3. Consultez la bibliographie de l'article pour aller plus loin et creuser ce qui vous intéresse!