Enseignement programmé

De EduTech Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Bases psychopédagogiques des technologies éducatives
Module: Introduction aux théories, modèles et méthodes pédagogiques
◀▬▬▶
à améliorer débutant
2018/03/14 ⚒⚒ 2014/03/04
Sous-pages et productions:


  • Qualité: à améliorer
  • Difficulté: débutant


Produire/discuter

Utilisez l'un de ces boutons pour commencer une production.

Etat:libre




Etat:libre

Dépôt final

Déposez votre travail en créant le nom de sa page ci-dessous

 



  • Production 1
Non disponible
  • Production 2
Non disponible

N=14:

Chargement...
Chargement...


1 Introduction

L'enseignement programmé était presque un synonyme de l'enseignement assisté par ordinateur (EAO). Les premières tentatives d'utilisation de l'ordinateur reposent sur les théories béhavioristes. L'enseignement programmé ressemble à la pédagogie par objectifs, cependant le degré de détail est plus élevé. En effet, dans l'enseignement programmé les unités d'instruction sont très courtes et les questions auxquelles l'apprenant doit répondre sont simples. Dans ce type d'enseignement, les connaissances sont décomposées en unités élémentaires. Elles suivent un enchaînement précis fixé à l'avance. Ainsi, le scénario pédagogique est totalement anticipé. Ce type d'approche semble particulièrement adapté à la formation à distance ou aux dispositifs qui ne permettent pas une régulation des processus d'apprentissage en directe par l'intervention du formateur ou de l'enseignant.

L'apprentissage par conditionnement consiste à associer des conduites à d'autres conduites innées (réflexes) ou préalablement acquises. Cette association se fait par un renforcement systématique. Ces travaux conduisent à des principes pédagogiques clairs. Le feed-back (ou renforcement) doit être immédiat et, si possible positif. L'apprentissage est découpé en unités élémentaires, chaque unité étant associée à une activité de l'apprenant. Ce découpage très fin augmente les chances d'un renforcement positif du comportement de l'apprenant. On peut ensuite travailler par unité et fixer les étapes de l'enseignement. L'acquisition des connaissances est vérifiée grâce à un questionnement de l'apprenant. Tant que l'apprenant n'a pas répondu correctement, il ne peut poursuivre la formation.

Histoire

Skinner, le père de la psychologie comportementale, s'intéresse de près aux machines à enseigner construites dès 1927 par Pressey. Toutefois, Depover (1985) rapporte que Skinner émettait des réserves face à ces dispositifs. En effet, comme il s'agissait de question à choix multiple, Skinner craignait que l'élève associe la question à l'une ou l'autre des propositions incorrectes. Encore aujourd'hui, on évite d'utiliser les choix multiples en matière d'orthographe d'usage, car il s'agit d'un domaine d'apprentissage dans lequel l'association stimulus-réponse (le stimulus étant le pattern visuel du mot) reste essentiel. Skinner plaide donc pour des réponses construites par l'apprenant. Or, il n'existe pas à cette époque d'automatisme capable d'analyser des réponses ouvertes. Aussi, Skinner construit une machine dans laquelle l'élève inscrit d'abord sa réponse. On lui présente ensuite la réponse correcte et il compare lui-même les deux réponses.

Comme en outre les expériences relatives aux premières machines à enseigner n'indiquent pas de gain en matière d'apprentissage, celles-ci sont progressivement abandonnées au profit de l'enseignement programmé papier-crayon. Il s'agit de livres dans lesquels on pose par exemple une question à la page 25, l'élève y répond puis compare sa réponse aux réponses inscrites dans le livre (sous un cache). Cet enseignement programmé repose initialement sur une structure linéaire, mais évolue rapidement vers une structure ramifiée (Crowder, 1960): par exemple, selon qu'il réponde a, b ou c, l'apprenant sera invité à se rendre à la page 3, 22 ou 44. Il sera donc confronté à diverses activités selon ses réponses. Il s'agit des premières solutions techniques au besoin d'individualisation.

Les premiers logiciels d'enseignement par ordinateur ressemblent aux livres d'enseignement programmé. Simplement, la fastidieuse gestion de l'itinéraire (tourner cent fois les pages vers l'avant ou vers l'arrière) est prise en charge par le système. Certains logiciels sont constitués d'une série de questions et de réponses, préalablement stockées sans le système, (on parle de frame pour désigner la structure qui contient la question, les réponses prévues et les feed-back associés.). D'autres logiciels appelés également " drill and practice " reposent sur des banques d'exercices, préalablement stockés ou générés en cours d'exécution. Ceux-ci visent généralement l'acquisition de compétences de base, pour lesquelles le renforcement immédiat et systématique constitue un facteur important d'apprentissage.

Types de programmes

Il faut distinguer les programmes "linéaires" de ceux dit "à branchement:

Programme linéaire
Programme à branchements

2 Evolutions

Ces développements conduisent dès les années 70 à d'ambitieux projets de généralisation de l'EAO aux USA (PLATO et TICCIT). Ceux-ci mettent en évidence le besoin d'outils de production de didacticiels : les premiers langages-auteur font leur apparition (notamment TUTOR, ancêtre de l'actuel TenCORE). En outre, la naissance des micro-ordinateurs (Apple II, Commodore, ...) au début des années 80 nourrit de nombreux espoirs et génère beaucoup d'effervescence autour de l'EAO. La France se lance dans un grand plan "Informatique pour tous" qui vise à équiper ses écoles de 100000 ordinateurs....

Pendant ce temps, les théories pédagogiques ont pris une certaine distance vis-à-vis du comportementalisme, jugé trop réducteur. Pour la pédagogie de maîtrise, il n'est pas indispensable de tout découper en unités élémentaires, mais il convient de vérifier en permanence le niveau de maîtrise du sujet. Cette approche implique:

  • une définition opérationnelle de ce que l'apprenant devra savoir faire à la fin du cours (les fameux objectifs ),
  • la décomposition de ces compétences complexes en compétences plus simples (mais pas aussi fines que dans l'approche skinnerienne);
  • une évaluation fréquente du niveau de maîtrise de ces compétences intermédiaires
  • des activités de remédiation au cas où l'apprenant ne maîtrise pas une compétence intermédiaire.

Actuellement, l'enseignement programmé garde une place dans dans l'univers des approches techno-pédagogiques. Cela reste une méthode efficace si l'on vise des objectifs d'apprentissage à des niveaux inférieures de la taxonomie de Bloom ou du cadran en haut à gauche de la taxonomie de Krathwohl

3 Lectures

  1. Christian Depover, Bruno De Lièvre, Jean-Jacques Quintin, Sandrine Decamps, Filippo Porco et Cédric Floquet. (non daté), Les modèles d'enseignement et d'apprentissage, cours en ligne (utilisé avec permission)

4 Bibliographie

  • Bruillard, Eric (1997) Les machines à enseigner, Paris : Hermès, 1997
  • Gagné, R.M. - (1987) Instructional Technology: Foundations, Hillsdale, New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates.
  • Bordeleau, Pierre (1999) L'histoire des technologies informatiques et quelques-unes de leurs applications en éducation (v. 4.3), chapitre 11 (L'histoire Des Applications Des Technologies En Éducation), chapitre11 (PDF), lien wayback machine.
  • Pocztar, Jerry Théories et pratiques de l’enseignement programmé, Unesco,Paris,1971

5 Remerciements

Texte repris du matériel de cours STAF16 (Pierre Dillenbourg)