XML dans l'éducation

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Il faut faire une distinction entre les langues spécifiquement développées pour l'éducation et tout le reste de la technologie XML, dont la majeure partie peut être utile à l'éducation.

1 Langage de modélisation pédagogique

1.1 Définition

Un langage de modélisation pédagogique décrit formellement un matériel éducatif et/ou un scénario pédagogique. Il s'agit d'une sorte de langage de design/conception de l'éducation qui peut ou ne peut pas être exécutable. Des projets intéressants sont réalisés dans la recherche de la conception de l'apprentissage.

1.2 But des langages de modélisation

1.2.1 Objectif

  • Définir des scénarios pédagogiques
  • Concevoir, discuter et planifier ces scénarios pédagogiques
  • Échanger des unités d'apprentissage
  • Exécuter des leçons sur des plateformes (par exemple LMS)

1.2.2 Que peut-on modéliser

En technologie de l'éducation, nous pouvons distinguer quatre principaux domaines pour lesquels les langages formels de conception sont utilisés:

  • Les connaissances du domaine. Il n'existe pas de normes spécialement conçues pour l'éducation, mais parfois les normes World-Wide-Web telles que OWL peuvent être utilisées.
  • Les résultats d'apprentissage (connaissances et compétences à tirer de l'apprentissage).
  • Agrégation/séquençage du matériel d'apprentissage (IMS CP, SCORM et IMS SCO séquençage simple). Ces normes sont définies en XML et sont exécutables. C'est à dire que le contenu écrit peut être exécuté par un système.
  • Les activités d'apprentissage (Learning Design peut à la fois être définie en UML et XML exécutable comme dans le cas de IMS Learning Design).

D'autres domaines qui peuvent être décrits formellement avec les langages de conception :

  • L'architecture des systèmes informatiques
  • Le référencement d'informations (métadonnées)
  • Des éléments sémantiques d'une pédagogique
  • Les informations des apprenants

1.3 Typologie des langages de modélisation

Les langages de modélisation sont développés par différentes sortes d'institutions:

  • Des organismes de normalisation comme IEEE
  • De facto des organismes de normalisation comme IMS ou SCORM
  • Les réseaux internationaux de recherche comme Ariane ou Kaléidoscope
  • Différents laboratoires de recherche

Il existe aussi des catégories qui pourraient être utilisées pour décrire un langage de modélisation:

  • Formalité: Strictement formelle (par exemple une grammaire XML) vs semi-formelle (par exemple, des idées sur la façon d'utiliser UML ou une description verbale)
  • Exécutabilité: de la modélisation seulement, de la réalisation/compilation en code exécutable ou les deux.
  • Statut: norme standard/expérimental
  • Portée: global/spécialisée/entre les deux
  • Orientation pédagogique

1.3.1 Langages exécutables "standardisés"

  • IMS Simple Sequencing incarne une approche comportementaliste ou cognitiviste typique (par exemple de l'apprentissage par la maîtrise). Il fait partie de SCORM 2004 .
  • IMS Learning Design et son ancêtre EML (Educational Modelling Language ) incarne un modèle cognitiviste de conception pédagogique.
  • IMS Content Packaging met en œuvre des stratégies par défaut, c'est à dire que la conception est à la base des ressources .
  • IMS Question and Test Interoperability (IMS QTI): décrit un modèle de données pour la représentation de questions et de tests de données et de leurs résultats.

1.3.2 Langages de conception

La plupart des langages de conception éducative décrivent formellement une conception pédagogique, souvent avec un langage visuel. Certains (par exemple, MISA ) peuvent ensuite être compilés dans un format exécutable, par exemple, MISA IMS LD, niveau A. D'autres sont intégrés dans un LMS.

Exemples :

  • Des Langages semi-formels visuels basés sur UML (langage de modélisation pour l'ingénierie du logiciel). Il peut être utilisé «tel quel» par exemple Roku et al.( 2004, mais il existe des extensions comme coUML pour modéliser plusieurs facettes d'une conception ou CPM , un profil UML pour la conception des situations de PBL coopératives ( Nodenet et Laforcade )
  • Autres langues visuelles comme E2ML, un langage de conception de haut niveau

1.4 Outils

Il faut aussi voir les langages de conception d'enseignement qui peuvent produire des modèles exécutables

Différents langages de conception intéressants :

Voir aussi des outils qui définissent implicitement les langages de modélisation ou qui peuvent exporter ces formats, par exemple :

  • LMSs,
    • en particulier les systèmes plus créatifs comme LAMS et Cels permettent de mettre en œuvre la scénarisation grâce à la planification de l'activité et peuvent donc adopter ces scénarios .
    • le système open source le plus populaire ne fait que IMS Content Packaging ou des extensions SCORM 1.2.
  • CSCL tools, e.g.
  • Des outils de planification de leçons (il y en a peu qui fonctionnent vraiment bien)
  • Langages de conception d'enseignement qui viennent avec un éditeur visuel comme CompendiumLD

1.5 Utilisation d'XML dans l'enseignement et la recherche

Dans le domaine de la recherche scientifique, on retrouve la CSDGM (Content Standard for Digital Geospatial Metadata), il s'agit d'un standard XML publié par la FGDC (Federal Georaphic Data commitee). Il est souvent utilisé car il regroupe différents éléments pour décrire de manière détaillée les ressources géographiques, géo spatiales et sociodémographique en recherche scientifique.

Nous pouvons ajouter à cette liste un autre exemple, il s'agit de la DTD Text Encoding Initiative (TEI) ET Érudit qui présentent une organisation logiquement structurée d'un document qui peut être réutilisé ultérieurement, d'une part dans le cadre de la recherche scientifique pour TEI et d'autre part dans l'édition des revues en sciences humaines pour Erudit. MATH-ML s'inscrit dans cette même optique et aide à formaliser les objets mathématiques des documents.

Dans le milieu éducatif XML s'est imposé dans le partage de documents. Au niveau des bibliothèques numériques XML est utilisé pour créer des éléments facilitant la description des ressources numériques, nous avons à titre d'exemple des formats de référence de la description bibliographique comme MARC-XML (Machine Readable Cataloging). Ce format a été créé dans les années 1960 dans le but de standardiser la description des documents et pour qu'il soit facilement accessible et échangeable entre les ordinateurs de la Library of Congress. De nos jours plusieurs projets s'inscrivent dans cette logique comme le projet européen Bibliothèque Numérique Européenne qui a pour but de fédérer les bibliothèques scientifiques numériques européennes. En plus de nos jours plusieurs systèmes d'information documentaires permettent des imports et exports XML de métadonnées standards et locales. Les Epub qui sont un format populaire pour les livres numériques reposent également sur du XML.

XML aidera les enseignant(e)s et les étudiant(e)s  :

  • À saisir ou tout simplement à effectuer des mises à jour en une seule fois d'un contenu (ex.page travaux maltt, bibliographique ), sans s'inquiéter à ajouter des libellés à chaque fois tels que "auteur", " année de publication"... et le générer automatiquement.
  • Comme mentionné ci-dessus, il permet de créer des métadonnées qui facilite la description des ressources scientifiques
  • Rend plus accessible les ressources scientifiques
  • Contribue à l'archivage de ces ressources

2 Bibliographies

  • Bourda Yolaine, Hélier Marc, Métadonnées et XML.Applications aux “Objets pédagogiques”, Supélec, Plateau de Moulon, F-91192 Gif-sur-Yvette cedex France
  • Catherine Morel-Pair. Métadonnées et XML. Revue des Sciences et Technologies de l'Information - Série ISI : Ingénierie des Systèmes d'Information, Lavoisier, 2007, 12 (2 Spécial), pp.9-39.