Définir la hiérarchie visuelle

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Digital skills @ FPSE
Module: Communiquer efficacement : principes et astuces en communication visuelle
Page d'entrée de la section
La mise en page d'un poster avec Powerpoint
⏏︎
◀︎
débutant avancé
2021/04/12 ⚒⚒ 2020/07/20
Objectifs
  • Appliquer les principes du design visuel pour rendre l'organisation et l'hiérarchie des informations visible
  • Réaliser la mise en page d'un poster en respectant les principes du design visuel
Contenu de la section
Activité(s)
Voir aussi
Catégorie: Education au numérique

Objectifs

  • Appliquer les principes du design visuel pour rendre l'organisation et l'hiérarchie des informations visible
  • Réaliser la mise en page d'un poster en respectant les principes du design visuel

Activité(s)

Voir aussi/suites

  • Difficulté: débutant avancé


1 Introduction

HierVis2.svg

Donner une hiérarchie visuelle consiste à organiser les éléments (texte et graphiques) sur une page, et leur attribuer des caractéristiques perceptibles pour attirer l'attention en fonction de leur importance par rapport au message principale à communiquer. C'est de communiquer visuellement la priorité d'importance des contenus et les relations entre eux en utilisant les principes du design visuelle : le contraste (de couleur, taille, positionnement), la répétition, l'alignement, le groupement, la proximité, etc.

2 Fonction

la première étape dans la définition d'une hiérarchie visuelle est lla mise en page avec des formes génériques pour définir les espaces réservés aux différents contenus

La prochaine et la dernière étape, est de choisir les polices et couleurs et définir les conventions visuelles qui vont être utilisées pour chaque type de contenu identifié lors de la structuration et la hiérarchisation des informations : titre, sous-titres, cadres d'images, légendes, références, etc.

3 Pratique

Activity.svg

3.1 Définir les polices et leurs tailles

3.1.1 Choix de police

Visez un usage simple, restreint et explicitement intentionné lors du choix de type de police (voir Table 1).

  • Optez pour une ou deux (maximum) familles de polices Oldstyle (style vieux) ou moderne pour les titres ou le corps du texte.
  • Réservez l’utilisation des polices Slab Serif pour des titres de quelques mots, une numérotation, ou des chiffres sur un graphique, mais pas pour les titres longs ou des textes de plusieurs lignes.
  • Les polices décoratives et script sont attrayantes, mais peu lisibles, surtout pour des lignes de texte longues.
  • Les polices monospace (chaque caractère occupe l'espace d'un "m") sont par convention réservées pour indiquer du code informatique.
  • Limitez l'usage de variantes et styles d'une famille. Chaque variante et style est perçu comme une autre police.
  • Utilisez l'italique pour les citations directes.
  • Les majuscules sont peu lisibles. Évitez les majuscules pour le corps du texte et les titres longs.

3.1.2 Tailles des polices et interlignes

Le texte doit être lisible à une distance d'un mètre pour un poster A0 ou A1, et à environ 35 cm pour une feuille A4 ou A3. Comme règle de base, pour un poster, utilisez 90pt pour le titre, 60pt pour les sous-titres, et 36pt pour le corps du texte. Le texte accessoire peut être plus petit. Divisez ces tailles par 3 pour une feuille de A4 ou A3

  • Limitez la quantité de tailles aux nombre de niveaux hiérarchiques et types de textes accessoires.
  • Choisissez une taille et interligne, d'une variante par type de texte (titre, sous-titre, corps du texte, références, etc.)
  • Pour le corps du texte, un espace interligne de 1 à 1,25 est adéquat. Pour les titres et sous titres, vous utilisez plutôt des espaces interlignes entre 0,8 et 1.
  • Limitez le nombre de tailles de polices à 3 ou 4. Utilisez un principe autre que le contraste de proportions pour rendre différents types de texte distincts.

3.1.3 Créer des styles de paragraphe

PowerPoint n'a pas des fonctionnalités explicites liées à la création de listes de styles de texte ou d'objets. Les styles pour les niveaux d’hiérarchie du texte peuvent être définis dans le masque de diapositives, mais ils ne s’appliquent qu'aux zones de texte prédéfini pas le masque de diapositive. Dès qu'une nouvelle zone de texte est ajoutée, les styles ne sont plus accessibles.

Comme alternatifs, vous pouvez :

  1. Créer des styles par défaut pour les zones de texte et les formes :
    • Ajoutez une zone de texte ou une forme,
    • formater le texte (police, couleur, taille et interligne) et la forme (remplissage, traits, effets) comme voulue
    • Faites un clic droit sur l'objet > Définir comme zone de texte par défaut. Les attributs de la zone est son texte seraient appliqués chaque fois que vous dessinerez une nouvelle zone de texte.
  2. Formater une zone de texte ou forme par type de texte ou contenu et de les placer sur une deuxième diapositive à copier et coller.

Activity.svg

3.2 Choisir sa palette de couleurs

Choisissez et appliquez une palette chromatique pour accentuer et attirer l'attention sans crier visuellement. La couleur est une bonne manière de grouper visuellement les éléments, créer une unité ou un rythme par la répétition, ou rendre certains éléments dominants par le contraste.

PowerPoint offre de palettes de couleur par défaut selon le thème choisi au départ. Vous pouvez choisir une autre palette depuis la barre à outils sous Création. À droite du choix de thèmes, il y a une galerie de palette de couleurs. Vous pouvez choisir une déjà définit ou créer une personnalisée à vos besoins.
Options de création de palettes de couleurs dans PowerPoint
  • Dans un poster essayez de ne pas dépasser 3 couleurs harmonieuses sans bonne justification (p.ex. essentiel pour distinguer les groupements).

3.2.1 Couleurs pour les polices

3.2.2 Autres astuces

  • Éviter les images de fond. C'est trop distrayant. Opter pour une couleur unique et une teinte claire prise de votre palette de couleurs.

Activity.svg

3.3 Insérer le texte et les images

La dernière étape de la mise en page avant préparer un poster à l'impression est d'insérer le texte rédigé et les images dans les espaces réservés.

Cela peut exiger une modification des tailles des polices et les espaces interligne pour respecter les alignements et les groupements prévus, et d'ajuster la luminosité ou les tons et les teintes de vos couleurs pour améliorer (diminuer ou augmenter) le contraste.

Néanmoins, si vous avez suivi les étapes pour définir un message unique et pour la mise en page d'un poster avec PowerPoint en respectant les principes du design visuel, ces modifications seront minimes.

Soyez attentifs à appliquer les tailles de polices et couleurs de manière systématique : p.ex. : si vous changez une caractéristique visuel d'un sous-titre, il faut le faire pour tous les sous-titres.

4 Typographie d'un poster

Il existe des milliers de polices de tous types (voir la table ci-dessous). Certaines sont déjà installées sur son ordinateur, et d'autres polices gratuites ou payantes peuvent être installées en plus. Chaque famille de police peut avoir multiples variantes (bold, semi-bold, black, light, thin, etc.) et styles (italique, smallcaps, majuscule, etc.) qui peuvent être combinés.

4.1 Types de polices

Type de police Caractéristiques Exemples de familles de polices
Types de polices
Oldstyle : Empattement (petites "pattes" aux bouts), Accentué sur l’angle, une uniformité entre traits épais et fins Georgia, Times New Roman, Goudy, Palatino, Garamond, Cochin, Century Schoolbook
Modern : Empattement, Accentué en vertical, épaisseur de traits varié Bodoni, Times Bold, Onyx
Slab Serif : Empattement, les traits ont le même épaisseur Memphis, Pridi, Rockwell
Sans serif : Sans empattement, avec ou sans accent (“slab”) Arial, Helvetica, Calibri, Optima, Century Gothic, VAG Round, Futura, Franklin Gothic
Monospace : Chaque caractère occupe l'espace d'un "m")(”m”) Courier, Anadale, Lucida Console, Menlo
Script : Caractères sont attachés  are “attached” Brushscript, Freestyle Script
Décorative : Caractéristiques exaggérés Comic Sans, Trattello, Bauhaus

5 Couleur

La couleur sur un écran est composée des points de lumière rouge, vert et bleu. La luminosité de chaque point peut varier entre 0 (éteint) et 255 (pleine intensité). Grace à la définition fine des pixels sur l'écran, l’œil fusionnent les trois point en un seul point, un pixel. Les lumières rouge, vert et bleu (Red, Green, Blue) s'ajoutent pour projeter une couleur perçue. La lumière projetée est la couleur "additive" dont un des modèles colorimétrique (manières de mesurer et indiquer la couleur) est le RVB ou RGB . Les couleurs rouge, vert et bleu en pleine intensité donne la lumière blanche.

La couleur des objets physiques est le résultat de la lumière reflétée par l'objet après la soustraction de la lumière absorbée par l'objet. Combiner des pigments pour l'impression est de la couleur soustractive. Le modèle colorimétrique de base pour les couleurs imprimées et le CMJN (cyan, magenta, jaune et le noir) (ou CMYK). Ce dernier doit être ajouté car les pigments ne sont jamais assez purs pour créer le noir (une surface qui absorbe toute la lumière).

Les couleurs imprimées (additives) avec les points de pigments CMJN sont toujours une approximation des couleurs RGB sur l’écran (additive), et inversement, on peut difficilement reproduire exactement les couleurs du monde physique avec la lumière.

5.1 Survol des attributs de la couleur

Le cercle chromatique

Ces attributs qui permettent de décrire et identifier les qualités des couleurs pour les combiner de manière harmonieuse.

5.1.1 La valeur chromatique

La valeur chromatique est déterminée par la couleur dans son état de haute intensité et de saturation. La valeur décrit la position d’une couleur sur le cercle chromatique par rapport aux autres couleurs de la même intensité et saturation.

5.1.2 Couleurs froides et chaudes

Les couleurs ont tendance à nous stimuler (exciter, irriter). Les couleurs froides ont tendance a nous calmer et à nous apaiser. On pourrait penser que ce phénomène est subjectif, mais des études ont démontré que les couleurs chaudes augmentent la fréquence cardiaque et que les couleurs froides la diminuent. Les couleurs rouge-violet à jaune sont généralement considérées chaudes. La plus chaude est le rouge-orange (au centre). Les couleurs violet à jaune-vert sont généralement considérée froides. La plus froide est le bleu-vert (le complémentaire de rouge-orange). Visuellement, les couleurs froides sont perçues plus en arrière plan que les couleurs chaudes.

5.1.2.1 Ton et teinte (luminosité)
Blanc ou noir ajouté

On peut varier l’intensité d’une couleur en ajoutant du noir ou du blanc à sa valeur. Quand on ajoute du blanc on parle d’une teinte. Quand on ajoute du noir on parle d’un ton.

5.1.2.2 Saturation (intensité)
Gris (50% blanc, 50% noir) ajouté

On peut aussi varier l’intensité d’une couleur en ajoutant du gris. Quand l’intensité est changée par l’addition du gris on change le chroma ou la saturation d’une couleur.

En ajoutant du gris (quantités égales de noir et de blanc) une couleur voit son intensité et sa saturation réduites et sa neutralité accrue. La dé-saturation consiste à supprimer du gris.

Les teints et les couleurs neutres reculent visuellement, relatif aux tons et les couleurs saturées.

5.1.3 Les harmonies chromatiques

Les triades chromatique harmonieuses
Les tétrades chromatique harmonieuses

Les couleurs monochromatiques sont celles qui se distinguent uniquement de par leur quantité de noir (ton), de blanc (teinte) ou de gris (saturation)

Les couleurs analogues sont les couleurs qui se côtoient sur le cercle chromatique. Les couleurs complémentaires sont celles qui se trouvent aux cotés opposes.

Des palettes de couleurs "harmonieuses" sont réalisés en choisissant des dyades (deux couleurs opposées), triades ou tétrades (2x deux couleurs opposées) de couleurs complémentaires (contrastées).

6 Quelques mots sur les styles

Les logiciels de mise en page comme Scribus, Adobe InDesign et Affinity Designer, et même les éditeurs de texte comme MS Word, permettent de définir des styles (attributs visuels) pour les paragraphes et les caractères : p. ex. définir la police, la taille, l'interligne des titres et sous-titres, définir l'alignement du corps du texte, etc. On peut redéfinir les style de défaut ou en créer de nouveaux styles. Ces styles peuvent être appliqués aux parties du texte ou aux formes. Les styles peuvent être modifiés à tout moment, et les changements seront par la suite aussi appliqués à tout élément avec ce style.

7 Ressources

7.1 Trouver et télécharger des polices à installer

7.2 Outils d'aide à la création de palettes chromatiques

Il existe des outils en ligne qui aide à choisir des dyades, triades ou tétrades et de prévisualiser diverses configurations de leurs tons, teintes et saturations.

8 Références