Forum/Text mining

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Analytique et exploration de données
Module: Text mining
à finaliser intermédiaire
2017/09/26
Catégorie: Analytique et exploration de données

1 Introduction

Dans les dispositifs de formation hybrides ou les dispositifs de formation entièrement à distance, les forums sont régulièrement utilisés pour établir et stimuler l’interaction de l’enseignant avec les étudiants, mais également l'interaction entre pairs (entre étudiants).

Les forums peuvent être utiles à l'enseignant pour évaluer les étudiants, mais aussi pour évaluer son enseignement. En effet, les discussions asynchrones peuvent être sources d'apprentissage puisque la participation des étudiants au forum leur permet de réfléchir sur les contenus du cours, ainsi que d'échanger et de confronter leurs points de vue avec ceux des autres étudiants, dans une perspective socio-constructivste. Les messages postés par les étudiants dans les forums de cours sont des données très utiles, dans le sens où elles permettent à l'enseignant d'observer des informations sur les étudiants, que ce soit sur un étudiant particulier ou sur sa classe en général. Effectivement, l'enseignant peut par exemple voir quels sont les contenus, thématiques, parties du cours qui posent problème aux étudiants, il peut alors adapter son enseignement en fonction de ces informations.

Toutefois, si l’enseignant a un grand nombre d’étudiant cette analyse « manuelle » peut prendre énormément de temps : l'enseignant doit passer en revue l'ensemble des fils de discussions et l'ensemble des messages pour obtenir des données.

Le text mining permet d'automatiser le traitement de volumes conséquents de contenus textuels pour en extraire les principales caractéristiques et tendances, afin de relever de manière statistique les sujets, les connaissances, les thèmes qui y sont évoqués. Cette technique permet alors à l'enseignant d'automatiser le traitement des données contenues dans le forum de son cours et d'obtenir rapidement des éléments permettant l'évaluation des étudiants et/ou de son enseignement.

Afin de montrer en quoi et comment le text mining permet ceci, nous avons pris l'exemple d'une formation à distance aux compétences numériques proposée aux étudiants de première année de Bachelor dans le cadre de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'Education. Nous nous intéresserons au premier module, le module traitement de texte qui comporte six chapitres. Les étudiants sont suivis et accompagnés par des tuteurs via un cours sur la plateforme Moodle de l'UNIGE. Il est demandé aux étudiants qu'ils participent activement et régulièrement au forum de leur groupe. L'idée étant que chaque étudiant poste un message minimum par semaine, que ce soit une réaction, une question ou une réponse en lien avec le chapitre en cours. Cette participation est l'une des conditions pour obtenir l'attestation de suivi de formation au terme de celle-ci.

A ce stade, il nous paraît intéressant de réaliser une revue de la littérature concernant le text mining appliqué à des forums, plus précisément à des forums utilisés dans un cadre pédagogique, afin de voir ce qui a été déjà fait à ce sujet.

2 Revue de la littérature

Dans les cours à distance, les enseignants souhaitent souvent pouvoir évaluer le niveau et la qualité des activités des étudiants dans les forums. Cependant, de nombreux problèmes contribuent à la difficulté d'évaluer l'activité dans un forum et à fournir aux élèves une rétroaction significative sur leur progrès. L'enseignant doit tout d’abord savoir quelles informations sont utiles et pertinentes (Dringus & Ellis, 2005).

En 2005, Dringus & Ellis se sont intéressés à la manière dont le text mining peut être utilisé pour réduire les difficultés auxquelles les enseignants sont confrontés dans l’évaluation des activités des étudiants dans les forums de cours. Dans leur article, les auteurs poursuivent trois buts :

  1. Discuter des problèmes liés au système général qui contribue à la difficulté d'évaluer les forums de discussion asynchrone.
  2. Identifier les indicateurs de participation communs sur lesquels les enseignants peuvent se baser pour évaluer le progrès de l'élève et les discussions en ligne.
  3. Décrire et l'exploration de données et le text mining comme une stratégie pour évaluer les activités des étudiants dans les forums.

Dringus & Ellis (2005) suggèrent plusieurs indicateurs de participation pouvant être extraits des discussions et pouvant servir à l’évaluation par l’enseignant, comme par exemple, l’utilisation du text mining pour déterminer la distribution et la fréquence des contributions par les étudiants tout au long du forum ou encore pour identifier les initiatives ou les questions, ainsi que le temps de réponse au premier post.

Voici l’ensemble des indicateurs proposés :

indicateurs de participation / données extraites du forum par Dringus et Ellis, 2005

Selon ces auteurs la technique du text mining est une solution possible pour aider l’enseignant à analyser les discussions des forums et à obtenir des informations permettant ensuite d’évaluer l’étudiant.

Cette vision est partagée par Azevedo, Reategui et Behar (2011) qui ont mené une étude sur l’utilisation de la technique du text mining pour analyser la pertinence des messages dans un forum en ligne.

Selon ces auteurs, les discussions asynchrones, via un forum, permettent d’établir et de stimuler l’interaction de l’enseignant avec les étudiants, mais également des étudiants entre eux. De plus, ces discussions sont sources d’apprentissage, puisque la participation des étudiants au forum leur permet de réfléchir sur les contenus du cours. L’implication des étudiants sur les forums est donc une activité importante dans les cours en ligne, puisqu’elle permet à l’enseignant d’observer des informations sur les étudiants. Toutefois, si l’enseignant a un grand nombre d’étudiant, cette analyse « manuelle » peut prendre énormément de temps.

Les auteurs proposent un outil de text mining, MineraFórum, qui relève les différentes thématiques abordées dans les discussions et qui permet de les présenter sous forme de graphique. Cet outil permet également d’obtenir un rapport contenant des informations sur le nombre total de posts par chaque utilisateur, la quantité de contributions pertinentes et non pertinentes par chacun et les concepts importants utilisés dans les contributions, considérés comme pertinents dans la discussion.

López, Luna, Romero et Ventura (2012) ont réalisé une étude dont l’objectif était de montrer s’il existe ou non une corrélation entre la participation des étudiants sur Moodle et leur note finale au cours.

Pour mesurer la participation au forum, les auteurs se sont basés sur plusieurs indicateurs :

  • Le nombre de messages créés par l’étudiant
  • Le nombre de fil de discussion créés par l’étudiant
  • Le nombre de réponses envoyées par l’étudiant
  • Le nombre de mots écrits par l’étudiant
  • Le nombre de phrase écrits par l’étudiant
  • Le nombre de messages lus
  • Le total de temps passé sur le forum

Ces indicateurs nous semblent intéressants pour pouvoir évaluer la participation d’un étudiant sur un forum de cours.

Toujours en lien avec le text mining, mais selon une autre approche, Kim, Shaw, Chern et Feng (2007) proposent un outil de réponse automatique aux questions posées dans les forums. Leur étude a montré que chaque post d’une discussion peut être catégorisé selon le type d’actes du langage qu’il implique : question, réponse, élaboration, soutien et correction, afin de déterminer le rôle joué par l’enseignant et les étudiants dans les discussions.

Voici les différents types d’actes de langage qu’ils ont relevés :

Speech act Exemples
ACK/SUPP = Soutien "good job", "correct", "you got it" …
ANS/ SUG = Réponse/suggestion "perhaps" "how about" "you might","you probably"

"maybe", "try", "i think", "I am/was thinking" "I'm guessing", "my guess" "it should" "it seems" "look at", "check"

ANNO = Annonce "office hours"
CORR/OBJ = Correction/objection "doesn't mean" "are you sure" "what/ how

about“"didn't work" / "not successful/ "better/ faster/ quicker way"- "i don't think it will work" / "not work" + ... "problem"

QUES = Question "how" "what" "can we" "are"/ "is" "why"

"just/were/was wondering" "I/we have a question" "my question"

ELAB = Elaboration Pas d’exemples donnés par les auteurs

Leur outil intelligent utilise des techniques de fouille de texte, afin d’extraire les mots et leur fréquence dans les questions des élèves, dans les documents de cours, et dans les discussions précédentes.

Lin, Hsieh et Chuang (2009) ont également utilisé la technique du text mining pour identifier les différents genres textuels dans les discussions en ligne. Ils ont proposé un système pour classifier les genres de contributions textuelles. Ils en ont identifiés six types : annonces, questions, explications, interprétations, conflits, affirmation.

3 Extraction de données dans un Forum

Partie rédigée par Mattia A. Fritz

  • Voir la page web scraping pour un aperçu général de l'extraction des données depuis des pages web

Les forums représentent des éléments très intéressants dans la perspective du text mining car ils proposent du contenu structuré selon des critères sémantiques (i.e. thématique, argument du fil de discussion, etc.) normalement produit par différents auteurs. Contrairement à une page de blog (sans commentaires) ou à un page web "informative" dont le contenu reflète la volonté communicationnelle d'une seule personne (ou une volonté conjointe entre plusieurs personnes), un forum propose plusieurs points de vue différents qui s'articulent dans une dynamique dialogique. En d'autres termes, dans une perspective analytique, les forums sont à la fois un lieu d'analyse des donnés en tant qu'information, mais également des donnés en tant qu'interaction - et donc comportement.

Au niveau de l'extraction des données, les caractéristiques propres au forums posent certaines difficultés qui nécessitent souvent une extraction plus complexe par rapport au "simple" web scraping. Ci-dessous une liste non exhaustive de ces difficultés.

3.1 Différents niveaux de granularité de l'analyse

La plupart des forums sont construits selon une architecture hiérarchique du type : Forum > Catégories > Sections > Discussions. À chaque niveau, tout élément est supposé entretenir avec les autres élément du même niveau un rapport de type sémantique afin qu'un équilibre entre similarité et particularité soit atteint. Par exemple, les sections d'une catégorie doivent se rapprocher afin que leur appartenance à cette catégorie soit justifiée, mais en même temps elles doivent justifier leur existence par rapports aux autres sections (i.e. apporter quelque chose d'unique). Une analyse peut par conséquent être menée à différents niveaux de granularité :

  • l'ensemble du Forum ;
  • une ou plusieurs catégories du Forum ;
  • une ou plusieurs sections d'une ou plusieurs catégories ;
  • ... et ainsi de suite.

La granularité la plus fine que l'on peut atteindre est normalement un message individuel d'un fil de discussion qui - dans une comparaison linguistique - représente en quelque sorte la plus petite unité de sens d'un Forum.

Le choix du niveau d'analyse comporte plusieurs enjeux qui dépendent également des caractéristiques techniques du Forum (ouvert au public, modéré, etc.). Généralement, un analyse au niveau du Forum entier permet le traitement d'une grande quantité de données, mais augmente la probabilité que des éléments hors sujet soient présents dans le corpus. À l'autre extrême, une analyse dans un fil de discussion individuel comporte moins de données, mais une grande probabilité d'analyser des données qui présentent une certaine homogénéité par rapport à l'argument d'intérêt.

Au niveau technique, la difficulté de l'extraction est proportionnelle à la quantité des niveaux et sous-niveaux analysées. Une analyse sur l'ensemble du Forum nécessite très probablement une extraction de type automatique, voire un accès direct à la base des données, c'est-à-dire sans passer par l'interface web (i.e. les pages). Au contraire, une analyse sur un fil de discussion peut se faire de manière manuelle ou semi-automatique, même si certains fils de discussion peuvent s'étaler sur plusieures pages. Certains types de Forum permettent à ce sujet d'exporter la discussion afin que tous les messages apparaissent sur une seule page.

3.2 Analyse du contenu vs. analyse de l'interaction

Une page qui propose le contenu d'un fil de discussion d'un forum peut être perçue de deux manières différentes impliquant deux structures sous-jacentes différentes :

  • Un corpus résultant du fusionnement de l'ensemble des productions de chaque auteur. Dans cette perspective le corpus assume une sorte de "volonté propre" qui est la somme indistincte des actes communicationnels des participants.
    • La structure sous-jacente des données est plutôt similaire à celle d'un texte brut, non structuré.
  • Un corpus résultant des dynamiques dialogiques des différents auteurs. Dans cette perspective le corpus assume un caractère interactif qui dérive du changement de rôle des acteurs qui sont parfois des émetteurs et parfois des récepteurs au niveau communicationnel.
    • La structure sous-jacente des données est plutôt similaire à un document XML, bien structuré, dans lequel on peut retracer le contenu, son auteur, et même son positionnement dans le fil de discussion (chronologique ou hiérarchique)

Au niveau technique, la difficulté de l'extraction est majeure dans la perspective interactive, car les données ne doivent pas seulement être extraites, mais également permettre des références croisées. À ce propos, le nom de l'auteur et le texte du message sont souvent dans deux noeuds différents au niveau de la structure du DOM. En effet, très souvent la structure d'un message d'un forum se compose de deux colonnes d'un tableau : dans la première il y a le nom de l'auteur du message (ainsi que d'autres informations para-textuelles), et dans la deuxième le texte du message (ainsi que d'autres informations para-textuelles encore). Pour extraire et mettre en relation auteur et texte il faut donc entamer un processus itératif de ce type :

  1. Identifier dans la structure de la page l'élément "conteneur" du message, il s'agit souvent d'un tableau ou d'un ligne de tableau (i.e. balise tr)
  2. Identifier dans l'élément conteneur l'élément qui contient le nom de l'auteur. Il s'agit très souvent du nom de l'utilisateur et par conséquent il est utilisé également comme lien hypertextuel au profil de l'utilisateur (i.e. balise a)
  3. Identifier dans l'élément conteneur l'élément qui contient le texte du message. Il s'agit dans ce cas souvent d'un élément de type div qui a parfois une classe qui permet de l'identifier facilement dans la structure (e.g. "post", "fulltext", ...)

Idéalement, à chaque itération de ce processus un nouveau nœud XML devrait être créé pour obtenir un document final similaire à celui-ci :

<corpus>
     <message>
          <auteur>Utilisateur X</auteur>
          <texte>Texte du message 1</texte>
     </message>
     <message>
          <auteur>Utilisateur Y</auteur>
          <texte>Texte du message 2</texte>
     </message>
</corpus>

L'identification de l'auteur dans un nœud XML séparé du contenu facilite l'évitement des conflits avec des noms d'utilisateurs utilisés dans le texte (e.g. la notation @Utilisateur utilisé souvent pour adresser une réponse directe). Ce schéma peut bien sûr être étendu avec d'autres informations telles que la date du message, le titre, etc.

3.3 Fonctionnalités techniques qui rendent l'analyse plus difficile

Le rôle des forums est de faciliter l'échange entre les utilisateurs et par conséquent les plateformes proposent souvent des fonctionnalités techniques qui permettent de se repérer dans le flux de discussion ou de "protéger" le bon déroulement de la discussion. Parmi ces éléments on trouve :

  • Les citations d'autres messages: un utilisateur peut citer - i.e. "englober" dans son message - une partie ou la totalité d'un message d'un autre utilisateur. La partie cité apparait souvent avec un style différent, par exemple en italique ou avec une couleur de fond différente.
  • Les réponses à d'autres messages : un utilisateur peut viser son intervention expressément en fonction d'un autre message. Les plateforme gèrent cette fonctionnalité ainsi que les réponses sont juxtaposées après le message avec souvent une indentation. L'affichage des messages ne suit donc plus l'ordre chronologique des posts.
  • La modération : des utilisateurs du forum disposent de pouvoirs techniques qui leur permettent d'effacer ou modifier le contenu d'un message qui ne respecte pas les règles de la plateforme

Ces fonctionnalités peuvent cependant obstruer une extraction de données. Voici pour chaque fonctionnalité une description des problèmes potentiels.

3.3.1 Les citations

Les citations représentent des éléments récursifs qui n'apporte rien de nouveau d'un point de vue informationnel, car il s'agit exactement du même contenu proposé simplement dans des endroits différents du flux de discussion. Cette récursivité risque de biaiser certains type d'analyses. Dans une analyse de fréquence, par exemple, les mots contenus dans une citation seraient comptés deux fois sans que ces mots aient été effectivement produits. Même dans le cadre d'une analyse assez simple qui vise mesurer la taille des messages des utilisateurs, un message qui en cite un autre aura de toute manière une longueur supérieur à l'original même si l'auteur se limite à quelques lignes de commentaires. Dans un classement des contributeurs, l'auteur du message avec citation aurait par conséquent un meilleure position de l'auteur du contenu original, même si ce dernier a en réalité écrit beaucoup plus.

Selon le type d'analyse prévue, il serait donc parfois nécessaire d'effacer les citations du corpus afin que l'analyse prenne en compte seulement du contenu "original", c'est-à-dire qui n'apparait pas à d'autres endroits du fil de discussion. On peut utiliser des expressions régulières ou exploiter les caractéristiques de style des textes cités pour les exclure du corpus, mais néanmoins il reste certains cadres de figure qui rendent cette opération difficile, voire impossible :

  • Le code utilisé pour la citation d'un autre message peut être utilisé pour citer du contenu qui provient d'autres sources (e.g. articles, pages wiki, etc.). L'exclusion de tous les éléments de style qui contiennent une citation risque ainsi d'effacer aussi du contenu "original" du point de vue du fil de discussion.
  • Les utilisateurs fragmentent parfois les citations en différentes morceaux afin qu'ils puissent répondre ponctuellement à des passages du message original. Cette pratique rend inefficace une exclusion de type auto-recursive (on cherche le texte d'un message à l'intérieur d'autres messages et on efface toute correspondance) car le texte du message originale n'apparaît plus exactement avec la même structure, mais il est interpolé avec du nouveau texte.
  • Les utilisateurs peuvent citer "manuellement" des passages du texte d'autrui avec du copier/coller et des guillemets

D'autre côté, les citations sont un élément très utile dans la perspective d'une analyse de la dynamique dialogique car elles permettent assez facilement d'établir des liens directs entre les messages d'un fil de discussion.

3.3.2 Les réponses

Les réponses aux messages structurent le fil de discussion de manière logique plutôt que chronologique. De cette manière, en effet, les messages forment une arborescence déterminée par le lien directe entre un message et sa (ou ses) réponse(s). Une indentation (i.e. un marge incrémental sur le côté gauche) signale souvent cette arborescence de manière graphique. Cette fonctionnalité peut poser quelques difficultés lors d'une extraction notamment en ce qui concerne :

  • Les extractions automatiques qui s'étalent dans le temps : ce type d'extraction contrôle souvent de manière incrémentale si des éléments ont été ajoutés à la fin du fil de discussion. Dans le cas d'une hiérarchisation non-chronologique, tout le fil de discussion devra être analysé à zéro.
  • Les extractions qui se basent sur la structure du DOM : les réponses sont souvent imbriquées dans l'élément qui représente le message auquel elles font suite. Dans une extraction basée sur la hiérarchie des éléments (e.g. XPath), il est difficile de prévoir tout les niveaux d'indentation qui peuvent se créer.

Tout comme les citations, néanmoins, les forums structurés en fonction des réponses permettent une analyse plus facile de la dynamique dialogique.

3.3.3 La modération

La modération (y compris l'auto-modération, c'est-à-dire la possibilité d'effacer ou modifier ses propres messages) permet aux acteurs en jeu de protéger la discussion en manipulant du contenu qui n'est pas jugé adéquat - pour des raisons de compréhensibilité ou d'uniformité aux règles d'édition. Cette fonctionnalité techniques présentent quelques difficultés dans la perspective d'une extraction de données :

  • Dans une analyse qui s'étale dans le temps, la manipulation à posteriori de messages altère les données qui ont déjà été recueillies auparavant. Notamment dans le cas de fils de discussion divisés sur plusieurs pages, l'effacement de messages recalibre la dispersion des messages sur les pages. Ceci rend plus compliqué la synchronisation des données sans avoir à refaire à chaque fois une nouvelle analyse qui peut être coûteuse en terme de temps et de ressources de computation.
  • Les messages censurés ont parfois été cités avant qu'ils soient effacés, pourtant il se crée une incongruence car le texte du message original figure encore en citation dans d'autres messages. Ceci rend encore plus compliqué la probabilité de pouvoir écarter les citations (voir plus haut dans cette section)

4 Les questions auxquelles nous souhaitons répondre

1. Termes qui apparaissent le plus souvent

  • Pour chaque chapitre, quels sont les termes qui reviennent le plus souvent ?
  • Pour l'ensemble du module traitement de texte, quels sont les termes qui reviennent le plus souvent ?

2. Nombre de messages postés par étudiant

  • Pour chaque chapitre, combien chaque étudiant a-t-il posté de messages ?
  • Pour l'ensemble du module traitement de texte, combien chaque étudiant a-t-il posté de messages ?

3. Nombre de questions posées

  • Pour chaque chapitre, combien y a-t-il de questions posées ?
  • Pour l'ensemble du module traitement de texte, combien y a-t-il de questions posées ?

5 Text mining appliqué au forum d'une formation à distance : solutions exemplaires

5.1 Constitution du corpus

Une analyse sur un forum peut être réalisée à différents niveaux de granularité (entier du forum, une ou plusieurs catégories du forum, un ou plusieurs fils de discussion, un ou plusieurs messages d'un fil de discussion).

Dans notre exemple, nous avons décidé de mener notre analyse sur plusieurs fils de discussions.

Le corpus est ainsi constitué de six fils de discussion issus du forum d'un des groupes du cours à distance aux compétences numériques. Chacun de ces fils de discussion correspond à un chapitre du module traitement de texte :

  • Chapitre 1 : Dossiers, fichiers et documents
  • Chapitre 2 : L'environnement des logiciels de traitement de texte
  • Chapitre 3 : Mise en forme de texte
  • Chapitre 4 : Mise en forme des caractères et des paragraphes
  • Chapitre 5 : Les styles
  • Chapitre 6 : Éléments de mise en page du document

Chaque fil de discussion contient en moyenne une vingtaine de messages.

Dans un premier temps, nous avons enregistré chaque fil de discussion du forum. Pour ce faire, il suffit d'aller dans le fil de discussion et de faire un clic droit, puis d'enregistrer sous.

Enregistrement d'un fil de discussion d'un forum Moodle

Le résultat est un fichier HTML contenant l'ensemble des informations présentes sur la page. Le problème réside alors dans le fait que le fichier contient de nombreuses informations inutiles dans le cadre de nos analyses. Il nous a fallu alors "nettoyer" le corpus.

5.2 Filtrage/nettoyage

Dans le cadre de nos analyses, nous avions besoin de deux types d'information : le nom de l'auteur du message (anonymisé, pour des raisons de confidentialité) et le texte du message.

Pour ce faire, nous avons réalisé ce qui est présenté au point 2.2.Pour l'extraction, nous avons utilisé à l'occasion Goutte, une biliothèque PHP pour faire du web scraping, mais le même résultat peut être obtenu avec d'autres outils, comme par exemple le paquet rvest de R.

Nous avons d'abord identifié dans la structure HTML de la page que les messages étaient contenu à l'intérieur d'un élément de class .forumpost. À l'intérieur de cet élément, nous avons ensuite identifié le nom de l'auteur à travers la notation .author a. Le texte du message pouvait être accédé avec la classe .posting. Ces identificateurs CSS sont cependant liés au thème particulier de Moodle utilisé et ne peuvent pas donc être appliqués pour toute extraction d'un forum Moodle. Une analyse du code de la page est nécessaire pour établir les identificateurs adéquats.

Au terme du nettoyage, nous avons obtenu deux types de fichiers :

  • Un fichier .docx (que nous avons également enregistré en version .txt)
  • Un fichier .xml

Ces deux fichiers contiennent l'ensemble des messages des six fils de discussions accompagnés de son auteur, représenté par un code sous la forme UserXXXXX (le code étant toujours le même pour chaque auteur dans l'ensemble du corpus). Étant donné que nous souhaitons réaliser des analyses de deux types :

  1. Sur chaque fil de discussion séparé
  2. Sur l'ensemble du corpus

Il nous faut transformer quelques peu nos fichiers de manière à obtenir un fichier par fil de discussion.

5.3 Transformation des fichiers

Pour obtenir un fichier par fil de discussion, il suffit de supprimer les données inutiles, c'est-à-dire de garder uniquement celles concernant le fil de discussion qui nous intéresse, puis d'enregistrer le fichier sous un nouveau nom.

5.4 Analyses et interprétation des résultats

5.4.1 Question 1 : Termes qui apparaissent le plus souvent

  • Pour chaque chapitre, quels sont les termes qui reviennent le plus souvent ?
  • Pour l'ensemble du module traitement de texte, quels sont les termes qui reviennent le plus souvent ?

Nous avons utilisé IRaMuTeQ pour répondre à ces deux questions, en créant un nuage de mots par chapitre, ainsi qu’un nuage pour le corpus entier (l’ensemble des chapitres).

Dans un premier temps, nous avons modifié nos fichiers .txt pour pouvoir les importer ensuite dans IRaMuTeQ, c’est-à-dire :

  • Nous avons mis au début du texte 4 étoiles ****
  • Nous y avons inséré une variable de type : *var_1


Modification des fichiers .txt pour pouvoir les importer dans IRaMuTeQ


Une fois les fichiers modifiés, nous avons importé notre corpus en suivant les informations données ici.

Nous avons nettoyé le texte en suivant la procédure présentée .

Ensuite, nous avons généré un nuage de mots pour chaque chapitre, ainsi que pour l’ensemble des chapitres, de manière à voir quels sont les termes qui apparaissent le plus souvent. Notre hypothèse étant que les termes apparaissant le plus souvent dans un fil de discussion sont ceux qui peuvent potentiellement poser le plus problème pour les étudiants.

Pour ce faire, cliquer sur l'onglet "Analyse de texte", puis sur "Nuage de mots" :


Procédure pour générer un nuage de mots

Voici les résultats obtenus pour chaque chapitre, ainsi que pour l'ensemble du corpus :


Chapitre 1

Nuage de mots obtenu pour le chapitre 1

Nous pouvons constater que dans le nuage concernant le chapitre 1, le mot revenant le plus (sans prendre en compte les salutations) est le mot « document ». Le chapitre 1 portant sur le thème « dossiers, fichiers et documents ». Nous pouvons donc supposer que la notion de document pose des problèmes aux étudiants. Nous remarquons également que le terme « User88448 », correspondant au nom du tuteur anonymisé, apparaît très souvent. Le tuteur semble donc avoir posté plus de messages que les étudiants. Nous pourrons vérifier cela dans la question 2. Un autre user apparaît dans le nuage « user84062 », cet étudiant a donc posté davantage de messages que ses pairs, ce que nous pourrons également vérifier dans la question 2.


Chapitre 2

Nuage de mots obtenu pour le chapitre 2

Dans le nuage correspondant au chapitre 2, nous voyons que le terme « document » apparaît à nouveau beaucoup. Il semble que ce terme posant déjà problème dans le chapitre 1 continue à être sujet des questions des étudiants. Cette indication permettrait à l’enseignant/aux tuteurs du cours de revenir sur cette notion, afin de la rendre plus claire pour les étudiants. D’autres termes apparaissent souvent comme « fenêtre », « enregistrement », « afficher », « section », « macro ». Ces termes sont liés au sujet du chapitre 2 qui est « L'environnement des logiciels de traitement de texte ». Il est donc probable que les étudiants aient rencontré des difficultés avec certaines fonctionnalités d’affichage ou d’enregistrement, ainsi qu’avec l’interface des logiciels. Le mot « mac » apparaît également de manière fréquente. Nous pouvons faire l’hypothèse que les étudiants travaillant sur mac ont rencontré des problèmes. Cette hypothèse se vérifie puisque plusieurs étudiants utilisant mac avaient rencontré des difficultés. En effet, dans la théorie du chapitre, les informations étaient basées sur une interface PC, par exemple pour les raccourcis clavier, ce qui avait posé problème aux étudiants utilisant un mac. Le nuage de points permet donc d’attirer l’attention de l’enseignant/du tuteur sur ce souci récurrent.


Chapitre 3

Nuage de mots obtenu pour le chapitre 3

Dans le nuage correspondant au chapitre 3, le mot revenant le plus est « mac ». A nouveau, plusieurs étudiants travaillant sur mac semblent avoir rencontré des difficultés. Ces problèmes étaient d’ailleurs liés aux différentes appellations des onglets et fonctionnalités sur Word Mac et sur Word PC. Les autres termes revenant fréquemment sont « remplacer », « corriger », « orthographe », ces éléments renvoient à la recherche et remplacement orthographique. Il semblerait donc intéressant de revenir sur cette partie du chapitre qui paraît poser souci aux étudiants.


Chapitre 4

Nuage de mots obtenu pour le chapitre 4

Dans ce nuage, les termes revenant le plus fréquemment (sans prendre en compte question/réponse) sont« paragraphe », « tabulation » et « taquet ». Le chapitre 4 traitant de la mise en forme des caractères et des paragraphes, il semble que les étudiants rencontrent des difficultés avec la notion de paragraphe, ainsi qu’avec l’insertion de taquet de tabulation. La mise en évidence de ces termes permet donc en un coup d’œil de noter les notions sur lesquelles revenir avec les étudiants.


Chapitre 5

Nuage de mots obtenu pour le chapitre 5

Dans ce nuage les termes apparaissant le plus souvent (toujours sans prendre en compte bonjour, réponse) sont « créer », « matière », « table », « interligne », « style ». Les étudiants semblent ainsi rencontrer des difficultés concernant la création d’une table des matières, les interlignes, ainsi que les styles.


Chapitre 6

Nuage de mots obtenu pour le chapitre 6

Dans ce chapitre, traitant des éléments de mise en page du document, les termes qui semblent poser le plus de difficultés aux étudiants sont « page » et « section ». Il paraît alors essentiel de revenir sur ces notions avec les étudiants.


Ensemble du corpus

Nuage de mots obtenu pour l'ensemble du corpus

Dans l’ensemble du corpus, les mots revenant le plus souvent sont ceux liés à la salutation « bonjour », « journée », « soirée ». En écartant ceux-ci, nous constatons que « user 884488 », c’est-à-dire le tuteur, apparaît plus souvent que les autres utilisateurs : le tuteur semble donc écrire davantage de messages que les étudiants. User84062 semble être l’étudiant qui écrit le plus dans le forum, ce que nous pourrons vérifier dans la question suivante. Le mot « mac » revient également très souvent, en lien avec les difficultés rencontrées par les étudiants utilisant un mac.

5.4.2 Question 2 : Nombre de messages postés par étudiant

  • Pour chaque chapitre, combien chaque étudiant a-t-il posté de messages ?
  • Pour l'ensemble du module traitement de texte, combien chaque étudiant a-t-il posté de messages ?

Pour répondre à ces deux questions, nous proposons deux solutions : l'une avec Voyant Tools et l'autre avec R.

5.4.2.1 Avec Voyant Tool

Pour répondre à ces deux questions, nous avons utilisé Voyant Tools, plus précisément l’outil « corpus term frequencies ». Cet outil permet d’obtenir une table de la fréquence et de la répartition des mots dans le corpus.

Nous avons créé une table par chapitre, ainsi qu’une table pour l’ensemble des chapitres.

Dans un premier temps, nous avons uploadé et intégré le fichier (xml). Pour ce faire :

1. Cliquer sur "Upload"

Uploader un fichier dans Voyant Tools (1)


2. Cliquer sur "add"

Uploader un fichier dans Voyant Tools (2)


3. Cliquer sur "Reveal"

Intégrer le fichier dans Voyant Tools


Une fois le fichier intégré, nous nous sommes intéressés à la partie en bas à droite « Words in the entire corpus » :

Partie « Words in the entire corpus »


Cela nous donne l’ensemble des mots apparaissant dans le document. Toutefois, comme nous nous intéressons au nombre de message postés par étudiants, nous n’avons pas besoin de l’ensemble des termes contenus dans le corpus.

Pour connaitre le nombre de messages postés par étudiant, il suffit de regarder la fréquence d’apparition des différents UserXXXXX. En effet, les fils de discussion ont été nettoyés de manière à ce que seuls les noms des utilisateurs soient anonymisés.

Les prénoms des étudiants qui peuvent apparaître dans le corps des messages ont été laissé tels quels et ne sont donc pas pris en compte lorsque nous regardons la fréquence d’apparition des user.

Pour sélectionner les termes, il suffit d’agrandir la fenêtre concernant la fréquence :

Agrandir la fenêtre de fréquence


En bas à gauche, on recherche le terme « user » afin de ne conserver que les UserXXXXX.

Recherche du terme « user »


Pour le chapitre1, on obtient :

« user » contenus dans le chapitre 1


Nous pouvons alors constater que pour le fil de discussion du chapitre 1 :

  • User88448 (tuteur) a posté 5 messages
  • User84062 a posté 4 messages
  • User886204 a posté 2 messages
  • User42242 a posté 1 message
  • User42204 a posté 1 message
  • User62202 a posté 1 message
  • User82424 a posté 1 message

Dans la réponse à notre première question, nous avions vu que pour les chapitre 1 et 2, l’étudiant qui apparaissait le plus était User84062 en ayant posté davantage de messages que ses pairs, ce qui se vérifie ici.

Nous avons répété la même procédure pour les cinq autres chapitres. Voici un tableau récapitulant le nombre de messages postés par étudiant et par chapitre :

Nombre de messages postés par étudiant et par chapitre


Pour les chapitres 1, 2 et 3 c’est User84062 qui a le plus participé au forum. Pour le chapitre 4, c’est user84062 et user82424. Pour le chapitre 5, c’est à nouveau user82424 et pour le dernier chapitre, ce sont user84062 ainsi que user42242.

Pour l’ensemble des chapitres, c’est user84062 qui a le plus posté dans le forum, puis User84062 et user82424 :

Nombre de messages postés par étudiant pour l'ensemble des chapitres
5.4.2.2 Avec R

Pour commencer, il est nécessaire d’avoir à disposition une liste des user. Nous l’avons fait dans le point précédent :

  • User88448 (tuteur)
  • User84062
  • User88624
  • User42242
  • User42404
  • User62202
  • User82424
  • User28064
  • User00084
  • User48048

Ensuite, il est possible de demander à R de repérer où apparaît chacun des user dans le corpus.

Pour ce faire, nous utilisons la fonction readLines qui lit notre fichier chap1.txt ligne par ligne :

corpus <-readLines("chap1.txt")

Chaque ligne est associée à un nombre entre crochets. Nous utilisons la commande suivante : grep("UserXXXXX", corpus) afin de repérer où apparaît chacun des user en donnant les nombre entre crochets correspondant :

Repérage des user

Le fait de compter chaque nombre correspondant à la ligne où apparaît le User est fastidieux lorsqu’on a un grand nombre de données. Il est alors possible d'utiliser les commandes suivantes pour obtenir automatiquement la fréquence d’apparition du User en question :

num <- grep("UserXXXXX", corpus) > num > length(num)

Voilà ce que cela donne pour User88448 (tuteur) :

Nombre d'apparition du User88448 (tuteur)

En faisant cette même procédure pour chaque user et pour chaque chapitre, nous obtenons les mêmes résultats qu’avec Voyant Tools, mais en faisant moins de manipulations.

5.4.3 Question 3 : Nombre de questions posées

  • Pour chaque chapitre, combien y a-t-il de questions posées ?
  • Pour l'ensemble du module traitement de texte, combien y a-t-il de questions posées ?

Pour répondre à ces questions, nous avons utilisé R.

Dans un premier temps, il est nécessaire d'indiquer à R où trouver les fichiers sur lesquels nous travaillons. Pour ce faire, il suffit d'aller dans "Fichier" --> "Changer le répertoire courant" --> chercher le dossier contenant les fichiers du corpus.

Nous allons commencer par répondre à la question suivante : Pour le chapitre 1, combien y a-t-il de questions posées ?

Pour ce faire, il nous faut tout d'abord segmenter notre corpus en unités, c'est-à-dire créer un tableau à partir du corpus.

Il est possible de segmenter le fichier en lignes. Nous utilisons la fonction readLines qui lit notre fichier chap1.txt ligne par ligne :

corpus <-readLines("chap1.txt")

Visualisation du corpus (chap1.txt) lu ligne par ligne

Chaque ligne est associée à un nombre entre crochets.

Il est également possible de segmenter le fichier en "character", c'est-à-dire en mots, espaces, etc. Nous utilisons la fonction scan<code> :

<code>corpus <- scan ("chap1.txt", what="character", sep="")

Segmentation du corpus (chap1.txt) en "character"


Chaque caractère est associé à un nombre entre crochets.

Nous avons opté pour cette option.

Dans un deuxième temps, nous allons rechercher, à travers des expressions régulières, des co-occurences. Ici, nous recherchons l'occurrence "?", puisque nous partons du principe qu'une question se reconnaît à son point d'interrogation.

La commande suivante grep("\\?", corpus) permet de repérer où apparaissent les points d'interrogation en donnant les nombre entre crochets correspondant :

Repérage des points d'interrogation (chap1.txt)

Il est possible de compter chaque résultat, mais si nous en avons un grand nombre cela prendrait trop de temps. Il est alors possible d'utiliser les commandes suivantes :

num <- grep("\\?", corpus)

> num

> length(num)

Dans R cela donne :

Comptage des points d'interrogation (chap1.txt)

La première ligne nous redonne les endroits du corpus qui présentent un point d'interrogation. La commande length(num) permet de compter le nombre de point d'interrogation.

Dans le chapitre1, il y a ainsi 8 points d'interrogation présents, c'est-à-dire 8 questions posées.

Voici une commande regroupant l'ensemble des étapes réalisées pour obtenir le nombre de point d'interrogation :

length(grep("\\?", scan("chap1.txt", what="character")))

En utilisant cette commande, on obtient directement le résultat attendu :

Résultat du nombre de points d'interrogation obtenu à l'aide d'une seule commande (chap1.txt)

Nous avons utilisé cette même commande pour l'ensemble des chapitres, c'est-à-dire en remplaçant "chap1.txt" par le nom des autres fichiers. Nous obtenons les résultats suivants :

Chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 :

Nombre de points d'interrogation présents dans chacun des chapitres

Pour récapituler :

Chapitre Nombre de questions posées
Chapitre 1 8
Chapitre 2 18
Chapitre 3 8
Chapitre 4 10
Chapitre 5 14
Chapitre 6 11
Total 69

Pour conclure, c’est donc le chapitre 2 qui a suscité le plus de question chez les étudiants.

6 Conclusion

Notre objectif était de montrer en quoi et comment le text mining permet à un enseignant d'automatiser le traitement des données contenues dans le forum de son cours et d'obtenir rapidement des éléments permettant l'évaluation des étudiants et/ou de son enseignement. Pour ce faire, nous avons pris l’exemple d’un forum utilisé dans une formation à distance aux compétences numériques. Nous avons et décidé de répondre à trois types de questions :

1. Les termes apparaissant le plus souvent, dans chaque chapitre et pour l’ensemble du module traitement de texte.

En utilisant IRaMuTeQ, nous avons pu générer des nuages de mots et ainsi voir les termes les plus fréquents. Cette information permet ensuite à l’enseignant de revenir sur les points de théories en lien avec ces termes et qui paraissent poser problème aux étudiants.

2. Le nombre de messages postés par chaque étudiant, dans chaque chapitre et pour l’ensemble du module traitement de texte.

En utilisant Voyant Tools et R, nous avons pu identifier le nombre message posté par chaque User. Cette information permet à l’enseignant du cours de vérifier rapidement si chaque étudiant a bien posté au minimum un message par chapitre (l’une des conditions pour obtenir l’attestation finale).

3. Le nombre de questions posées, dans chaque chapitre et pour l’ensemble du module traitement de texte.

En utilisant R, nous avons pu identifier le nombre de questions posées et ainsi voir quel chapitre pose le plus de problème aux étudiants. Nous avons donc pu répondre à chacune de nos questions grâce au text mining. Cette technique permet de donner à l’enseignant des informations sur les étudiants sans avoir besoin de lire l’ensemble des messages postés.

Toutefois, il est essentiel avant de commencer tout traitement de données d’avoir une idée relativement précise de ce que l’on cherche et avec quel outil on souhaite obtenir ces informations. Effectivement, en posant les objectifs au préalable et en sachant quel outil l’on souhaite utiliser, il est ensuite plus simple de nettoyer le corpus en conséquence. Par exemple, au vu de nos questions, nous avions besoin du nom de l’étudiant (ici anonymisé) et du contenu du message, nous avons donc pu supprimer les données inutiles (dates, contenu de la page Moodle...).

7 Limite et perspectives

Une des limites à mentionner est le fait que nous avons eu besoin de trois outils de text mining différents (R, Voyant Tools et IRaMuTeQ) pour répondre à nos questions. Pour qu’un enseignant puisse réellement utiliser cette technique, il faudrait créer une page qui regroupe ces fonctionnalités. L’enseignant téléchargerait son corpus et il obtiendrait automatiquement les réponses aux différentes questions posées (termes fréquents, nombre de messages par étudiant et nombre de questions) sans avoir besoin de réaliser l’ensemble des manipulations que nous avons présentées ci-dessus.

8 Références bibliographiques

  • Azevedo, B. F. T., Reategui, E. B. & Behar, P. A. (2011). Automatic analysis of messages in discussion forum. 14th International Conference on Interactive Collaborative Learning (ICL2011) ̶ 11th International Conference Virtual University (vu'11) : Piešťany, Slovakia.
  • Dringus, L. P. & Ellis, T. (2005). Using data mining as a strategy for assessing asynchronous discussion forums, Computers & Education, 45, 41–160.
  • Kim, J., Shaw, E., Chern, G. & Feng, D. (2007). An Intelligent Discussion-Bot for Guiding Student Interactions in Threaded Discussions. AAAI Spring Symposium on Interaction Challenges for Intelligent Assistants. Stanford University.
  • Lin, F, Hsieh, L. & Chuang, F. (2009). Discovering genres of online discussion threads via text mining, Computers & Education, 52(2), 481-495.
  • López, M.I., Luna, J. M., Romero, C. & Ventura, S. (2012). Classification via clustering for predicting final marks based on student participation in forums. In Proceedings of the 5th International Conference on Educational Data Mining (pp.148-151).
  • Tobarra, L.; Robles-Gomez, A.; Ros, S.; Hernandez, R.; Caminero, A.C., "Discovery of interest topics in web-based educational communities," Computers in Education (SIIE), 2012 International Symposium on , vol., no., pp.1,6, 29-31 Oct. 2012