Apprendre dans un EIAH: conception et pédagogie

De EduTech Wiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Rima Achour Rahmani - Volée Baldur


1 Résumé

Apprendre dans les Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain (EIAH ) suscite à la fois l’informatique , la didactique et la pédagogie. Plusieurs environnements d’apprentissage s’offrent à l’enseignant qui se voit dans l'obligation d’ adapter l’outil numérique aux apprenants et aux besoins d'apprentissage en passant par l’analyse des traces . La pédagogie digitale oriente et régule ces nouvelles pratiques d’apprentissage pour mieux réutiliser le contenu et assurer la réadaptation de l’outil pour enfin l'approprier.


2 Introduction

Avec l’avènement d’une ère de l’informatique, l’enseignement intègre les dispositifs numériques pour apprendre, améliorer les apprentissages ou les accompagner. ( Mayer.2010.p 192). Pour concevoir un EIAH, la coopération entre les ingénieurs en informatique, les ingénieurs pédagogiques , les élèves ou étudiants et les enseignants est attendue ( Sanchez.Mooc EIAH). Cette conception EIAH doit-elle être adoptée ou adaptée par l’enseignant ? Quelles interventions pédagogiques attend-on en EIAH ?


3 Développement

3.1 L'enseignant et la conception d’un EIAH :

« Un EIAH est, fondamentalement, la conjonction d’une intention didactique ou pédagogique et d’un environnement informatique » (Tchounikine et Tricot P. 175). En d'autres mots ,la conception d’ un EIAH dépend particulièrement de la coopération des trois acteurs principaux: les enseignants, les ingénieurs pédagogiques ( les brokers) et les ingénieurs en informatique (Sanchez), ce qui en résulte: un outil numérique au service de l'enseignement et qui sera utilisé d’une manière pédagogique.

L'enseignant en choisissant le e -learning est en mesure , soit de : a) concevoir un EIAH pour une activité, le mettre en pratique puis vérifier s’il convient aux attentes didactiques , pédagogiques des apprenants et leur motive de plus s’assurer que les conséquences sont positives, dans ce cas , il pourrait l'adopté comme l’indique Leroux et al dans la première phrase : “les usages numériques à visée éducative ont un effet positif et significatif sur les apprentissages, bien que la taille de cet effet soit très variable et, dans la majorité des cas, modeste” (Leroux & Al., 2017, p.440) en revanche le constat indiqué dans l’ultime phrase de la citation mène vers le deuxième choix que l’enseignant se voit en mesure b) de reconcevoir les EIAH à partir de l’analyse des traces ( Thibaut Caron) pour installer les compétences visées et développer les performances , ce qui implique une adaptation des interfaces et des fonctionnalités; une démarche qui doit se faire consécutivement aux besoins de l’apprentissage et du contenu didactique ,ceci , en effet rejoint la littérature de (Tchounikine et Tricot P. 175) qui stipule que “La conception d’un EIAH pose des questions qui relèvent à la fois de l’informatique et des sciences cognitives lorsque le problème considéré est celui de la mise en œuvre de situations d’apprentissage nécessitant la conception d’un artefact informatique spécifique, qui doit présenter des propriétés ou des caractéristiques explicitement liées à l’intention didactique ou au contexte pédagogique. Ces caractéristiques sont, par exemple, les primitives épistémologiques ou les contraintes qui sont véhiculées par les interfaces mises à la disposition de l’apprenant. Les interfaces d’un outil de modélisation proposé (ou imposé) à l’apprenant peuvent ainsi être élaborées en vue de fournir des primitives conceptuelles (i.e., pour l’apprenant, des «outils psychologiques» spécifiques, étudiées sur la base d’un modèle théorique de l’apprentissage ou de connaissances capitalisées sur les conditions de l’apprentissage visé. Il est également possible d’influer sur le processus d’action de l’apprenant en imposant des contraintes qui ne se justifient pas par rapport à la réalisation de la tâche, mais par rapport aux objectifs pédagogiques et/ou à l’adoption d’un point de vue particulier sur les mécanismes d’apprentissage.


3.2 Quelle pédagogie?

Mais, qu’en est il de la pédagogie dans un EIAH? l’enseignant est exposé en e-learning à un amas de type d’environnement d’apprentissage qui pourra être proposé ( ou imposé) aux apprenants, notant :la formation assistée par ordinateur, le multimédia, les simulations interactives, les hypertextes et les hypermédias, les tuteurs intelligents, la recherche documentaire par requêtes, les agents pédagogiques animés, les environnements virtuels avec agents pédagogiques, les jeux sérieux, et l’apprentissage collaboratif assisté par ordinateur ( Mayer.2010 ), l’enseignant choisit d’utiliser un ou plusieurs types en fonction de ses objectifs d'apprentissage ou encore pour favoriser ou soutenir l’apprentissage . Cependant , une telle diversité n’assure pas automatiquement un meilleur apprentissage et ne réduit pas le taux d'échec , c’est ce que Mayer explique « l’apprentissage est le fruit d’une méthode pédagogique et non d’un support particulier : on peut concevoir une démarche efficace ou inefficace, que l’on utilise un ordinateur ou un manuel par exemple » (p. 202).

Donc , afin d’assurer un meilleur apprentissage , il serait judicieux d’opter pour une méthode pédagogique diversifiée et centrée sur l'apprenant qui l’ EIAH sera à son service et que en aucun moment de l'apprentissage l’EIAH sera un écueil . Il faut noter aussi que la pédagogie en présentiel est différente d’une pédagogie en EIAH, dite pédagogie digitale, à ce sujet plusieurs recherches et études s’amorcent et s’approfondissent.


4 Conclusion

Concevoir un EIAH nécessite l’intervention de plusieurs parties prenantes; trois d'entre eux sont essentiellement appelés à travailler en coopération pour réussir la phase de la conception et puis faciliter sa réadaptation. L’enseignant est en mesure de bien concevoir ( si il a la possibilité de le faire) ou de bien choisir un EIAH en fonction des apprenants et objectifs d’apprentissage dans une pédagogie digitale qui cherche à passer le bon contenu dans un EIAH le plus adapté à travers l’analyse des traces.

Dans un EIAH le concepteur est contrarié par le flux digital, il doit concevoir dans le sens que l'apprenant passe moins de temps à chercher, utiliser et passe plus de temps dans la réutilisation du contenu pédagogique. La pédagogie est censée orienter l’enseignant sur comment modérer le temps digitale ( ce que l'apprenant met comme temps pour chercher un contenu, répondre à une tâche dans un EIAH ) et pouvoir augmenter le temps de sa réappropriation.


5 Références bibliographiques

  • Leroux, G., Monteil, J. & Huguet, P. (2017). Apprentissages scolaires et technologies numériques : une revue critique des méta-analyses. L’Année psychologique, vol. 117(4), 433-465.
  • Mayer, R. (2010), « Apprentissage et technologie », dans Dumont, H., D. Istance et F. Benavides (dir. pub.), Comment apprend-on ? : La recherche au service de la pratique, Éditions OCDE, Paris.
  • Tchounikine, Pierre & Tricot, André. (2011). Environnements informatiques et apprentissages humains.