Utiliser la technologie informatique à tout prix : une réelle utilité pour l’enseignement ?

De EduTech Wiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Victoria Gilles - Volée Baldur

1 Résumé

L’accès aux environnements informatiques s’est énormément démocratisé ces dernières années. Leurs utilisations et leurs potentiels sont quasiment infinis et sont souvent vus comme une révolution, notamment du point de vue de la pédagogie. Dans ce texte mettant en relation divers travaux sur les technologies numériques au service de l’apprentissage, nous allons voir où en sont les recherches (encore très peu nombreuses) sur le sujet et comment faire pour que les environnements informatiques pour l’apprentissage humain (« EIAH » dans le texte) puissent avoir une réelle plus-value pédagogique.

2 Introduction

« Apprendre par la technologie signifie utiliser des moyens technologiques dans le but de favoriser l’apprentissage. » nous dit Mayer (2010, p.192). Les moyens technologiques qui seront étudiés dans ce texte seront les EIAH, qui, selon Tchounikine et Tricot (2011), sont « la conjonction d’une intention didactique ou pédagogique et d’un environnement informatique. » (p.175) Ces supports sont souvent considérés comme novateurs motivants et source d’apprentissages pour les apprenants, mais qu’en dit réellement la littérature ?

3 Développement

3.1 Les plus-values d'un EIAH

Lorsque je demande à mes élèves de 5H la raison pour laquelle ils préfèrent faire des exercices sur l’ordinateur plutôt que dans leurs cahiers, la réponse est souvent unanime : c’est plus motivant ! Effectivement, ils adorent quand la caisse d’ordinateurs ou de tablettes est de sortie. De mon côté, je remarque que ces outils leur permettent de rester concentrés sur une tâche un peu plus longtemps.

Et c’est en effet les mêmes observations qui sont faites par la littérature sur le sujet. « L’introduction d’usages numériques « nouveaux » serait susceptible d’accroître la motivation des élèves, entraînant un surcroît d’efforts, d’intérêt ou d’attention, et en conséquence, une meilleure performance. » (Leroux et al., 2017, p.440). Cependant subsiste un paradoxe. Bien que les EIAH soient souvent vus positivement, ceux-ci ne semblent pas permettre de meilleurs apprentissages comparés à des supports d’enseignement plus « classiques ». (Leroux et al., 2017, p.444). De plus, Leroux et al. (2017) signalent que la qualité des travaux de recherche actuels ne suffit pas pour généraliser la plus-value que pourrait apporter ces outils. Il n’y en a encore trop peu et la méthodologie utilisée est difficile à reproduire et ne fonctionne que dans certains contextes bien définis. L’explication à cela est qu’« estimer en contexte réel d’usage l’efficacité d’un environnement informatique est extrêmement complexe. » (Fleck et al., 2017, p.2-4)

3.2 La conception d'un EIAH

Mais alors, quelles sont les « règles » à suivre pour concevoir un EIAH permettant un réel gain d’apprentissage ?

  • Selon Sanchez (2018), il est important de partir des savoirs scientifiques pour concevoir un environnement informatique.

Il faut d’abord choisir quelle méthode pédagogique on souhaite mettre en œuvre avant de s’intéresser au support, car c’est bien elle qui va permettre la construction d’apprentissage et non pas l’inverse (Mayer, 2010, p. 202).

  • La deuxième étape est d’implémenter l’EIAH et de recueillir les données ou les traces qui permettront d’évaluer son adoption, son utilisation et son appropriation par les utilisateurs (Michel, 2018). Analyser les traces, c’est d’abord récupérer de l’information afin d’avoir un retour sur l’activité (Caron, 2018). Ceci permet ensuite de pouvoir apporter les modifications nécessaires.

Il est important de noter que l’analyse de l’utilisation grâce à des logs qui permettent de reconstruire des séquences d’action est ce qui prend le moins de temps. Le plus chronophage est d’analyser les usages ainsi que l’appropriation réelle de l’outil. Cette partie est la plus longue, car elle se fait sur plusieurs mois, le temps d’observer les comportements des utilisateurs (Michel, 2018).

L’EIAH remplit son objectif dès lors que l’utilisateur s’approprie le système, c’est-à-dire la manière dont les usagers évaluent et adoptent, adaptent et intègrent une technologie dans les pratiques quotidiennes (Michel, 2018).

4 Conclusion

Ces différentes analyses des travaux de recherches récents nous ont permis de nous rendre compte de deux choses :

  1. Utiliser les EIAH dans l’enseignement permet de voir des progrès chez les apprenants, mais ils sont cependant assez modérés et il nous manque encore des recherches pour pouvoir généraliser ces résultats.
  2. L’importance de baser la mise en œuvre d’EIAH sur des méthodes pédagogiques qui ont fait leurs preuves et de les utiliser à bon escient.

L’utilité de ces recherches est extrêmement importante, car elles permettront de forger le futur du développement des EIAH qui sont en pleine expansion. Il est intéressant de voir qu’un environnement informatique puisse plaire aux apprenants, les motive et les stimule, mais si les buts d’apprentissage et les méthodes pédagogiques ne sont pas clairs et ne se basent pas sur des travaux de recherche, il est alors impossible de mesurer leur efficacité sur les apprenants.

5 Références bibliographiques

ATIEF, Caron T. (2018, décembre 18). Analyse de Traces : Objectifs de traçage. Capsule vidéo du MOOC d’introduction à la recherche sur les EIAH. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=aQMnhcq4HBM&feature=emb_title

ATIEF, Michel C. (2018, décembre 15). Adaptation : Analyser l'appropriation pour analyser l'adaptation. Capsule vidéo du MOOC d’introduction à la recherche sur les EIAH. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=9soVe48UClo&feature=emb_title

ATIEF, Sanchez E. (2018, décembre 14). Méthodes de conception : recherche orientée par la conception. Capsule vidéo du MOOC d’introduction à la recherche sur les EIAH. Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=iiN3Axy5a9c&feature=emb_title

Leroux, G., Monteil, J. & Huguet, P. (2017). Apprentissages scolaires et technologies numériques : une revue critique des méta-analyses. L’Année psychologique, vol. 117(4), 433-465.

Mayer, R. (2010), « Apprentissage et technologie », dans Dumont, H., D. Istance et F. Benavides (dir. pub.), Comment apprend-on ? : La recherche au service de la pratique, Éditions OCDE, Paris.

Tchounikine, Pierre & Tricot, André. (2011). Environnements informatiques et apprentissages humains.

Fleck, S., Baraudon, C., Frey, J., Lainé, T. & Hachet. M. (2017). "Teegi, il est trop beau ”: Exemple d’évaluation du potentiel pédagogique d’une interface tangible interactive pour en- fants en contexte scolaire. 29ème conférence francophone sur l’Interaction Homme-Machine, AFIHM, Aug 2017, Poitiers, France. 12 p., 10.1145/3132129.3132143 . hal-01578637