L’opportunité de l’utilisation des traces numériques dans la recherche sur les EIAH

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher

El Hamdaoui Elias – Volée Aegir

1 Résumé

Cet article a pour optique de mettre en avant l’opportunité que représente les avancées technologiques pour privilégier l’utilisation des traces numériques dans la recherche sur les environnements informatiques pour l’apprentissage humain (EIAH) en mettant en lien trois capsules vidéo issues d’un MOOC d’introduction à la recherche sur les EIAH.

2 Introduction

Un environnement informatique pour l’apprentissage humain (EIAH) est « un programme destiné à être utilisé par les apprenants dans une situation d’enseignement et à accompagner ou susciter leur apprentissage. »
(Tchoukinine, 2010)
« L’utilisation des des traces dans les activités numériques ne cesse d’augmenter » (George, 2013), cela est dû d’une part aux grandes avancées technologiques en lien avec l’ère actuelle, mais également au fait que les traces non numériques possèdent certains inconvénients. Nous allons commencer par définir ce qu’est le traçage, identifier les objectifs ainsi que les limites de cette pratique dans le cadre de la recherche sur les EIAH. Puis nous nous intéresserons à l’utilisation des traces dans les activités numériques à travers différents contextes d’utilisation.

3 Développement

3.1 Définition, objectifs et limites du traçage dans la recherche sur les EIAH

La conception des EIAH est un processus complexe, mêlant ingénierie et partage des praxies des différents acteurs impliqués. Les traces sont un élément indissociable de ce processus, on les retrouve dans la phase « d’expérimentation » de la conception d’un EIAH (Tchoukinine, 2010). En effet, nous avons besoin de traces afin d’avoir un retour sur notre activité. Les traces sont dans un premier temps collectées, il existe plusieurs méthodes de collecte que nous pouvons diviser en deux catégories principales : les méthodes de collecte numériques et les méthodes de collecte non numériques.
Les méthodes de collecte non numériques les plus utilisées sont l’observation in situ, l’interview et les questionnaires. Les méthodes de collecte numériques sont quant à elles plus récentes et « deviennent de plus en plus fréquentes » (George, 2013). Une fois collectées, les traces sont alors utilisées à des fins d’analyse, notamment pour les observations d’usage et le suivi pédagogique. Le processus de traçage possède cependant certaines limites. Dans un premier temps, il s’agit d’un processus coûteux en terme de temps et de mise en œuvre. Les traces obtenues peuvent également être parfois sujet à de la subjectivité, notamment lorsque les données sont issues de questionnaires ou d’interviews. Enfin, les traces peuvent dans certains cas s’avérer inadaptées pour l’analyse dont elles sont le sujet.

3.2 Utilisation des traces dans les activités numériques

La recherche orientée conception est utilisée afin de concevoir des EIAH adaptés à leurs usagers en se basant sur la recherche. Dans la recherche orientée conception, on commence par créer un prototype que l’on va ensuite tester en vue de l’analyser afin d’améliorer ce dernier. Il s’agit d’une méthode de recherche qui est très utilisée dans le domaine de l’informatique. En effet, la méthodologie Design Science utilise la recherche orientée conception, suit un cycle nommé « General Design Cycle » qui utilise la recherche orientée conception. (Vaishnavi, 2015) Dans le cadre des EIAH, la recherche orientée conception se divise en trois étapes distinctes. La première étape est la conception de l’EIAH sous forme de prototype, on implémente ensuite ce prototype afin de recueillir des données le concernant à travers des tests et enfin on finit par analyser les données collectées en vue d’améliorer ce prototype. Les traces jouent un rôle essentiel dans la deuxième et troisième phase de ce processus car les données qui y sont collectées et analysées sont des traces d’interaction obtenues avec le prototype testé. Nous pouvons également utiliser les traces afin de mesurer l’appropriation dans le cadre de l’adaptation des EIAH avec des traces aussi bien numériques que non numériques. L’appropriation peut être mesurée avec des traces non numériques issues d’entretiens ou d’enquêtes, mais aussi avec des traces numériques comme dans l’analyse des traces d’interaction.

4 Conclusion

En définitive, l’avancée technologique est une véritable opportunité pour la recherche sur les environnements informatiques pour l’apprentissage humain car comme nous l’avons vu les méthodes de collecte numériques des traces ne possèdent pas les inconvénients des méthodes classiques de collecte des traces.
Cependant, il faut garder à l’esprit que les traces possèdent plusieurs limites que l’avancée technologique n’est pas encore capable de combler. On peut donc se demander si les progrès technologiques permettront dans le futur de pallier aux limites auxquelles nous faisons actuellement face dans le domaine de la recherche sur les EIAH.

5 Bibliographie

  • ATIEF : Ressources sur les EIAH (2018, 14 décembre) Méthodes de conception : recherche orientée par la conception [vidéo]. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=iiN3Axy5a9c&feature=emb_title
  • ATIEF : Ressources sur les EIAH (2018, 18 décembre). Analyse de Traces : Objectifs de traçage [vidéo]. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=aQMnhcq4HBM&feature=emb_title
  • ATIEF : Ressources sur les EIAH (2018, 15 décembre). Adaptation : Analyser l'appropriation pour analyser l'adaptation. [vidéo] Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=9soVe48UClo&feature=emb_title
  • Tchounikine, P. & Tricot A. (2010). Environnements informatiques et apprentissages humains, pp.167-200
  • George, S., Michel, C., Ollagnier-Beldame, M. (2013). Usages réflexifs des traces dans les environnements informatiques pour l’apprentissage humain. Intellectica, 59(1), pp.1-36
  • Vaishnavi V. & Kuechler W. (2015). Design science research methods and patterns innovating information and communication technology. Boca Raton: CRC Press.