BASES:Cours BASES 2021-22/L'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs au sein d'un groupe d'enfants de niveau primaire dans le cadre d'une activité en présence.

De EduTech Wiki
Aller à la navigation Aller à la recherche

Auteure : Victoria Gilles

1 Mon groupe de travail

Mon groupe de travail se compose de Hélène Parmentier et de Nicola Zanetti. Nous nous sommes penchés sur la thématique de l'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs au sein d'un groupe en fonction de l'âge dans le cadre d'une activité en présence. Nous avons ensuite décliné cette thématique de 3 manières : pour les enfants (ma partie), pour les adolescents (la partie d'Hélène) et pour les adultes (la partie de Nicola).

2 Problématique et questions de recherches

2.1 Problématique

L'évaluation a un rôle fondamental dans notre société. Dès notre plus jeune âge, jusqu'à l'âge adulte, elle sert à récolter des notes pour décider si l’étudiant peut ou non être accepté en regard du règlement des études, soit pour poursuivre dans le niveau supérieur, soit pour se voir décerner le diplôme. (Bouzidi & Jaillet, 2017) Elle est également souvent utilisée dans un cadre professionnel pour juger, par exemple, le travail d'un employé. Elle peut provoquer du stress, de l'appréhension, mais également une volonté de montrer ce que l'on est capable de faire. Le but de ce travail est de se pencher sur deux types d'évaluation qui sont moins utilisés dans l'enseignement : l'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs. En effet, ces deux modalités ne sont pas toujours aisées à mettre en place, en particulier en fonction de l'âge des apprenants. Ainsi, avec mon groupe, nous avons décidé de nous pencher sur l'évolution de la mise en place de ces modalités en fonction des âges des apprenants, car ces types d'évaluation ne seront pas présentées de la même manière selon le public auquel on enseigne. C'est ainsi que nous avons décidé de faire des recherches selon trois catégories de personnes sur ce sujet: les enfants en école primaire, les adolescents et les adultes. Etudier la façon dont on adapte notre enseignement et en particulier les évaluations nous renseignera sur les meilleures pratiques à utiliser selon le public cible.

Notre thématique de base se décrit ainsi : L'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs au sein d'un groupe en fonction de l'âge dans le cadre d'une activité en présence.

C'est pourquoi, nous avons décidé que j'étudierai l'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs chez les enfants du primaire, Hélène traitera de la même question, mais pour les adolescents et Nicola se penchera sur les adultes. Ainsi nous aurons un panel assez large et détaillé sur ces deux types d'évaluation.

2.2 Questions de recherche

Questions de recherche Pertinence de la question avec la problématique traitée Dimensions relatives aux technologies éducatives
Comment les enseignants peuvent-ils accompagner les compétences d’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs chez les enfants ? On cherche ici à savoir ce que les enseignants peuvent mettre en place pour intégrer des phases d'auto-évaluation et d'évaluation par les pairs, ainsi que de développer les compétences relatives à ces activités complexes chez les enfants. Pédagogie
Quels sont les effets positifs et négatifs de l’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs chez les enfants ? L'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs peuvent parfois avoir des biais, en particulier chez les enfants qui ne pratiquent pas souvent ces activités. Nous verrons quels sont ces effets, leurs conséquences sur les jeunes apprenants. psychologie
Quels outils numériques utiliser pour développer l’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs chez les enfants ? La question des outils numériques pour travailler sur l’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs avec des enfants est encore très peu discutée. La littérature est pour le moment assez maigre, mais il sera donc intéressant de voir quels outils ont déjà été testés, ainsi que de proposer d'éventuelles pistes pour le développement d'autres outils. Numérique

3 Réponses aux questions de recherche

"[…] L’évaluation peut être la meilleure ou la pire des choses. Tout dépend de l’usage social que l’on en fait." (Hadji, 2016, p.135)

3.1 L'auto-évaluation : une définition

Il s'agit d'une forme d'évaluation où "l’élève est amené à formuler des jugements conscients sur sa propre production et/ou processus d’apprentissage, à évaluer ses manières d’agir lorsqu’il apprend et à identifier des stratégies et actions à entreprendre pour améliorer sa compréhension et développer ses compétences. L’autoévaluation est ici considérée comme un processus fondamental de l’autorégulation de l’apprentissage." (Morales villaBona, 2015, p.121). Morales VillaBona (2015) décrit aussi l'auto-évaluation de groupe dont l'unité est, cette fois-ci, le groupe. Il y a dans ce cas une grande dimension collaborative et un besoin de dialoguer pour trouver ensemble des stratégies pour s'entraider et progresser en tant que groupe. Cependant, il met en garde contre les jugements qui peuvent apparaître dans certaines situations. La présence de l'enseignant et un cadre de classe sécurisant doivent avoir été mis en place au préalable.

3.2 L'évaluation par les pairs : une définition

L'évaluation par les pairs est "une interaction entre des individus appelés à évaluer la quantité, la valeur, la qualité et le succès des productions ou de l’apprentissage de leurs pairs" (Topping, 2018)

Ces deux formes d'évaluation permettent aux élèves de s'impliquer dans leurs apprentissages et de ne pas apprendre "juste pour la note". Ils sont amenés à comprendre ce qu'il y a derrière une évaluation et à s'impliquer dans ce processus afin de devenir des acteurs à part entière de leurs apprentissages. C'est pourquoi il est important que celles-ci restent des évaluations formatives et non sommatives. En effet, l'évaluation sommative "permet de confirmer ce que l’élève a appris, d’élaborer un classement, de voir si l’élève possède les qualifications requises pour passer à la prochaine année scolaire, mais surtout, s’il possède les prérequis pour l'obtention d'un diplôme." (Leclerc, 2015) En effet, cette évaluation est de la responsabilité de l'enseignant, car c'est lui le garant d'une évaluation juste. C'est la raison pour laquelle ces deux types d'évaluations se prêtent bien à une utilisation formative, car elle permet de montrer "à l’élève ses faiblesses, mais aussi ses forces et ses progrès." (Leclerc, 2015)

Comme nous le verrons plus bas, afin que ces évaluations portent leurs fruits, le rôle primordial de l'enseignant a ici toute son importance. Former les élèves afin qu'ils deviennent des évaluateurs, prendre en compte leur progression et gérer les interactions entre élèves lors des évaluations entre les pairs, ne se prépare pas à la légère et prend du temps.

3.3 Comment les enseignants peuvent-ils accompagner les compétences d’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs chez les enfants ?

Permettre à des enfants de développer les capacités de s'auto-évaluer et d'évaluer leurs pairs n'est pas une tâche facile. Peu d'enseignants mettent en place ces types d'évaluations, car "L’évaluation formative impliquant des interactions fréquentes entre l’enseignant et ses étudiants et l’élaboration de feedbacks, de consignes et d’orientations, alourdie la charge de travail de l’enseignant." (Hadi Bouzidi & Jaillet, 2007)

Il est donc important de fournir des outils aux enseignants pour permettre aux élèves de pouvoir expérimenter cela et pour ne pas surcharger ces premiers.

The Education Hub est un site internet Néo-zélandais qui regroupe des articles sur les pratiques pédagogiques des enseignants de Nouvelle-Zélande. L'un de ces articles (2018) traite justement d'auto-évaluation et comment la mettre efficacement en place en classe. Voici les étapes à suivre avec des conseils pour savoir ce qu'il faut mettre en oeuvre au préalable, les outils à utiliser pendant et ce qui peut en être retirer et comment :

3.3.1 Avant

  • Expliciter les bénéfices aux élèves d'être capable de s'auto-évaluer.
  • Donner aux élèves l'occasion de participer à des discussions de groupe et à des évaluations, ce qui renforce la précision et l'impact de l'auto-évaluation.
  • Enseigner directement aux élèves comment s'auto-évaluer et leur donner l'occasion de s'exercer à l'auto-évaluation et de recevoir un retour d'information et de l'aide.
  • Permettre aux élèves de contribuer à la création de normes ou de critères. Cela permet à l'apprenant de s'investir dans le processus d'auto-évaluation.
  • Créer un environnement de classe sûr et non-jugeant.
  • Utiliser l'auto-évaluation comme un outil d'évaluation formative et non sommative.
  • Donner aux élèves la possibilité de discuter de leurs auto-évaluations avec leur enseignant. De plus, discuter de toute différence entre l'auto-évaluation de l'élève et l'évaluation de l'enseignant peut être une approche pédagogique puissante pour améliorer l'apprentissage de l'élève.

Il semble évident que la mise en place de ces étapes fondamentales prend du temps. Cependant, elles sont importantes pour le bon déroulement du processus.

3.3.2 pendant

Les auteurs proposent ensuite huit outils à utiliser pour une auto-évaluation correcte.

  • Une grille d'évaluation, afin que les élèves puissent comparer leur travail aux critères et évaluer le niveau qu'ils ont atteint.
  • Les scripts consistent en des questions spécifiques qui sont structurées en une progression claire d'étapes, afin de guider les apprenants sur la meilleure façon de réaliser une tâche. Ceux-ci peuvent également être utilisés pour évaluer le travail des pairs.
  • Un journal d'apprentissage est un endroit où les élèves peuvent réfléchir par écrit à la manière dont leur apprentissage se déroule, à ce pour quoi ils ont besoin d'aide et à l'efficacité des différentes stratégies d'apprentissage.
  • Un portfolio est une collection de travaux gérée par l'étudiant qui montre son apprentissage et le développement de ses compétences. Ils peuvent constituer un point de convergence pour les discussions sur l'évaluation et la fixation des objectifs avec les enseignants. Ils peuvent être numériques, plutôt que sur papier, ce qui résout les problèmes de stockage et les risques de perte ou de détérioration.
  • Une carte de sortie (exit card dans le texte) est un petit morceau de papier ou un post-it remis à chaque élève à la fin d'une leçon, sur lequel ils écrivent un commentaire afin d'auto-évaluer ce qu'ils ont appris pendant la leçon et ce pour quoi ils vont avoir besoin d'aide supplémentaire. L'enseignant les récupère afin de pouvoir planifier la suite de sa leçon.
  • Les feux de signalisation sont un système simple que les élèves peuvent utiliser pour indiquer leur perception de la compréhension d'un travail particulier. À l'aide d'une icône de feu de circulation, les élèves étiquettent leur travail en vert, jaune ou rouge selon qu'ils pensent avoir une bonne compréhension (vert), partielle (jaune) ou faible (rouge). Cela peut aider l'enseignant à créer des groupes de travail, par exemple. On peut également donner aux élèves une liste de concepts ou de sujets clés dans le contenu de la leçon jusqu'à présent, et leur demander de réfléchir aux domaines dans lesquels ils estiment qu'ils ont compris (vert), et à ceux sur lesquels ils pensent devoir encore travailler (jaune ou rouge). Les feux de circulation peuvent également être utilisés pour l'évaluation par les pairs.
  • Dans le cadre de la notation en binôme, des paires d'élèves échangent et évaluent les travaux. L'évaluation en binôme donne aux élèves l'occasion de mettre en pratique les compétences d'évaluation et ouvre le dialogue à ce qui est important pour progresser.

3.3.3 Après

Le Temps consacré à l'amélioration et à la réflexion est un moment de la leçon où le seul objectif est que les élèves lisent et utilisent les commentaires qu'ils ont reçus. Chaque élève devra disposer de nombreux retours documentés (de lui-même, de l'enseignant et de ses pairs) auxquels il pourra répondre.

Finalement, tous ces outils sont fort intéressants, mais demandent beaucoup de gestion de classe, du moins lors de la mise en place d'un tel dispositif. Sur le long terme, il semble évident que de tels outils peuvent significativement augmenter les compétences des élèves. Cependant, les outils proposés par ces enseignants néo-zélandais se focalisent principalement sur l'auto-évaluation et moins sur l'évaluation par les pairs, même si parfois des variantes semblent possibles pour les adapter à cette activité.

3.4 Quels sont les effets positifs et négatifs de l’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs chez les enfants ?

Les enfants, selon leur âge et leur éducation (familiale et scolaire), ne sont pas tous égaux face au fait de s'évaluer et/ou d'évaluer les autres. Nous verrons ici les différents effets positifs et négatifs de ces deux types d'évaluation ainsi que les biais qui peuvent en découler.

L'étude empirique de Gruber Jost & Vieille-Grosjean (2019) examine un exemple d'auto-évaluation des compétences chez les élèves de l'école primaire.

Celle de Bouffard & Al.(2013) est "une revue des travaux ayant examiné la question des biais d’auto-évaluation de compétence cognitive ou scolaire chez des élèves et des étudiants."

L'étude de Bouzidi & Jaillet (2007) traite d'une expérimentation qui a porté sur 68 étudiants. Ils présentent une revue de travaux sur l’évaluation par les pairs via Internet. Ils présentent ensuite une "démarche d’implémentation d’un prolongement virtuel des examens effectués en classe impliquant une évaluation par les pairs."

Villányi & Al. (2018) ont développé un outil innovant basé sur une tablette informatique pour appréhender les auto-évaluations de la compréhension des mathématiques et de la lecture. Ils ont noté que la confiance des élèves dans la réalisation d'une tâche diminuait à mesure que la difficulté de la tâche augmentait. Les corrélations entre les scores d'auto-évaluation des élèves et leurs scores aux tests standardisés étaient modérées à importantes. Ils ont donc conclu que les élèves de troisième et quatrième année ont la capacité de fournir des auto-évaluations précises de leurs compétences lorsqu'on leur fournit un outil d'auto-évaluation adéquat.

3.4.1 Les effets positifs de l'auto-évaluation

Les recherches prônant l'auto-évaluation sont nombreuses. En effet, cette dernière a de multiples avantages sur le développement des connaissances des enfants. Voici les effets positifs souvent cités :

  • Elle permet aux élèves de réfléchir sur leurs apprentissages et d’exprimer leurs pensées par rapport à leurs apprentissages (Villányi & Al. 2018)
  • L’enseignant peut utiliser ces informations pour améliorer son enseignement ainsi que les activités d’apprentissage au sein de sa classe. (Villányi & Al., 2018)
  • Elle permet à l’élève d’engager un nouveau mouvement dans l’apprendre, de révéler son potentiel de compétences et de tisser un lien avec l’enseignant. (Gruber Jost & Vieille-Grosjean, 2019, p.99)
  • Elle favoriserait une co-responsabilité entre enseignant et élève dans l’apprentissage.(Gruber Jost & Vieille-Grosjean, 2019, p.99)
  • Un biais positif dans l’évaluation de soi aurait un caractère adaptatif et protégerait les individus d’émotions négatives, telles que l’anxiété et la dépression. (Bouffard & Al., 2013, p.123)

3.4.2 Les effets négatifs de l'auto-évaluation

Cependant, il est important de mentionner que le fait de s'auto-évaluer, pour un enfant, peut aussi avoir des conséquences plus néfastes:

  • La présence d’un biais d’auto-évaluation signale un écart, positif ou négatif, faible ou important, entre le potentiel de l’élève et celui qu’il juge avoir. (Bouffard & Al., 2013, p.122)
  • Lors de l'auto-évaluation, un apprenant peut parfois "surgénéraliser" et exagérer de l’importance d’aspects négatifs mineurs et avoir un sentiment de responsabilité envers ces aspects. (Bouffard & Al., 2013, p.122)
  • Une personne qui surestime ses capacités tend à faire des erreurs de jugement ayant des conséquences négatives. Par exemple, se croyant plus compétente qu’elle ne l’est, elle consacrerait moins de temps et d’efforts que la tâche à exécuter ne le demande et, ce faisant, obtiendrait une performance moins bonne. (Bouffard & Al., 2013, p.124)

3.4.3 Les effets positifs de l'évaluation par les pairs

L'évaluation par les pairs, que ce soit en synchrone ou en asynchrone est également une forme d'évaluation intéressante pour les élèves et l'enseignant. Voici ce qu'on écrit divers auteurs sur les différents effets que cette modalité peut apporter:

  • Il y a la possibilité pour les élèves de partager un langage commun, d’intégrer plus rapidement les rétroactions quand elles sont formulées par des pairs, d’oser interrompre, interpeler, contredire, ce qui ne serait pas aussi facile face à l’enseignant. (Bélair & Coen, 2015)
  • Il y aurait également un plus grand engagement dans le processus d’apprentissage et le développement de compétences évaluatives et réflexives. (Bélair & Coen, 2015)
  • C'est une occasion de comparer son travail à celui d’un autre et de réfléchir de façon critique sur la qualité de son propre travail. (Bélair & Coen, 2015)
  • Elle offre des bénéfices non seulement pour l’élève évalué qui peut recevoir des commentaires utiles et en temps opportun pour améliorer son texte, mais aussi pour l’élève évaluateur qui peut se faire une meilleure représentation de ses capacités et de la qualité de son travail. (Bélair & Coen, 2015)
  • "l’évaluation par les pairs permet de développer un apprentissage dans des domaines cognitifs élevés (application, analyse, évaluation)." (Bouzidi & Jaillet, 2007)
  • Elle "encourage l’autonomie des étudiants et développe des compétences dans des domaines cognitifs élevés." (Bouzidi & Jaillet, 2007)

3.4.4 Les effets négatifs de l'évaluation par les pairs

Ce n'est pas simple, cependant, de mettre en place ce genre d'évaluation. Voici quelques effets négatifs qu'elle peut engendrer :

  • Parfois, pour l’élève, le message est plus dur à entendre de la part de ses pairs que venant d’un adulte. (Bélair & Coen, 2015)
  • N’ayant ni les connaissances ni les compétences professionnelles, les commentaires des élèves sont, entre autres, souvent influencés par les liens d’amitié, sont généralement vagues et portent fréquemment sur des éléments négligeables. (Bélair & Coen, 2015)
  • Les enseignants sont généralement frustrés par les résultats de cette forme d'évaluation. (Bélair & Coen, 2015)
  • "L’évaluation formative impliquant des interactions fréquentes entre l’enseignant et ses étudiants et l’élaboration de feedbacks, de consignes et d’orientations, alourdie la charge de travail de l’enseignant." (Bouzidi & Jaillet, 2007)

3.5 Quels outils numériques utiliser pour développer l’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs chez les enfants ?

A l'heure actuelle, très peu d'outils existent pour développer l'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs pour les enfants.

Hayashi et Al. (2016) ont utilisé un outil d'HCI (Human Computer Interaction): "Le Mannequin d'auto-évaluation (SAM) de Lang et Bradley est un outil d'évaluation qui a été utilisé avec succès dans différents domaines pour susciter les réponses affectives dans les trois niveaux de valence, d'excitation et de dominance." Ils ont utilisé cet outil pour évaluer les émotions des enfants au travers d'"emojis" pour demander aux enfants d'évaluer l'intensité de leurs émotions après un évènement social. Cependant cette étude ne traite pas exactement d'auto-évaluation au sens "apprentissage" du terme, mais traite plutôt d'une réflexion quant à l'accessibilité d'une technologie pour des enfants.

La HEP Vaud propose une formation continue en 2022 nommée "Numérique et évaluation des apprentissages: collaborer en petits collectifs à la construction et la gestion qualité de tests standardisés formatifs en ligne" qui " vise à fournir des réponses concrètes aux enseignant-e-s et formateur-trice-s qui souhaitent réaliser des évaluations standardisées des apprentissages en petits collectifs, telles que des tests à visée formative portant sur des niveaux taxonomiques tels que la connaissance, la compréhension, l'application ou l'analyse." Cependant, il existe, à nouveau, très peu de formation continue, ce qui semble logique, puisque peu de logiciels existent et que cette pratique est très peu mise en oeuvre pour le moment.

Une piste de réflexion pourrait être de réussir à développer une plateforme ou un logiciel permettant d'utiliser et de réaliser numériquement les huit étapes proposées par The Education Hub, afin que l'enseignant aie en tout temps, sous la main toutes les auto-évaluations et évaluations par les pairs de ses élèves. Ceci pourrait permettre de repenser son cours en fonction des apprentissages relevés par les élèves. Du côté des apprenants, ceux-ci pourraient également régulièrement avoir accès, même depuis la maison, à leurs évaluations et, pourquoi pas, également l'utiliser pour des devoirs en dehors de l'école ou pour des activités extra-scolaires.

4 Discussion

Comme discuté plus haut, l'auto-évaluation et l'évaluation par les pairs sont deux outils d'évaluations formatives qui permettent aux élèves du primaire de s'impliquer dans leurs apprentissages, de communiquer avec leurs pairs quant à leurs difficultés et recevoir ou donner des pistes pour s'améliorer.

Cependant, comme tout dispositif, ces évaluations comportent des avantages, mais aussi des inconvénients. Effectivement, il faut tenir compte de biais de l'auto-évaluation, selon que l'on pense être meilleur que l'on ne l'est vraiment ou, au contraire, si l'on pense être moins bon. De plus, lorsque les élèves s'évaluent entre eux, des jugements peuvent parfois apparaître et avoir des conséquences négatives sur la perception de soi d'un élève. Ou encore, les commentaires peuvent ne pas être de très bonne qualité et finir à la trappe, car ils n'apportent pas grand-chose à l'apprenant.

C'est là que l'enseignant joue un rôle primordial pour tenter d'éviter au maximum ces effets négatifs. Les outils proposés par The Education Hub semblent être une bonne base de réflexion pour intégrer dans sa classe ces formes d'évaluations. Il pourrait être intéressant de tester cette méthode en classe et de voir quels outils sont le mieux intégrés par les enfants (mais également par les enseignants !) et les modifier en fonction des commentaires de ceux-ci. En effet, si l'on apprend aux élèves à devenir acteurs de leurs apprentissages et de leur progression, il semble évident que les outils mis en place pour développer leurs compétences leur parlent et soient facilement utilisables. Et c'est bien là que peuvent entrer en scène les technologies numériques. Numériser ces outils permettrait une plus grande accessibilité par les apprenants et par les enseignants, ce qui engendrerait très probablement une utilisation plus fréquente de ceux-ci.

Il est donc clair qu'il y a un besoin d'outils pratiques pour démocratiser ces pratiques en classe, et un enseignant seul ne peut pas réussir à le faire tout seul. Je finirai donc par ces mots de Hadji (2016) : Il est clair que la définition et la recherche d’un usage « bon » [de l’évaluation] dépassent l’enseignant isolé dans sa classe et doivent être pensés au sein d’une discipline, d’un groupe de disciplines, d’un établissement tout en entier, en association avec les parents d’élèves, voire avec l’ensemble des citoyens. (p.135)

5 Références

Bélair, L. M., & Coen, P. (2015). Évaluation et autoévaluation : Quels espaces de formation ? (1re éd.). DE BOECK SUP.

Bouffard, T., Pansu, P., & Boissicat, N. (2013). Quand se juger meilleur ou moins bon qu’il ne l’est s’ avère profitable ou nuisible à l’élève. Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, (182), 117-140.

Bouzidi, L. H., & Jaillet, A. (2007, June). L'évaluation par les pairs pourra-t-elle faire de l'examen une vraie activité pédagogique?. In EIAH. INRP.

Colognesi, S., & Van Nieuwenhoven, C. (2017). Développer des habiletés de relecture critique des productions des pairs. Education & Formation.

Gruber Jost, S., & Vieille-Grosjean, H. (2019). De l’évaluation à l’autoévaluation: d’un apprentissage défensif à un apprentissage expansif. Contextes et didactiques. Revue semestrielle en sciences de l’éducation, (13).

Hadji, C. (2016). «Le système éducatif peut-il passer de l’évaluation normative à une évaluation constructive?», In B. Bocquet, La fièvre de l’évaluation (pp. 113-135). Villeneuve d’Ascq: Presses Universitaires du Septentrion.

Hayashi, E.C., Posada, J., Maike, V.R., & Baranauskas, M.C. (2016). Exploring new formats of the Self-Assessment Manikin in the design with children. Proceedings of the 15th Brazilian Symposium on Human Factors in Computing Systems.

Leclerc, M. J. (2015). L’évaluation, un élément crucial du processus d’apprentissage. Université de Montréal. Repéré à http://rire.ctreq.qc.ca/wp-content/uploads/2015/06/Marie-Josee-Leclerc-Methodes-devaluation.pdf

Morales villaBona, F. (2015). Autoévaluation et collaboration: analyse des interactions entre élèves à l’école primaire. Évaluation et autoévaluation. Quels espaces de formation, 119-136.

Portail candidat HEP VAUD | Rechercher un cours - Programme annuel de cours - Offre de cours - Formation continue attestée - Formations continues. (s. d.). https://candidat.hepl.ch. https://candidat.hepl.ch/accueil/formations-continues/formation-continue-attestee/offre-de-cours/programme-annuel-de-cours/rechercher-un-cours.html

The Education Hub. (2018). How to successfully introduce self-assessment in your classroom. www.theeducationhub.org.nz. Consulté le 2 janvier 2022, à l’adresse https://www.theeducationhub.org.nz/wp-content/uploads/2018/03/How-to-successfully-introduce-self-assessment-in-your-classroom.pdf

Topping, K. (1998). Peer assessment between students in colleges and universities. Review of educational Research, 68(3), 249-276.

Villanyi, D., Martin, R., Sonnleitner, P., Siry, C., & Fischbach, A. (2018). A Tablet-Computer-Based Tool to Facilitate Accurate Self-Assessments in Third- and Fourth-Graders. International Journal of Emerging Technologies in Learning (iJET), 13(10), pp. 225–251. https://doi.org/10.3991/ijet.v13i10.8876