Aperçu historique et classification des objets

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher

1 Aperçu historique et classification des objets d'apprentissage traditionnels et numériques

2 Oren Zuckerman

MIT Media Laboratory, 20 Ames Street, Cambridge, MA 02139

orenz@media.mit.edu

3 Résumé

Les objets d'apprentissage sont des objets physiques, spécifiquement conçus pour promouvoir l'apprentissage par une interaction pratique. Ce sont des matériaux populaires dans l'éducation de la petite enfance, à l'école et à la maison. Je présente un aperçu historique des objets d'apprentissage, en commençant par la philosophie éducative de John Locke et les suggestions de conception, en continuant avec les approches des pionniers de l'éducation Friedrich Froebel, Maria Montessori et John Dewey. J'illustre les influences historiques de ces pionniers et définis trois catégories d'Objets d'Apprentissage, basées sur mon interprétation des approches de conception des pionniers : Construction & Design (associé à Froebel), Manipulation Conceptuelle (associée à Montessori), et Reality Role Play ( associé à Dewey). Je classe les objets d'apprentissage populaires dans les catégories, en clarifiant les différences dans les activités de jeu naturelles avec ces objets. Je continue avec Learning Objects de l'ère numérique, montrant que la classification peut être utile pour les conceptions actuelles et futures d'objets d'apprentissage.

4 ORIGINES D'OBJETS D'APPRENTISSAGE

Dans cette section je passe en revue les personnes qui, à mon avis, ont joué un rôle clé dans le développement des objets d'apprentissage, sous différents angles, notamment philosophiques, épistémologiques, psychologiques, conceptuels et concrets dans les écoles et les jardins d'enfants.

4.1 John Locke : "la connaissance vient de l'expérience" :

Dans les années 1690, John Locke, un des principaux collaborateurs du mouvement philosophique Empirisme, écrivit « Un essai sur la compréhension humaine». Dans l'essai, Locke a jeté les bases du mouvement « apprendre de l'expérience», l'ancêtre de l'école de pensée «apprendre en faisant» d'aujourd'hui: «Toutes les idées viennent de la sensation ou de la réflexion. Supposons donc que l'esprit soit, comme on dit, un livre blanc, vide de tout caractère, sans aucune idée : comment le meubler? D'où vient-elle par ce vaste magasin que l'imagination affairée et illimitée de l'homme y a peinte avec une variété presque infinie ? D'où vient tout le matériel de la raison et de la connaissance ? A cela, je réponds, en un mot, par l'expérience. » (Locke, 1698).

Dans la terminologie du 17ème siècle, l'expérience signifiait aussi expérimenter (BBC radio, 2004). Par conséquent, apprendre de l'expérience, de la sensation et de la réflexion, c'est apprendre à partir d'expériences et de réflexions pratiques. Locke a suggéré une conception pour un objet d'apprentissage : «Il peut y avoir des dés et des choses de jeu, avec les lettres sur eux, pour apprendre aux enfants l'alphabet en jouant; et vingt autres voies peuvent être trouvées, adaptées à leur tempérament particulier, pour faire de ce genre d'apprentissage un sport »(Locke, 1693, P.148). Par exemple ; et si une boule d'ivoire était faite comme celle de la loterie Royal-Oak, avec trente-deux côtés, ou une plutôt de vingt-quatre ou vingt-cinq côtés; et sur plusieurs de ces côtés collés sur un A, sur plusieurs autres B, sur d'autres C, et sur d'autres D? Je voudrais que vous commenciez avec ces quatre lettres, ou peut-être seulement deux au début ; et quand il est parfait en eux, en ajouter un autre; et ainsi de suite, jusqu'à ce que chaque côté ait une lettre, il y a sur lui tout l'alphabet. » (Locke, 1693, P.150).

La vision de Locke a influencé beaucoup de penseurs, parmi eux étaient Condillac et Rousseau. Quand Rousseau a vécu à Paris, il était le précepteur du jeune abbé de Mably, et a fait connaissance avec le jeune frère brillant de Mably, Etienne de Condillac (J. Rousseau, J. New School University). Condillac et Rousseau ont étendu les idées éducatives révolutionnaires de Locke dans différentes directions. Rousseau a étendu le côté expérientiel, l'interaction ouverte avec la nature et les objets, de l'apprentissage comme un processus graduel d'expérimentation. En revanche, Condillac a étendu le côté de la sensation, et a développé la théorie du sensationnalisme (« toute la connaissance vient des sen s») (Knight, 1968). Dans mon analyse, ces deux philosophes représentent deux mouvements distincts : (1) Le mouvement «La main intelligente», dirigé par Condillac, s'est concentré sur l'interaction sensorielle avec les objets comme origine de l'intelligence. (2) Le mouvement « Expérimentation », dirigé par Rousseau, s'est concentré sur l'exploration ouverte, l'expérimentation dans le monde réel et l'interaction avec la nature comme source de connaissance.

Les personnes clés que j'associe à chacun de ces mouvements, progressant vers les œuvres éducatives révolutionnaires de Friedrich Froebel, Maria Montessori et John Dewey, qui ont changé l'histoire de l'éducation de la petite enfance.

4.2 Le mouvement "main intelligente" :

Etienne Condillac (1714-1780): a développé la théorie du sensationnalisme (c'est-à-dire que toute connaissance vient des sens et qu'il n'y a pas d'idées innées). Il a essayé de simplifier la théorie de la connaissance de Locke en soutenant que toute expérience consciente est simplement le résultat de sensations passives. (Chevalier, 1968).

Jean-Marc Gaspard Itard (1774-1838): conçu plusieurs nouvelles méthodes d'éducation et de traitement des sourds-muets. Son approche éducative reposait fortement sur l'entraînement sensoriel et la stimulation (Itard, 1962). Il est devenu célèbre en insistant sur le traitement de Victor, «le garçon sauvage d'Aveyron», le garçon qui a été trouvé dans les bois près du village de Lacaune, France en 1797. Itard a travaillé étroitement avec Victor, essayant de lui apprendre à parler. Itard a utilisé des matériaux communs qu'il a « construits ou adaptés pour l'entraînement», y compris un jeu d'alphabet physique. Itard rapporte un certain succès transitoire de ses méthodes, notamment lorsque Victor utilisa les lettres LAIT pour demander du lait. (Lane, 1976).

Edward Seguin (1812 - 1880) Seguin était l'élève d'Itard. Il a amélioré et élargi l'approche de la formation sensorielle de son enseignant et l'a mise en pratique dans des écoles spéciales pour élèves retardés. Il a gagné la renommée en Europe et à l'étranger pour son test d'intelligence non verbale (Itard, 1962), un tableau avec dix formes géométriques. Aujourd'hui, les panneaux de formes sont un matériau populaire dans l'éducation de la petite enfance. Seguin croyait que «la main active stimule l'intelligence », que grâce aux exercices physiques et au développement sensoriel, les capacités cognitives des personnes ayant une déficience développementale pourraient être accrues.

4.3 Maria Montessori (1870-1952) :

Montessori fut la première femme en Italie à obtenir un diplôme de médecin. Elle était l'élève de Seguin et était passionnée pour aider les enfants retardés à apprendre. Montessori a étudié intensivement le travail de Seguin et d'Itard et a étendu leurs techniques d'entraînement sensoriel et de stimulation. Spécifiquement, elle a étendu leur matériel de formation dans ses fameux « matériaux Montessori », ce qu'elle a appelé les « matériaux didactiques ». Montessori était extrêmement prolifique, et a créé une philosophie éducative (la méthode de Montessori, 1916), prolongeant son travail avec des enfanta avec un retard et avec des enfants normaux grâce à son réseau de « casa de bambini ». En ce qui concerne les objets d'apprentissage qu'elle a conçus (les fameux « matériaux Montessori »), elle a commencé avec les matériaux d'Itard et de Seguin (tels que les lettres alphabétiques d'Itard e le tableau des formes de Seguin), et les a étendues dans des conceptions brillantes dans quatre catégories principales : vie pratique, sensorielle, mathématiques, langage.

La méthode de Montessori avait plusieurs principes éducatifs. Je me concentrerai sur ceux liés à la conception d'objets d'apprentissage, principalement les principes de «l'environnement préparé», qui impliquaient le matériel pédagogique et le rôle de l'enseignant (Montessori, 1949). Les matériaux devraient être conçus en gardant à l'esprit les principes suivants: développement approprié, isolement des propriétés, stimulation de l'activité, conception attrayante pour les enfants, matériaux qui devraient être autodidactes (faciliter l'apprentissage autodirigé), soutenir la continuité (image d'une échelle, l'environnement préparé devrait permettre aux enfants de progresser individuellement, passant d'objets simples à des objets plus avancés à leur propre rythme), d'interaction de groupe de soutien (les matériaux devraient soutenir la collaboration mixte). Le rôle de l'enseignant dans la méthode Montessori est de permettre à l'enfant d'agir de manière autonome, de fournir des opportunités d'apprentissage par l'intermédiaire d'un enseignement indirect et d'un apport éducatif.

Un concept intéressant dans l'écriture de Montessori est sa « polarisation de l'attention » - la polarité entre le moment de l'activité et les moments de réflexion. Dans l'exemple suivant, Montessori décrit une observation d'une jeune fille de 13 ans qui était profondément engagée dans les blocs-cylindres: «Au début, je regardais la petite, sans la déranger, et je commençais à compter combien de fois elle répétait l'exercice, mais ensuite, quand j'ai vu qu'elle continuait longtemps, j'ai pris la petite chaise où elle était assise et mettez la petite chaise et la petite fille sur la table; la petite ramassa rapidement son jouet cylindrique, posa le bloc de bois sur l'accoudoir de la chaise, posa le cylindre sur ses genoux et continua à travailler. Puis j'ai demandé à tous les enfants de chanter ; ils ont chanté, mais la fille a continué à répéter l'exercice, même après la courte chanson était terminée. J'ai compté 44 répétitions ; et quand elle s'est finalement arrêtée elle l'a fait totalement sans rapport avec les distractions de l'environnement, qui aurait pu la déranger ; et la fille regarda autour d'elle avec un contenu, comme si elle se réveillait d'un sommeil réparateur. Mon impression inoubliable ressemblait beaucoup à ce que je pense que tu ressens quand tu découvres quelque chose. » (Montessori 1952).

4.4 Le mouvement «Expérimentation» :

Jean-Jacques Rousseau (1712 - 1778): Rousseau a été grandement influencé par Locke à bien des égards, y compris les points de vue de Locke sur l'apprentissage et les origines de la connaissance (Doyle et Smith, 1997). En 1762, Rousseau a écrit un roman intitulé Emile (Rousseau, 1762), sur un jeune garçon et son précepteur. Dans Emile, Rousseau jette les bases d'une théorie de l'éducation centrée sur l'enfant et au-delà. Au lieu d'apprendre les idées des autres, Emile est encouragé à tirer ses propres conclusions de sa propre expérience. Par exemple, Émile est encouragé à briser une vitre pour constater qu'il a froid si la fenêtre n'est pas réparée. Rousseau met l'accent sur l'éducation individualisée - «Chaque esprit a sa propre forme». Rousseau a continué à discuter du rôle de l'éducateur et l'a décrit comme «facilitant les occasions d'apprendre». Il a prétendu que l'éducation vient de trois maîtres: (1) l'éducation de la nature: la croissance intérieure de nos organes et facultés. (2) L'éducation des hommes: l'utilisation que nous apprenons à faire de notre croissance. (3) l'éducation des choses: ce que nous gagnons par notre expérience de notre environnement.

En outre, en tant que romantique, Rousseau a souligné la plénitude et l'harmonie par la solitude avec la nature. Emile n'est pas autorisé à lire des livres, mais il est encouragé à faire l'expérience du monde de première main. Rousseau fait une exception, et permet à Emile de lire un livre jusqu'à l'âge adulte, ce livre est Robinson Crusoe - une expression de l'homme solitaire et indépendant que Rousseau cherche à former (Doyle & Smith, 1997).

4.5 Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) :

Pestalozzi s'inspire du mouvement Empiricism et plus précisément de l'Emile de Rousseau. En 1805, il décide d'établir une école révolutionnaire à Yverdon, en Suisse. Il a fait valoir que les enfants devraient apprendre par l'activité et à travers les choses concréte plutôt que de traiter des livres et des mots (Pestalozzi 1894). Pestalozzi a estimé que les enfants devraient être libres de poursuivre leurs propres intérêts et tirer leurs propres conclusions de leurs observations. Il a mis un accent particulier sur la spontanéité et l'auto-activité. Les enfants ne devraient pas recevoir de réponses toutes faites mais devraient arriver à des réponses elles-mêmes. Le but de son école était d'éduquer tout l'enfant - l'éducation intellectuelle n'est qu'une partie d'un plan plus large. Il a cherché l'équilibre et s'est efforcé de garder trois éléments en équilibre : les mains, le cœur et la tête. Pestalozzi a développé une méthode qu'il a appelée Anschauung - observation concrète directe, souvent insuffisamment appelée « perception sensorielle» ou «leçon d'objet». Selon sa méthode, les enfants n'ont pas été autorisés à utiliser des mots avant que suffisamment d'Anschauung, l'observation directe, ne se soit produite (Smith 1997). Le concept ou le sujet doit être observé de manière concrète. Les disciples de Pestalozzi ont développé différents dictons de sa méthode : du connu à l'inconnu, du simple au complexe, du concret à l'abstrait. (Kilpatrick 1951).

4.6 Friedrich Wilhelm August Froebel (1782 - 1852) :

La préoccupation première de Froebel était l'enseignement des jeunes enfants à travers des jeux éducatifs à la maison, dans l'environnement familial. Froebel a cherché à encourager la création d'environnements éducatifs qui impliquaient un travail pratique et l'utilisation directe des matériaux. Il croyait qu'en s'engageant dans le monde, la compréhension se déploie (Brosterman 2002).

Froebel a visité l'école de Pestalozzi en Suisse l'année de sa création et a été profondément inspirée par les idées pédagogiques de Pestalozzi. Froebel a développé une série de matériels éducatifs (les cadeaux), des activités (activités) et des activités de mouvement, et a relié tout cela à un ensemble de théories éducatives. Par son éducation, il a cherché à encourager la compréhension de l'unité dans toutes choses. Les « cadeaux » et les «occupations» connexes ont aidé les jeunes enfants à apprendre la couleur, la forme, la géométrie et certains concepts de physique à travers la construction et la conception de structures 2D et 3D. Dans ses occupations, Froebel a orienté les enfants vers trois types d'activités de conception différentes en utilisant les mêmes dons : les formes de la nature, la beauté et la connaissance. En ce qui concerne ses principes de conception, il a conçu des objets qui sont appropriés au développement et peuvent être introduits de manière progressive, de façon modulaire, avec des designs esthétiques. Du point de vue de l'éducation, il a mis l'accent sur l'apprentissage du monde en construisant et en construisant des modèles de choses réelles à partir du monde.

4.7 Le mouvement de la « réalité simplifiée »:

John Dewey (1859 - 1952): Dewey a développé une philosophie éducative large. Il semble qu'il ait été influencé par les écrits de Rousseau et, comme Vygotsky (1896-1934), il considérait la formation de l'esprit comme un processus essentiellement social. La philosophie éducative de Dewey se concentre sur trois domaines principaux : (1) Expérience et réflexion - un lien fort avec les points de vue originaux de Locke. (2) Démocratie et communauté, et (3) environnements d'apprentissage (Dewey 1938). Ce dernier est le plus pertinent à l'objet de ce document.

Dewey soutient que les environnements d'apprentissage devraient être une simplification de la vie actuelle: «Je crois que l'école doit représenter la vie présente comme réelle et vitale pour l'enfant comme celle qu'il exerce à la maison, dans le voisinage ou sur le terrain de jeu. »(Dewey 1897, article II). Les enfants devraient s'engager dans des activités sociales, apprendre en faisant, en particulier en faisant des activités qui font partie de la vie réelle, la vie de l'adulte, la vie à la maison. Un exemple intéressant est l'école de laboratoire Dewey et son épouse Alice a couru à l'Université de Chicago. Dans cette école, les enfants ont appris la chimie, la physique et la biologie au début en expérimentant les processus naturels impliqués dans la préparation du petit-déjeuner. CATÉGORIES D'OBJETS D'APPRENTISSAGE Il y a beaucoup de thèmes communs dans leurs philosophies éducatives. Ils croient tous en l'apprentissage par l'expérience, l'apprentissage actif, en interagissant avec le matériel d'apprentissage et avec les gens. Ils croient tous que le contrôle de l'environnement d'apprentissage est le meilleur moyen d'encourager l'apprentissage, et que les enseignants devraient offrir des possibilités d'apprentissage plutôt que de fournir des informations et des faits directement aux apprenants. En particulier, Froebel et Montessori partagent de nombreux principes dans leur apprentissage Objets. Ils conçoivent tous les deux des objets adaptés au développement, hautement modulaires, des matériaux qui favorisent l'interaction sensorielle, avec un design simple et esthétique. Mais il existe aussi des différences claires, suffisamment claires pour séparer leurs conceptions en catégories distinctes.

4.8 La catégorie de Froebel :

Les artefacts de Froebel sont des kits de construction, des matériaux de construction, qui favorisent les activités qui impliquent la conception et la construction de modèles. Ses artefacts aident les enfants à comprendre le monde physique en faisant des modèles de choses physiques, ses artefacts engagent les enfants dans une activité expressive, les laissant exprimer leurs propres idées à travers le design et la construction. Les artefacts de Froebel peuvent également être utilisés pour en apprendre davantage sur les relations géométriques, mais seulement comme objectif secondaire du processus de conception. Par exemple, les dons de Froebel numéros 3, 4 et 5 sont des blocs de construction soigneusement conçus, où les tailles des blocs diffèrent dans des relations géométriques spécifiques. Alors que les enfants sont engagés dans un processus de conception, ils peuvent également apprendre sur la relation géométrique.

Les artefacts de Froebel sont les ancêtres de la catégorie des jouets de construction d'aujourd'hui, des jouets qui sont des matériaux de conception, qui permettent aux enfants de construire des modèles de choses physiques et de s'exprimer visuellement en utilisant des ensembles de construction 2D et 3D. Cette catégorie comprend des jouets comme les briques LEGO, Tinkertoys, Knex, et des matériaux comme des formes colorées, des bâtons, des coupes de papier, etc. J'appelle la catégorie Froebel la catégorie «Construction & Design».

4.9 La catégorie de Montessori :

D'autre part, les artefacts de Montessori ne sont pas des matériaux de conception ou de construction. Il est possible, mais gênant et artificiel d'utiliser des matériaux Montessori pour créer des modèles de choses physiques dans le monde. Les artefacts de Montessori sont sur des concepts abstraits, pas sur le monde physique. Chacun de ses artefacts a été soigneusement conçu pour représenter un seul concept abstrait. La ligne directrice de conception la plus dominante dans ses travaux est «l'isolation des propriétés». Elle voulait s'assurer que lorsque les enfants interagiraient avec l'un de ses matériaux, le processus de manipulation pratique les aiderait à «absorber» le concept abstrait par l'interaction physique seule, indépendamment, sans conseils des enseignants, et sans analogie réelle ( comme les analogies physiques de Froebel: une maison, un train, un arbre, etc.). Par exemple, considérons les «escaliers longs» de Montessori, conçus pour aider les enfants à «absorber» le concept de «nombre». Les longs escaliers sont grands. Le plus petit mesure 10 cm de long et le plus long mesure 100 cm de long. Ils sont peints en rouge, pour les rendre attrayants pour les enfants. Quand un enfant joue avec les longs escaliers, la conception ne l'encourage pas à construire des tours, des châteaux ou des maisons en utilisant les «blocs». Au contraire, il y a un nombre limité de configurations. Lorsque l'enfant est engagé dans l'interaction, elle a la possibilité d'entrer dans l'état spécial de «polarisation de l'attention» (comme décrit dans la section Montessori ci-dessus) et, par interaction physique avec les mains, «absorbe» le concept abstrait.

Les artefacts de Montessori sont les ancêtres des jouets que nous voyons aujourd'hui dans les magasins de jouets, tels que des puzzles de formes, des jouets de tri et des jouets empilables. De plus, de nombreux matériaux de classe semblent appartenir à la même catégorie, tels que les baguettes de Cuisenaire, les blocs de base dix et les carreaux de fraction. Les artefacts historiques de cette catégorie seraient les abaques chinois, une représentation tangible des concepts abstraits d'addition et de soustraction; ou Matriochka russe, les poupées de bois qui s'empilent les unes dans les autres, une représentation tangible du concept de volume. J'appelle la catégorie Montessori la catégorie «Manipulation conceptuelle».

4.10 La catégorie de Dewey :

Dewey n'a pas conçu d'objets d'apprentissage, mais il a précisé ce qui serait un bon artefact d'apprentissage basé sur ses points de vue sur les environnements d'apprentissage: une simplification de la vie réelle. Les bons objets d'apprentissage devraient donc aider les enfants à se sentir partie intégrante du monde des adultes, du monde réel. Les opinions de Dewey ont créé une révolution dans les environnements de la petite enfance. Des artefacts du monde réel pour enfants ont été mis au point, comme des appareils de cuisine, des ustensiles de cuisine, des assiettes, des tasses et de la nourriture de jeu. Les costumes pour les enfants à s'habiller en tant que pompiers, policiers, travailleurs de la construction ou des médecins sont devenus un jouet populaire. Un 'Artefact Dewey' serait un coffre-fort pour les enfants, adapté aux dimensions des enfants, etleur permettre de faire librement, indépendamment, faire semblant de manière participative qu'ils font partie du monde adulte. J'appelle la catégorie Dewey la catégorie «Reality Role Play».

5 CLASSIFICATION DES OBJETS D'APPRENTISSAGE :

Dans la section précédente, j'ai présenté les trois catégories d'objets d'apprentissage. Dans cette section, je vais classer les objets d'apprentissage (et certains jouets) dans les catégories. Je vais commencer par les objets classiques (non numériques), et continuer avec les objets d'apprentissage numériques les plus récents.

5.1 Objets d'apprentissage classiques (non numériques) :

Les objets d'apprentissage classiques sont faits de bois, de plastique, de tissu ou d'autres matériaux tactiles. Ils sont populaires dans les préscolaires, les jardins d'enfants et les écoles primaires d'aujourd'hui.

5.2 Construction et design :

Les Objets d'apprentissage dans cette catégorie sont des ensembles de construction et des kits de construction (pour la construction 3D), ou des unités 2D qui se connectent / attachent ensemble pour la construction en 2D. Habituellement, les unités sont basées sur des règles géométriques, aidant les enfants à explorer la réalité en agençant les unités d'une manière qui ressemble à des choses du monde réel, comme une maison, un arbre, une personne, une ferme, un animal ou une machine. Modélisation 3D, et une fleur, un bateau, ou un animal - avec la modélisation 2D. Les blocs de construction géométriques peuvent être utilisés pour explorer les concepts abstraits encapsulés dans la géométrie, mais généralement, à travers un processus de conception (par exemple, faire des fleurs avec des blocs de motifs). L'activité naturelle avec ces objets d'apprentissage est la modélisation de choses du monde réel.

5.3 Manipulation conceptuelle :

Les objets d'apprentissage de cette catégorie sont des objets de manipulation mathématique, des casse-têtes géométriques, des casse-tête numériques, des blocs alphabétiques et des puzzles alphabétiques. L'activité de jeu principale dans cette catégorie est l'appariement, l'arrangement, le tri, l'empilement, l'observation. Habituellement, il n'y a pas de créations de structures qui ressemblent à des choses du monde réel, mais plutôt une exploration interactive et / ou une résolution de problèmes. L'activité naturelle avec ces objets d'apprentissage est une exploration interactive des concepts abstraits.

5.4 Réalité Jeu de rôle :

Les objets d'apprentissage dans cette catégorie sont des objets de simulation, des déguisements, des ensembles de train, des poupées et des maisons de poupées. La principale activité de jeu dans cette catégorie est le jeu «imaginatif», dans lequel l'enfant fait semblant d'être un adulte, en utilisant des outils pour adultes et en assumant des responsabilités adultes typiques. D'après ma définition, l'activité ludique de cette catégorie n'est pas similaire au «jeu fantastique», dans lequel les enfants prétendent être des fées, des chevaliers, des princesses ou des dragons. La caractéristique clé de la catégorie «Reality Role Play» est de «prétendre être un adulte de la réalité de l'enfant». L'activité naturelle avec ces objets est l'interaction sociale et l'exploration interactive des activités et des responsabilités de type adulte.

5.5 Objets d'apprentissage numériques :

Les premiers jours de l'électronique nous ont apporté les trains électroniques et plus tard les voitures télécommandées. Au cours de la dernière décennie, la baisse des coûts de l'électronique numérique a entraîné une prolifération de jouets numériques. Beaucoup ajoutent simplement des lumières clignotantes et des bourdonnements aux jouets traditionnels (comme les poupées et les voitures). D'autres utilisent des technologies innovantes pour augmenter les classeurs de type scolaire, créant de nouveaux jeux expériences, mais celles qui sont limitées à la mémorisation et la répétition. Mais certains, généralement issus des milieux universitaires, s'appuient sur la tradition de Locke selon laquelle «la connaissance vient de l'expérience ».

5.6 Construction numérique et design :

Les objets d'apprentissage dans cette catégorie permettent la construction et la conception de structures 2D et 3D, impliquant la détection et l'actionnement. Par exemple, Mindstorms (LEGO) permet la construction et la programmation de robots, Cricket (Resnick 1996) permet la construction de sculptures cinétiques et de projets artistiques interactifs, ActiveCubes (Ichida 2004) permet la construction de formes 3D avec détection et actionnement intégrés, Smart Tiles et Cell Blocks (Elumeze 2005) permet la construction de motifs de lumière 2D et 3D. Ces objets d'apprentissage suivent la tradition de conception de Froebel, encourageant les enfants à concevoir et à construire des modèles du monde.

5.7 Manipulation conceptuelle numérique :

Les objets d'apprentissage de cette catégorie permettent une exploration interactive et pratique de concepts abstraits impliquant le calcul ou la simulation par ordinateur. Par exemple, Music blocks (neurosmith) explore des patterns musicaux dynamiques, Electronic Duplo Blocks (Wyeth 2002) explore la logique computationnelle, System Blocks (Zuckerman 2003 explore la simulation dynamique du système, Flow Blocks (Zuckerman 2005) explore la causalité dans le temps et Chromarium ) étudie le mélange numérique des couleurs Ces objets d'apprentissage suivent la tradition de conception de Montessori, encourageant les enfants à explorer des concepts abstraits indépendamment, à travers un processus d'auto-guidage, en utilisant des objets physiques modulaires.

5.8 Réalité numérique :

Les objets d'apprentissage dans cette catégorie permettent un jeu de rôle actif, en aidant les enfants à s'engager dans des scénarios de jeu imaginatifs impliquant des responsabilités d'adulte. Certains objets numériques le font avec succès; d'autres limitent le jeu imaginatif de l'enfant et dictent des scénarios de jeu spécifiques. Les appareils de cuisine numérique améliorent habituellement le scénario de simulation, en rapprochant l'enfant de la vie de l'adulte (les appareils fonctionnent). Ces objets d'apprentissage suivent la philosophie de Dewey, encourageant les enfants à s'engager dans une interaction sociale et à jouer les rôles du monde adulte qui les entoure.

6 DISCUSSION :

J'ai présenté un aperçu historique et une classification des objets d'apprentissage. De toute évidence, les pionniers de l'éducation dont j'ai parlé ne travaillaient pas dans une catégorie limitée. Ils cherchaient activement de nouvelles façons d'aider les enfants à apprendre de nouvelles façons, et leur travail ne devrait pas se limiter à une catégorisation rigide. En outre, comme pour toute classification et catégorisation, certains éléments peuvent sembler correspondre à plus d'une catégorie. Ceci est particulièrement vrai pour les objets numériques, qui sont multifonctionnels.

Néanmoins, les catégories que j'ai présentées sont distinctes et peuvent être un outil utile pour les concepteurs d'objets d'apprentissage, les chercheurs et les éducateurs. Une recherche future intéressante serait le lien entre le jeu et l'apprentissage au sein et entre les catégories. Par exemple, si un enseignant désire aider les enfants à apprendre le concept abstrait de «nombre» à travers une activité pratique ludique, il peut le faire avec les «longs escaliers» de Montessori ou les cannes Cuisenaire plus populaires (catégorie Manipulation conceptuelle), avec Blocs d'unité ou briques LEGO (Construction & Design), ou avec de la nourriture ou faire semblant d'argent en jouant à l'épicerie (Adult Role Play). Évidemment, toutes les directions sont précieuses. Mais peut-être que certains enfants sont plus enclins à apprendre d'une manière spécifique. Peut-être que certains enfants sont plus des «manipulateurs conceptuels» tandis que d'autres sont des «concepteurs» ou des «prétendants». Peut-être, avec des recherches plus poussées, les enseignants et les parents seraient en mesure de mieux faire correspondre l'objet d'apprentissage à l'enfant, en aidant les enfants à apprendre de la manière la plus naturelle pour eux.

7 REFERENCES :

BBC radio archived program, Locke and Empiricism. http://www.bbc.co.uk/radio4/history/inourtime/inourtime_20040610.shtml

Brosterman N. (2002). Inventing Kindergarten. Harry N Abrams.

Dewey, J. (1897), My Pedagogic Creed, in The School Journal, Volume LIV, Number 3.

Dewey, J. (1938) Experience and Education, New York: Collier Books. Doyle, Michele Erina and Smith K. Mark (1997) ‘Jean-Jacques Rousseau on education’, the encyclopaedia of informal education, http://www.infed.org/thinkers/et-rous.htm.

Elumeze, N., and Eisenberg, M. (2005). SmartTiles: Designing Interactive "Room-Sized" Artifacts for Educational Computing Children, Youth and Environments 15(1): 54-66.

Fröbel, F. (1826) On the Education of Man (Die Menschenerziehung), Keilhau/Leipzig: Wienbrach

Ichida H., Itoh Y., Kitamura Y., Kishino F. (2004). ActiveCube and its 3D Applications, IEEE VR 2004, Chicago, IL, USA. Itard, J.M.G. (1962). The wild boy of Aveyron. Excerpt from Indiana University’s ‘Human Intelligence’ Website: http://www.indiana.edu/~intell/itard.shtml

Kilpatrick H. William, in his introduction to Heinrich Pestalozzi (1951) The Education of Man - Aphorisms, New York: Philosophical Library.

Knight, I. F., The Geometric Spirit (1968). Reproduced from The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition, Condillac, Étienne Bonnot de.

Lane, H.L. (1976). The wild boy of Aveyron. Cambridge, MA: Harvard University Press. LEGO Mindstorm, http://mindstorms.lego.com

Locke J. 1693. Some thoughts concerning education, London. Locke J., 1698, London, An Essay Concerning Human Understanding, Book II, Chapter I Montessori, M. (1916) The Montessori Method, New York: Schocken Books (1964 edition)

Montessori, M. (1949) The Absorbent Mind, New York: Dell (1967 edn.)

Montessori, M. (1952) Kinder sind anders, Klett-Cotter, Stuttgart 1952. See also at http://www.media-versand.de/forum/mmo-neu.html , ‘Polarisierung der Aufmerksamkeit zur Normalisierung des individuellen’. Muller T., Schneider R. (2002). Montessori: Educational Material for Early Childhood and Schools.

Neurosmith music blocks product.

Pestalozzi, J. H. (1894) How Gertrude Teaches her Children translated by Lucy, E. Holland and Frances C. Turner. Edited with an introduction by Ebenezer Cooke. London: Swan Sonnenschein.

Resnick, M., Martin, F., Sargent, R., and Silverman, B. (1996). Programmable Bricks: Toys to Think With. IBM Systems Journal 35, 3, 443-452.

Rogers, Y., Scaife, M. Gabrielli, S., Harris, E., and Smith, H. (2002) A Conceptual Framework for Mixed Reality Environments: Designing Novel Learning Activities for Young Children. Presence, Dec 2002 Rousseau, J, J. (1762) Émile, London

Seguin, The Museum Of Disability History online exhibit, www.museumofdisability.org/exhibits_pantheon4.asp Smith K. Mark, (1997), ‘Johann Heinrich Pestalozzi’, the encyclopaedia of informal education, http://www.infed.org/thinkers/et-pest.htm

Wyeth Peta, Purchase C. Helen. (2002). Tangible programming elements for young children. Proceeding of CHI 02.

Zuckerman O., Arida S., Resnick M. (2005). Extending Tangible Interfaces for Education: Digital Montessori-Inspired Manipulatives . In Proceedings of CHI ’05, ACM Press.

Zuckerman O., Resnick M. (2003). System Blocks: A Physical Interface for System Dynamics Simulation . In Proceedings of CHI ’03, ACM Press, pp. 810-811.