Principes de la recherche empirique

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Manuel de recherche en technologie éducative
Module - page d'entrée
Principes de la recherche empirique
◀▬▬▶
brouillon débutant
2016/10/16 ⚒⚒ 2015/04/08

1 Introduction

Le but de ce chapitre est à la fois de vous initier à certains principes fondamentaux qui définissent la recherche empirique et d’attirer votre attention sur les considérations préliminaires à prendre en compte avant de pouvoir rédiger un projet de recherche.

La recherche empirique, c’est la recherche ayant pour objet des données ― données réelles issues de l’observation et/ou de l’expérimentation et/ou d’interactions dans un environnement d’apprentissage à distance, etc.

La lecture de ce chapitre d'introduction vous aidera à réfléchir à un design de recherche (ou stratégie d’investigation) et à sélectionner des méthodes appropriées. Nous expliquerons en quoi consiste le cycle de la recherche empirique, comment formuler une question de recherche générale, et partant de là comment formuler des questions opérationnelles qui vous aideront à répondre à cette question générale.

Dans les chapitres suivants de ce module - nous vous indiquerons comment effectuer une revue de littérature et comment opérationnaliser des concepts. Nous vous rendrons également attentifs aux erreurs de raisonnement à éviter et attirerons votre attention sur des problèmes de fiabilité et de validité potentiels.

Attention! dans la mise en place de votre étude, vous devrez revenir à plusieurs reprises sur les différents éléments abordés dans ce module: ils ne peuvent pas être traités une fois pour toute et de manière linéaire.

Objectifs d’apprentissage:

  • Comprendre le rôle central d’une question de recherche générale
  • Connaître les éléments et l’organisation d’un processus de recherche type
  • Comprendre l’«opérationnalisation», c’est-à-dire le lien entre des concepts théoriques et des mesures
  • Etre capable de citer les méthodes principales de recueil de données
  • Comprendre les concepts de fiabilité et de validité et être capable d’interroger des théories déterministes ayant montré que certaines causes produisaient certains effets
  • Etre capable de distinguer, parmi les quatre théories principales de la connaissance, dans lesquelles s’inscrit une recherche donnée
  • Etre conscient que le choix d’une méthodologie a nécessairement des retombées sur les résultats et la portée de l’étude
  • Etre capable de sélectionner la méthodologie de recherche la plus appropriée pour une étude donnée en fonction du contexte (expertise du chercheur, tradition de l’institution et des chercheurs impliqués, public cible auquel l’étude est destinée)

2 Les designs de recherche

Les plans et les procédures de recherche - des décisions quant aux grandes lignes de l’étude jusqu’aux méthodes détaillées de recueil et d’analyse de données ― définissent l’approche d'une recherche.

On peut caractériser une recherche:

  • par ses objectifs qui se traduisent en questions de recherche, souvent formulées avec des conjectures ou hypothèses reposant
  • par le design de recherche qui indique comment on répond aux questions de recherche. Il repose sur une stratégie d’investigation et identifie des méthodes spécifiques appropriées à la recherche.

Lorsque l’on a une idée de projet de recherche, comment prendre la décision quant à l’approche qu’il faut choisir pour l’étudier et qui va dominer le design de recherche? Trois éléments sont déterminants pour effectuer ce choix:

  • La nature du problème de recherche;
  • L’expérience personnelle du chercheur et ses systèmes de valeurs;
  • Le public cible auquel l’étude est destiné.

« Le design de la recherche, ou architecture de la recherche, est la trame qui permet d’articuler les différents éléments d’une recherche : problématique, littérature, données, analyse et résultat » (Royer & Zarlowski, 2009, p. 144). Au niveau plus opérationnel, on peut dire que le design de la recherche est la colle qui réunit les éléments méthodologiques dans un tout cohérent.

Selon les disciplines, il existe plusieurs types de designs connus et acceptables. En premier lieu, nous aimerions rappeler notre typologie qui distingue entre les grandes catégories suivantes:

  • Designs explicatives, pilotées par une théorie
  • Designs interprétatives, créateurs de théorie
  • Recherches design, qui visent à créer des règles de design

Note: Il faut bien distinguer entre Design de recherche (qui veut dire "conception d'une recherche", "stratégie d'investigation", etc. et qui mettent en œuvre une approche) et recherche design (notion qui se réfère aux sciences du design). La dernière est une type de recherche et donc un type de design de recherche.

Pour des raisons pratiques on fait souvent la distinction entre recherche quantitatives, qualitatives et méthodes mixte introduits dans le chapitre précédant. Pour des auteurs comme Denzin & Lincoln (2011, cités par Creswell 2014, p. 12), le design de la recherche, ou «stratégie d’investigation» peut se concevoir comme une enquête spécifique menée au sein d’approches qualitative, quantitative ou mixtes et qui, de ce fait, canalisent les choix quant aux procédures. Mais comme on l'a déjà remarqué, les auteurs de ce texte préfèrent distinguer les design selon leur finalité et in fine à un niveau de granularité plus bas, par le type d'approche accepté dans les divers disciplines.

Exemples de designs

Le design expérimental est une démarche pilotée par la théorie et il est quantitatif. Ce design cherche à déterminer si un traitement spécifique influence un résultat. Pour mettre en place un design expérimental, il s’agit de choisir deux groupes identiques, et d’administrer un traitement à l’un et non à l’autre et ensuite de comparer les résultats. Il est important d'isoler les participants de tout facteur pouvant influencer les résultats.

Le design quasi-expérimental est une variante qui permet de mener des expériences dans un contexte naturel où il n'est pas possible de choisir des groupes identiques et où il est difficile de contrôler l'influence d'autres facteurs sur le résultat.

L’enquête par sondage est un design quantitatif non-expérimental également piloté par la théorie. Il permet de travailler avec des modèles et d'hypothèses qui postulent des régularités entre attitudes, opinions, perceptions de comportement, etc. Le sondage est mené sur un échantillon qui représente une population mère (par exemple tous les enseignants d'un pays). Il permet de mener des analyses corrélationnelles simples (une variable qui explique une autre) ou des analyses multi-variées sophistiquées.

La recherche auto-biographique étudie la vie des participants et leur demande de produire l’histoire de leur vie. Cette histoire est re-racontée de manière chronologique et combine la vue du chercheur et celle du participant. Cette recherche est qualitative, interprétative et exploratoire.

La théorie ancrée est une design inductif très ambitieux et difficile à mener. Le chercheur part de la perspective des participants et cherche à faire émerger de nouvelles théories à partir d’un procédé analytique de saturation de données. Ce processus implique différentes étapes de recueil de données et l’affinement progressif des catégories d’information.

Dans la recherche ethnographique, le chercheur étudie les patterns communs d’un groupe donné sur un temps donné qui est généralement long. Ce type de recherche travaille avec un va et vient entre données et théorie.

Dans les études de cas, le chercheur développe une analyse en profondeur d’un cas ― un programme, un processus ou encore un ou plusieurs individus. Typiquement, l'étude de cas utilise des méthodes mixtes (qualitatives et quantitatives).

Dans l’analyse de discours, le chercheur, en se basant sur les textes, s’intéresse aux concepts, à la linguistique et à l’organisation narrative du texte. L'analyse de discours part du principe que dans tout acte de communication, il y a bien plus qu'un simple transfert d'information. Le chercheur a pour objectif de mettre à jour tout ce qui se passe et est échangé par le biais du langage et de la culture. Il existe pléthore de méthodes d’analyse de discours (e.g. Adam, Bakhtine, Foucault, etc.).

Ces exemples avaient pour but d'illustrer la diversité des designs de recherche et ne visaient pas l'exhaustivité. Nous allons revenir ultérieurement sur certains designs avec plus de détails.

2.1 Les méthodes

Enfin, les méthodes constituent le deuxième élément du design d'une recherche, après le design de recherche. Les méthodes spécifiques indiquent des procédures de collecte, analyse et interprétation des données. Le Tableau 10 classe un certain nombre de méthodes en fonction 1) de l'utilisation de questions ouvertes ou fermées, 2) Types de données et 3) types d'analyse et 4) types d'interprétation.

Méthodes qualitatives Méthodes quantitatives Méthodes mixtes
Type de questions Questions ouvertes Questions basées sur des instruments Questions ouvertes et fermées
Types de données

Données d’entretien

Données d’observation

Données de documents

Données audio-visuelles

Données de performance

Données d’attitude

Données d’observation

Données de recensement
Formes multiples de données ouvrant toutes les possibilités
Types de méthodes Analyse de texte et d’image Analyse statistique Analyse statistique et textuelle
Interprétation des résultats

Identification de thèmes

Interprétation de régularités perçues
Interprétation statistique Interprétation à partir de l’ensemble des bases de données
Tableau 10: Méthodes quantitatives, qualitatives et mixtes (Creswell, 2014, p. 17)

Ci-dessous nous esquissons encore 3 exemples de designs de recherche pour illustrer comment approches et types de méthodes peuvent se combiner:

Design ethnographique
Approche qualitative / théorie de la connaissance constructiviste / Méthode d’observation
Le chercheur cherche à comprendre la signification d’un phénomène du point de vue des participants. Cela implique l’identification d’un groupe partageant une culture commune pour étudier le développement de patterns de comportement partagés sur une durée de temps donnée. Les données sont recueillies par l’observation du comportement des participants lorsqu’ils sont en activité. Les données sont analysées par le biais de méthodes de codage, manuel, automatique ou semi-automatique (Saldana, 2013, Roy & Garon, 2013).
Design expérimental
Approche quantitative / théorie de la connaissance post-positiviste / pretest et postest pour mesurer l’attitude'
Le chercheur teste une théorie en spécifiant des hypothèses précises et une collecte des données précises pour réfuter ou confirmer une hypothèse. Un design expérimental est mis en place pour évaluer les attitudes avant et après le traitement. Les données sont recueillies à l’aide d’un instrument qui mesure les attitudes et l’information est analysée par le biais de procédures statistiques.
Etude de cas (par ex. innovation dans un système scolaire)
Approche mixte /théorie de la connaissance pragmatique / Recueil de données qualitative et quantitative de type séquentiel
Le chercheur part du principe que recueillir des données qualitative et quantitative permettra de mieux comprendre le problème de recherche. L'étude débute avec une grande enquête pour généraliser les résultats sur une population donnée, puis enchaîne avec des entretiens qualitatifs visant à recueillir les perspectives précises des participants pour expliquer les résultats obtenus initialement par l'enquête.

Nous allons revenir sur les méthodes en plus de détails à partir du chapitre Designs de recherche orientés test de théorie. L'objectif de cette petite section était juste de sensibiliser le lecteur à l'idée qu'il existe pleines de méthodes pour observer et analyser des phénomènes que l'on veut étudier dans une recherche.

2.2 Critères de sélection d’une approche de recherche

Comment sélectionner une approche de recherche face à une problématique donnée?

Six facteurs sont à prendre en considération dont trois ― les trois premiers - que nous avons déjà passés en revue:

  1. La théorie de la connaissance;
  2. Le design de recherche ou stratégies d’investigation;
  3. Les méthodes spécifiques de collecte, analyse et validation de données;
  4. Le problème et les questions de recherche;
  5. La formation et l’expérience personnelle du chercheur;
  6. Le public cible à laquelle s’adresse l’étude.

En quoi le problème et les questions de recherche influence-t-ils le choix d’une approche?

Un problème de recherche mérite d’être étudié pour plusieurs raisons, dont les quatre suivantes qui ne sont pas exhaustives: le problème n’est pas encore traité dans la littérature, les résultats rapportés dans la littérature sont contradictoires, le chercheur souhaite donner une voix à des personnes marginalisées, le chercheur souhaite aborder la problématique sous un autre angle.

Si le problème, dans une recherche en science sociales...
cherche à identifier un facteur qui influence un résultat, cherche à évaluer l’utilité d’une intervention ou cherche à comprendre les meilleurs prédicteurs de résultats;
⇨ Alors l’approche sera plutôt pilotée par la théorie et quantitative.
Si le problème, dans une recherche en science sociales...
cherche à comprendre un phénomène social complexe
⇨ Alors l’approche sera plutôt inductive, interprétative et qualitative.

Note: Beaucoup de recherches de terrain en technologies éducatives nécessitent une approche plutôt mixte sur les plans des méthodes et du design. Il arrive souvent qu'on veuille corroborer une théorie, mais également créer des nouvelles hypothèses ou encore contribuer à une théorie de type design.

En quoi la formation et l’expérience personnelle du chercheur entrent-t-elles en jeu?

Une personne formée à l'écriture scientifique et aux statistiques, originaire des sciences «dures» et habituée à lire des articles quantitatifs, aura plutôt tendance à privilégier un design quantitatif. De même, une personne à l’aise avec la rédaction littéraire ou la conduite d’entretiens privilégiera probablement une approche qualitative. Le chercheur qui privilégiera une approche mixte est une personne ayant des connaissances dans les deux approches ― quantitative et qualitative - et disposant du temps et des ressources nécessaires pour conduire une recherche de type mixte.

Enfin, le public cible auquel s’adresse l’étude est un dernier facteur à prendre en compte. A qui cette recherche est-elle adressée? A des décideurs? A des pairs praticiens? etc. Etant donné que le public cible est le juge ultime de l’étude et que c’est lui qui va lire et accepter (ou non) la recherche, il est important de savoir quelle approche il a l’habitude d’utiliser, que ce soit pour utiliser la même ou pour inscrire l’étude dans une autre approche en prévoyant des passerelles pour s’assurer la compréhension du public cible.

Pour pratiquer:



1) Mentionnez trois caractéristiques qui distinguent une étude qualitative d’une étude quantitative.

2) Identifiez une question de recherche dans un article scientifique et regardez, de manière critique, si l’approche choisie vous semble la meilleure pour étudier cette question. Documentez votre réponse.

3) Dans votre domaine et dans votre pays, les recherches se basent-elles, d’un point de vue théorie de la connaissance, sur des courants philosophiques occidentaux? Quels sont les philosophes non occidentaux qui influencent les recherches (e.g. les travaux de Ibn Khaldoun sont-ils utilisés et comment?)

4) En vous basant sur votre projet de recherche, élaborez une première version de l’approche que vous pourriez utiliser. Vous détaillerez a) la théorie de la connaissance que vous retenez, b) le design de recherche (stratégie d’investigation) qui vous semble le plus approprié, c) les méthodes spécifiques de recueil et d’analyse de données. Précisez si la recherche s’oriente vers une recherche qualitative, quantitative ou mixte et décrivez déjà un scénario, de manière très générale. Justifiez vos choix.


3 Introduction et cycle type d’une recherche empirique

Suivant l’approche envisagée, les détails relatifs à un cycle de recherche donné peuvent considérablement changer. Toutefois, pour la plupart des recherches, il convient tout d’abord de définir des questions de recherche précises en s’appuyant sur une revue de littérature et sur une réflexion consacrée aux objectifs.

La Figure 9: Le cycle typique de la recherche montre un cycle de recherche type. Nous distinguons cinq étapes principales: (1) définir les objectifs, lire la théorie et formuler les questions; (2) utiliser des cadres conceptuels et analytiques pour créer son propre cadre théorique et rendre ces questions plus opérationnelles; (3) créer des instruments de recherche et/ou des designs de recherche(stratégies d’investigation); (4) recueillir les données; (5) analyser les données, reporter et discuter les résultats en regard de la littérature.

Figure 9: Le cycle typique de la recherche

Vous devez en général commencer par rendre plus explicite votre question de recherche (ce que nous appelons les conceptualisations) et créer des artéfacts (i.e. des instruments de recherche ou des designs de recherche). Vous devez ensuite recueillir des données (i.e. mesures) qu’il vous faudra analyser afin de répondre à la question de recherche principale et aux sous-questions. Ce processus est représenté visuellement dans la Figure 10: Répondre à une question de recherche.

Figure 10: Répondre à une question de recherche

Pour mieux comprendre chacun des éléments de ce processus, voici quelques détails pour chacun d’entre eux:

Conceptualisations
par conceptualisations, nous entendons un ensemble d’outils intellectuels qui vous aideront à organiser vos questions de recherche et le savoir sur un sujet donné.

Il s’agit ici de rendre les questions explicites, d’identifier les concepts principaux (variables), de définir les termes clés et leurs dimensions, de trouver des grilles d’analyse, de définir des hypothèses, etc.

Artéfacts
par artéfacts, nous entendons un instrument construit par l’être humain à des fins particulières. Autrement dit, un artéfact est un objet pertinent créé par des personnes, pour un usage précis (Stahl, 2002, http://gerrystahl.net/cscl/papers/ch15.pdf ).

Il s’agit ici de développer du matériel de recherche (e.g. des expériences, des sondages), de développer et/ou d’implémenter des logiciels (e.g. knowledge forum (www.KnowledgeForum.com)), de mettre en oeuvre des designs sur le terrain (e.g. vous avez mené une étude de besoins, conçu un environnement d’apprentissage adapté et le mettez en service dans une institution donnée, avec les apprenants, les formateurs, etc.), etc.

Notez encore que les artéfacts peuvent avoir pour seul but la recherche (e.g. un questionnaire), mais peuvent également avoir des objectifs «réels» (e.g. un environnement d’apprentissage à distance pour un besoin de formation précis).

Mesures
par mesures, nous entendons la mise en oeuvre de différentes méthodes pour recueillir les données de manière appropriée, et ainsi pouvoir répondre à la question de recherche.

Il s’agit ici de faire des observations (i.e. faire des mesures) sur le terrain ou par l’intermédiaire d’expériences. Il s’agit d’utiliser vos artéfacts de différentes façons pour recueillir des données.

Analyses et conclusions
Il s’agit ici d’analyser les données (de manière statistique ou qualitative) et de les mettre en lien avec des énoncés théoriques (e.g. vos questions de recherche opérationnelles et/ou vos hypothèses).

4 Problématique et objectifs de recherche

Pour cerner une problématique de recherche il est indispensable de lire, d'observer le terrain (s'il en a) et de réfléchir.

La problématique comprend d'abord une définition de l'objet de recherche et des objectifs de recherche. Il faut ensuite formuler les questions de recherche qui peuvent prendre des formes variés selon le type de recherche.

Il est indispensable de conduire une revue de littérature sérieuse, sujet introduit dans le chapitre suivant. Ensuite, on pourra revenir sur la formulation des objectifs et des questions de recherche.