Pédagogie Froebel

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher

1 Introduction

Résumé et traduction du premier texte en référence.

Friedrich Froebel est un éducateur allemand et le fondateur du jardin d'enfant. Il a développé une série de matériels ludiques incluant des blocs de construction géométriques et des modèles de blocs d'activité conçus pour enseigner aux enfants les formes et les relations trouvées dans la nature. Les notions de Froebel sur l'utilisation de l'activité et du jeu dans l'éducation préscolaire complètent de nombreux principes de l'éducation de la petite enfance utilisés dans les écoles contemporaines. Cette page décrit comment son système d'apprentissage par le jeu dirigé s'est concentré sur des matériels de jeu, appelés cadeaux (gifts), qui sont encore important et pertinent pour les enfants et l'apprentissage d'aujourd'hui. Bien que respecté en tant que pionnier de l'éducation de la petite enfance, les idées de Froebel inspirent peu de discussion sur la pertinence potentielle de son travail pour l'éducation contemporaine ou sur la pertinence de ses théories pour les enfants d'aujourd'hui. Cependant, les idées de Froebel - en particulier celles impliquant des jouets et des jeux - devraient être mieux comprises par les éducateurs contemporains ainsi que son approche de l'éducation des jeunes enfants qui pourrait servir de point de départ pour réformer de nombreux éléments de la manière dont nous enseignons actuellement chez les enfants et pour améliorer les possibilités offertes par le jeu.

2 Historique

Froebel a été profondément façonné par ses croyances religieuses et ses expériences d'enfant notamment à travers ses études des plantes et des arbres. De cette expérience - et du temps où il a travaillé comme minéralogiste pour le Musée royal de Berlin - Froebel a développé une grande partie de sa compréhension de la nature. Pour Froebel, la nature a littéralement révélé les vérités de la religion et le sens de Dieu. L'accent mis par Froebel sur la spiritualité et la religion peuvent expliquer pourquoi ses idées ne sont pas plus largement appréciées. En tout cas, ce dogmatisme a été remis en question par un mouvement progressiste de l'éducation préscolaire mené par Patty Smith Hill, Anna Bryan, Alice Putnam et d'autres. Alors que Blow mettait l'accent sur une approche orthodoxe et formelle du travail de Froebel, les progressistes considéraient ses idées comme un simple point de départ auquel elles ajoutaient un nouveau modèle d'étude et de développement de l'enfant - qui tenait aussi compte de l'apprentissage des enfants en milieu urbain.

En vérité, les idées de Froebel faisaient partie du plus grand mouvement philosophique romantique en Allemagne. En fréquentant l'Université d'Iéna, Froebel a été initié aux idées d'Immanuel Kant, de Johann Wolfgang von Goethe, de Friedrich Schiller et d'autres. Froebel était particulièrement concerné par l'œuvre de Johann Gottlieb Fichte, Discours à la nation allemande de 1808, qui prétendait que les idées de l'éducateur suisse Johann Heinrich Pestalozzi fournissaient un moyen de renouveler la culture allemande par l'éducation. Selon Barbara Beatty , Froebel fut aussi "profondément ému" par le livre de Friedrich von Schelling, Bruno: Dialogue sur le principe divin et le principe naturel des choses de 1802, d'où il obtint une grande partie de sa compréhension de la nature et de l'interdépendance de toutes choses.

L'invention de la maternelle par Froebel était essentiellement une synthèse des idées de Fichte et de Pestalozzi. Il croyait que l'éducation d'un enfant devrait commencer peu de temps après sa naissance. Ses idées ont mis l'accent sur les dimensions spirituelles d'un enfant et il a développé une théorie du jeu basée sur ce qu'il croyait être un besoin naturel de l'enfant pour l'activité. Sa croyance selon laquelle un enfant devait être actif et engagé dans un jeu significatif a conduit Froebel à faire ce que beaucoup considèrent comme sa contribution la plus importante à l'éducation: les cadeaux et les occupations de Froebel. Les cadeaux et les occupations étaient une série de vingt dispositifs et activités, essentiellement un système pratique de cours, destiné à introduire les enfants dans les formes physiques et les relations que l'on retrouve dans la nature. Ces objets et activités supposaient qu'il existait une logique mathématique et naturelle sous-jacente à toutes les choses de la nature - celle que Froebel attribuait à la main de Dieu. Au cours des dix premières activités éducatives de Froebel, on les appelait "les cadeaux" et le deuxième ensemble d'activités étaient "les occupations".

3 De nos jours

En fait, nous utilisons encore bon nombre des idées et des matériaux de Froebel de nos jours tel que le jeu avec des blocs, par exemple, qui est une activité d'apprentissage de base dans l'éducation de la petite enfance. C'est Froebel qui a introduit l'utilisation de blocs à grande échelle dans l'éducation de la petite enfance - troisième, quatrième, cinquième et sixième cadeaux. De même, l'utilisation de la parqueterie (parquetry) et la reconnaissance des motifs - septième et treizième cadeaux - est l'une de ses contributions importantes, de même que l'utilisation de jouets de conception structurale similaire à des jeux de construction (Tinkertoys) - neuvième cadeau.

4 Aspect négatifs

Pour l'éducateur et le lecteur modernes, les idées de Froebel sont trop:

  • abstraites;
  • métaphysiques;
  • profondément religieuses;
  • spirituelles;
  • philosophique.

Et ne correspondent pas aux idées plus modernes de

  • l'efficacité dans l'éducation;
  • des normes de l'enseignement;
  • de la responsabilité éducative;
  • de la laïcité dans l'éducation.

Cependant, les cadeaux peuvent être facilement retirés du contexte religieux de Froebel.

5 Aspects positifs

Froebel devrait intéresser les éducateurs modernes car :

  • il savait traduire des abstractions en activités et dispositifs pédagogiques tangibles et engageants pour les enfants;
  • les cadeaux peuvent être utilisés sélectivement et de manière actualisée;
  • il s'agit de précieux outils de manipulation pour l'éducation et le jeu de la petite enfance;
  • fourni aux enfants un moyen de s'engager dans les dimensions esthétiques.

6 Inspirations

Se rapporte tout à fait à la manière dont les enfants évoluent selon les théories de Jean Piaget avec:

  • les cadeaux qui progressent du simple au complexe;
  • les éléments pratiques des dons renforcent l'idée de l'apprentissage concret;
  • Froebel était également intéressé à aider à comprendre les relations interindividuelles et la relation de l'humanité à la nature.

Et se rapporte à John Dewey qui a inclus l'enseignement de la maternelle comme une partie importante de son système éducatif:

  • fortes convictions sur l'apprentissage par la pratique et l'éducation pratique.

Plusieurs grands artistes et designers tels que Buckminster Fuller, Georges Braque, Piet Mondrian, Paul Klee, Wassily Kandinsky, Frank Lloyd Wright et Le Corbusier ont été grandement influencés par leurs expériences à la maternelle avec les cadeaux de Froebel.

7 Apprentissages

Manning suggère que les premiers dix cadeaux peuvent être utilisés dans un contexte éducatif contemporain pour promouvoir des objectifs tels que

  • le développement de la force de la main (cadeau 1);
  • la comparaison et le contraste (cadeau 2);
  • le développement de la coordination œil-main (cadeau 3).

Mais également:

  • les formes plates ou volumes;
  • les couleurs;
  • l'agencement;
  • la fabrication de structure;
  • les relations trouvées dans la nature;
  • l'interdépendance des choses.

8 Les cadeaux de Froebel

Reproduction d'un kit de construction de Froebel

Les cadeaux fonctionnaient littéralement comme des outils pour éveiller et développer la reconnaissance d'un enfant des éléments communs "trouvés dans la nature". Toutefois, la philosophie de Froebel embrassait un panthéisme chrétien, qui supposait que toutes les choses de la nature (animale, végétale et minérale) étaient liées. Froebel s'est intéressé à montrer les interrelations entre les choses vivantes et inanimées. Ses "cadeaux" l'ont aidé à le faire en inculquant aux enfants une appréciation des formes naturelles et des harmonies. Froebel n'a pas particulièrement souligné les différences entre les cadeaux. Son système, cependant, a délibérément passé du simple au complexe: "du solide au plan, à la ligne, au point, puis inversement pour revenir en trois dimensions avec des activités à l'aide de bâtonnets et de petits pois puis, avec de la pâte à modeler". En écrivant en 1871, Bertha Maria von Marenholtz-Bülow, l'une des personnes les plus influentes qui s'inspire de Froebel, soutenait qu'un enfant apprenait des choses, du simple au complexe, en utilisant les matériaux de Froebel. Ce faisant, l'enfant "reconnaît l'accord entre le lien organique de son être avec celui du monde matériel".

Les cadeaux de Froebel étaient non seulement des inventions ingénieuses, mais merveilleusement appropriés en termes de besoins cognitifs et développementaux des enfants.

8.1 Cadeau 1

Il s'agissait d'une collection de six boules de laine, chacune attachée à une ficelle. Les trois balles principales sont rouge, bleu et jaune (les couleurs primaires). Les trois autres boules étaient violette, orange et verte (les couleurs secondaires), représentant la combinaison ou la synthèse des couleurs pour chacune des trois boules principales (rouge + bleu = violet, rouge + jaune = orange et bleu + jaune = vert). Froebel utilisait la balle, parce qu'elle était une forme idéalisée (également proportionnée de tous les côtés, sans fin ni début, en termes de surface, etc.). D'un point de vue pratique, le premier cadeau a été utilisé pour introduire les enfants à des concepts de base dans le monde autour d'eux. En saisissant, en balançant, en roulant, en laissant tomber, en cachant la balle et ainsi de suite, les enfants ont appris des concepts tels que ici, là, plus loin, à droite, à gauche, plus grand et plus petit. Des concepts similaires ont été intégrés à l'enseignement contemporain pour les enfants d'aujourd'hui tels que le haut, le bas, le bas, le côté et à l'intérieur, par exemple. Pour la préparation à la lecture des enfants, la maîtrise de ces concepts constitue un élément fondamental.

8.2 Cadeau 2

Il s'agit d'un dispositif de trois pièces composé d'une sphère en bois d'environ trois pouces de diamètre, un cube en bois, et un cylindre en bois. Il démontre non seulement le principe de l'unité trouvée dans toutes les choses vivantes et inanimées, mais aussi le principe dialectique du philosophe de l'époque romantique allemande, Georg Wilhelm Friedrich Hegel. Selon la théorie de Hegel, la thèse et l'antithèse produisent la synthèse. Ainsi, les choses apparemment opposées peuvent être synthétisées ou combinées par le processus dialectique pour créer une nouvelle unité. Dans le cas de la sphère, tous les côtés de l'objet sont ronds. Dans le cas du cube, tous les côtés sont rectilignes ou carrés. La combinaison de ces deux objets apparemment opposés crée une synthèse sous la forme du cylindre, qui comprend à la fois des côtés plats et des côtés arrondis. Froebel a créé des exercices pédagogiques extrêmement judicieux à l'aide de ces dispositifs, ce qui a encore démontré la fusion synthétique des contraires. Dans chacune des formes solides du second cadeau (sphère, cube, cylindre), il a percé des trous à travers le centre, d'un plan à l'autre. En poussant une longue cheville à travers chaque forme, les parties du second cadeau sont devenues les sommets. En faisant tourner rapidement le cylindre, l'image d'une sphère apparaît. À travers cette brillante manipulation des objets du cadeau 2, Froebel a pu démontrer l'unité et la connexité essentielles des formes apparemment opposées.

8.3 Cadeaux 3, 4, 5 et 6

Il s'agit d'ensembles de blocs qui mettaient l'accent sur les objets tridimensionnels. Quelque chose que nous tenons pour acquis aujourd'hui dans le cadre de l'éducation de la petite enfance, mais qui étaient nouveaux dans à son époque. Dans le cadeau 3, le jeu de blocs consistait en un cube de deux pouces divisé en huit cubes plus petits et de taille égale. Le cadeau 4 consistait également en un cube divisé qui étaient composé de blocs oblongs. Là où le troisième cadeau comprenait des blocs égaux en hauteur, en longueur et en largeur, les blocs oblongs du quatrième cadeau sont deux fois plus longs qu'ils sont larges et deux fois plus larges qu'ils sont hauts. Les cadeaux 5 et 6 représentent des expansions du troisième et du quatrième. Les blocs de Froebel ont été des innovations radicales dans l'histoire du jeu. Il a demandé aux enfants de ne pas imiter le monde qui les entoure, mais d'utiliser les blocs comme éléments pour créer leurs propres structures. En manipulant les blocs sur les tables en grille qui étaient une caractéristique standard des salles de classe de jardin d'enfants du dix-neuvième siècle, les enfants ont créé des meubles simples, des motifs complexes ou des structures architecturales complexes.

8.4 Cadeaux 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 16

Le cadeau 7, La parqueterie, représentait une transition vers l'abstrait. La parqueterie se composait de morceaux de bois ou de carton de couleurs vives en cinq formes différentes (carré, triangle isocèle droit, triangle équilatéral et autres). Chacune des unités de parqueterie était basée sur le module d'un pouce du système de blocs et la surface de table en grille. De la parqueterie, de la coupe (cadeau 13), du tissage (cadeau14) et du pliage (cadeau 18), les enfants apprennent «la symétrie de la forme et de la netteté et les changements sans fin ravissent la fantaisie et éveillent l'intelligence [...]." Les autres cadeaux portaient sur différents aspects de la ligne, du motif, de la couleur et de la structure: le cadeau 8 consistait en bâtons pour établir des motifs; Le cadeau 9 encourageait la fabrication de motifs avec des pièces circulaires; Le cadeau 10 impliquait le dessin; Le cadeau 11 a inspiré le dessin ou l'impression sur des grilles préimprimées; Et le cadeau 12 demandait aux enfants de coudre à l'aide de motifs sur grille ou des images d'objets sur les cartes. Les cadeaux 15, 16 et 17 étaient essentiellement des variations d'activités antérieures.

8.5 Cadeau 19

Le "travail avec des pois" (Erbsenarbeiten/peas work) compte parmi les cadeaux les plus importants, c'est un système Tinkertoy utilisant des boules de liège et de petites longueurs de bois. Son but était, à partir de boules et de barres, de les assembler en formes volumétriques, en structures. Le Peas Work, qui semble obscur en surface, était un excellent moyen d'introduire les enfants dans les principes de base de l'ingénierie. L'architecte américain Buckminster Fuller a notamment rappelé comment il a découvert le triangle (l'unité fondamentale de Fuller célèbre système de dôme géodésique) comme un concept architectural en travaillant avec le cadeau 19.

8.6 Cadeau 20

Il s'agit du dernier cadeau. Il impliquait les enfants dans la modélisation en forme libre avec de l'argile ou de la cire d'abeille. Ce cadeau a permis aux enfants de travailler avec une forme totalement souple et d'imposer la forme qu'ils souhaitaient.

9 Références

  • Provenzo Jr, E. F. (2009). Friedrich Froebel’s Gifts: Connecting the Spiritual and Aesthetic to the Real World of Play and Learning. American Journal of Play, 2(1), 85–99.
  • Zuckerman, Oren (2006, in preparation), Historical Overview and Classification of Traditional and Digital Learning Objects MIT Media Laboratory, 20 Ames Street, Cambridge, MA 02139. - CiteSeer Abstract.