Présentations Bimodales - Réduire la surcharge cognitive

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher


1 Introduction

Ce petit recueil de conseils quant à la réalisation de présentation bimodale [1] vous permettra de réduire la surcharge cognitive induite par vos présentations orales ou enregistrées. Ces conseils pratiques découlent de nombreuses expérimentations relatées dans l’article d’E. Jamet ainsi que de ses propres expériences. Je vais traiter des points suivants : la contiguïté temporelle, la signalisation des éléments et la séquentialité.

Ces différents conseils qui vont être présentés peuvent être sur des présentations simples ou complexes et accompagnées de commentaires audio. Cela peut tout aussi bien être une règle de conduite lorsque vous faîtes une présentation orale accompagnée d'un support d'illustration.

2 L'effet de la contiguïté temporelle : présentation simultanée

Le premier conseil que l’on peut retirer de l’article d’E. Jamet concerne la contiguïté temporelle. Les résultats des études sur les présentations séquentielles accompagnées de textes écrits ont portés sur le temps d'apprentissage et la mémorisation.

Conseil N°1 :

Pour permettre un apprentissage (mémorisation et transfert de connaissances) de meilleure qualité présentez les éléments graphiques légèrement avant ou en même temps que le commentaire audio.

Selon Baggett, il vaut mieux afficher les éléments cités dans le commentaire audio légèrement avant ce dernier.

Selon Mayer la synchronisation des éléments visuels et oraux permette un traitement simultané en mémoire du travail et facilite en conséquence l'élaboration de liens référentiels entre les deux types de sources.

Trois études [2] réalisées par Mayer démontrent une supériorité des présentations simultanées pour des épreuves de mémorisation. Cinq études permettent de conclure à une supériorité des présentations simultanées pour des épreuves de transfert de connaissances.

3 L'effet du signalement en condition multimodale

E. Jamet propose une autre forme de traitement asynchrone dans un document illustré. Il met en avant que le temps de recherche de l’élément visuel en lien à l’explication orale peut être suffisamment long pour entraîner chez l’apprenant une désynchronisation du traitement des deux médias. Il propose de faciliter ce processus en mettant en évidence un élément du schéma au moment où il est évoqué. Ce signalement peut être réalisé par un changement ponctuel de couleur ou par des techniques de clignotement par exemple.

Conseil N°2 :

Pour des schémas avec plusieurs éléments cités dans les commentaires audio, il faut mettre en évidence l’élément du schéma au moment où celui-ci est évoqué.

Les études citées par E. Jamet font apparaître que la recherche d'informations visuelles dans un document illustré bimodal peut-être facilitée si l'on signale au moment où celui-ci est évoqué dans l’explication. E. Jamet montre que le fait de faciliter la recherche a des effets positifs sur l’apprentissage en termes de mémorisation et la compréhension.

4 Les effets de la présentation séquentielle

E. Jamet souligne que l'effet d'une autre technique, pourtant très facile à mettre en œuvre, a été très peu analysée : les présentations séquentielles de graphique. Les deux expériences de E. Jamet ont traité de l'influence positive des présentations séquentielles dynamiques avec commentaire audio sur l'apprentissage. Cet effet a été amené par la facilitation de la recherche visuelle et le traitement simultané des sources orales et visuelles.

Conseil N°3 :

Présentez les éléments d’un schéma ou d’un graphique de manière successive, afin de faciliter la recherche visuelle. Puis lorsque le schéma est affiché en entier prenez un temps plus ou moins long en fonction de la complexité du schéma pour le laisser apparaître au complet.

Cela pour deux raisons :

  1. Tout d’abord, les éléments visuels sont moins nombreux à l’écran notamment au début du document et donc plus faciles à repérer.
  2. Si l’apparition de l’élément est synchronisée avec son évocation dans l’explication orale, cette apparition indique clairement qu’il constitue l’élément évoqué évitant ainsi une recherche visuelle trop longue.

Cette dernière hypothèse il la validera avec les résultats de ces deux expériences qui montrent que les performances sont meilleures lorsque la présentation est séquentielle. Il vérifie l'hypothèse selon laquelle l'apprentissage de ce document a été facilité par l'utilisation d'une présentation séquentielle. Il étend de plus cette valorisation à des documents séquentiels aux documents non-temporels.

5 Conclusion

Ce petit guide pourrait voir ces conseils mis à jour car comme E. Jamet le propose il serait intéressant de faire de nouvelles études sur les effets de la modalité écrite en regard de la modalité orale. A ce moment-là son hypothèse liée à la surcharge dû à la recherche de liens de congruence.

Il propose aussi que des études soient faites sur la notion d’interactivité entre l’apprenant et la présentation. Quels seraient les effets de ces conseils sur des présentations contrôlées par l’utilisateur.

Il avertit qu'au vu de l'utilisation croissante de ce type de présentation il faut s'attarder sur ces présentations pour réduire le risque de surcharge du système cognitif.

6 Bibliographie

Baggett, P. (1984). Role of temporal overlap of visual and auditory material in forming dual media associations. Journal of memory and language, 76(3), 408-417.

Jamet, E. (2006). Chapitre 26 – Apprentissage à partir de documents électroniques illustrés : Le rôle des présentations séquentielles. – Revue : Lire, Ecrire, Communiquer et Apprendre avec Internet

Mayer, R. E. (2001). Multimedia learning. New York: Cambridge University press.

[1] Une présentation bimodale utilise deux modes de transfert d’information. Les différents modes pouvant être combiné sont les modes : graphique, visuel, textuel et/ou oral. [2] Mayer propose une synthèse des résultats de ces études dans son ouvrage (Mayer, 2001).: