Modelage de maîtrise

De EduTech Wiki
Aller à la navigation Aller à la recherche


1 Introduction

Le modelage de maîtrise est un apprentissage développé par Bandura (Bandura, 1986) (voir aussi edutechwiki en anglais Bandura ). Il se base sur l'observation des comportements d'un modèle (réel ou décrit abstraitement) et des conséquences du comportement. Cette méthode est particulièrement adaptée pour l'acquisition de savoirs procéduraux (exemple: la conduite d'une voiture, l'utilisation d'un logiciel, l'apprentissage de la danse,...) et donne de bien meilleurs résultats que les cours traditionnels ((Burke & Day, 1986). Elle se déroule en trois phases: le modelage instructif, le perfectionnement guidé des compétences, le transfert de compétences des situations de travail (Lecomte,2004).

2 Phases du modelage de maîtrise

2.1 Le modelage instructif

"Les compétences complexes sont subdivisées en sous-compétences modelées sur des enregistrements vidéos" (Lecomte,2004). La subdivision permet ainsi de se concentrer sur une des sous-compétences à la fois, facilitant l'apprentissage. Le but est de renforcer le sentiment d'efficacité personnel, aussi nommé Sentiment d’auto-efficacité, et transmettre les connaissances sur les procédures et les stratégies d'utilisation. Les sous-compétences simplifiées maîtrisées pourront être ensuite recombinées en compétences complexes.

2.2 Le perfectionnement guidé des compétences

Les compétences nouvellement apprises sont mises en pratique dans des simulations pour que l'apprenant reçoive de feed-backs immédiats correcteurs. L'apprenant acquiert ainsi la compétence du modèle. Pour que les feed-backs soient effectifs et valorisent le Sentiment d’auto-efficacité, le modèle doit attirer l'attention sur le succès et le progrès de l'apprenant en effectuant les corrections nécessaires de manière constructive (Lecomte,2004).

2.3 Le transfert de compétences des situations de travail.

Les nouvelles compétences acquises doivent être progressivement mises en pratique dans les activités réelles des apprenants pour qu'elles aient une réelle utilité. Afin de renforcer le Sentiment d’auto-efficacité, par l'expérience de la maîtrise, il faut des situations réelles où l'utilisation de la compétence à des grandes chances de réussite et peu à peu complexifier les situations. La mise en place de bilan permettra de mettre en avant les succès et de gérer les éventuels échecs.

3 Références

Bandura, A. (1986). Social foundations of thought and action : A social cognitive theory. Englewood Cliffs, N.J. : Prentice-Hall. Burke, M.J. & Day, R.R. (1986). A cumulative study of the effectiveness of management training. Journal of Applied Psychology, 71, 232-245. Lecomte, J. (2004). Les applications du sentiment d'efficacité personnelle. Savoirs, hors série(5), 59-90. doi:10.3917/savo.hs01.0059.